Un témoignage de notre amitié: 5 amis recréent une photo tous les 5 ans pendant 40 ans

24 août 2022 Mis à jour: 24 août 2022
FONT BFONT SText size

Un groupe de cinq amis de Santa Barbara, en Californie, a entamé il y a 40 ans une tradition photographique unique consistant à recréer tous les cinq ans une photo prise en 1982.

« La persévérance nécessaire pour prendre ces photos tous les cinq ans est un témoignage de notre amitié », a confié John Wardlaw, âgé de 59 ans, à Epoch Times. « C’est un rappel de l’importance de l’amitié. »

(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 1982 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

Le groupe des cinq amis, qui ont tous obtenu leur diplôme au même lycée, comprend John Wardlaw, 59 ans, Mark Rumer-Cleary, 58 ans, Dallas Burney, 59 ans, John Molony, 59 ans, et John Dickson, 59 ans.

Bien que tous les cinq vivent actuellement dans des villes différentes, ils sont restés proches, attribuant le succès de leur amitié à leur tradition photographique.

Selon John Wardlaw, cinéaste et photographe semi-retraité vivant à Bend, dans l’Oregon, certaines de leurs amitiés se sont développées bien avant le lycée. John Dickson, surnommé « JD », a rencontré Dallas Burney au cours préparatoire. Ils ont ensuite fréquenté des écoles différentes avant de se retrouver à la Santa Barbara High School (SBHS).

John Wardlaw, surnommé « Wedge », a rencontré Dallas Burney et John Molony en cinquième, mais ils ne sont devenus amis que lorsqu’ils ont fréquenté le lycée SBHS.

John Wardlaw a raconté que la rencontre la plus « significative » a été celle avec John Dickson. Le 26 juillet 1977, la maison de John Wardlaw a brûlé dans l’incendie de Sycamore, ainsi que plus de 200 autres maisons dans la région.

« Ma famille avait besoin d’un logement », a-t-il dit. « Nous avons fini par louer une maison appartenant à la famille Dickson. »

Lors de leur première rencontre, John Wardlaw et John Dickson ont réalisé qu’ils aimaient tous les deux tourner des films et qu’ils possédaient tous deux des caméras Super 8. Ils ont ensuite passé des week-ends ensemble à écrire et à tourner leurs propres films.

Entretemps, Mark Rumer-Cleary a été présenté au groupe par John Dickson, qui l’a rencontré alors qu’il tournait un film d’étudiant avec d’autres amis.

Tous les cinq, avec d’autres bons amis, ont réalisé des films de science-fiction, des parodies de James Bond et de courtes comédies.

En 1981, ils ont tous obtenu leur diplôme de SBHS. L’année suivante, ils tournent l’une de leurs premières parodies de James Bond dans leur chalet lors d’un voyage à Copco Lake, dans le nord de la Californie.

Au même moment, John Dickson, qui était le seul à posséder un véritable appareil photo 35 mm, a pris la première photo qui a ensuite inspiré une tradition.

« Cinq ans plus tard, j’ai réalisé que tous les gars allaient pouvoir revenir à la cabane », a dit John Wardlaw. « Je leur ai dit que j’aimerais vraiment reproduire la photo. »

« Ils ont tous trouvé que c’était une bonne idée », a-t-il ajouté : Mark Rumer-Cleary a même réalisé une vidéo d’eux capturant la première reproduction en 1987.

(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 1987 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

Cependant, ce n’est que cinq ans plus tard, lorsqu’ils ont à nouveau eu l’occasion de recréer la même image, qu’ils ont réalisé qu’ils avaient quelque chose de très « spécial ».

« Je pense que c’est cette année-là, ou en 1997, que nous avons fait le vœu de le faire tous les cinq ans, quoi qu’il arrive », a dit John Wardlaw.

(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 1992 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)
(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 1997 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

Si leur tradition de la photo s’est poursuivie, il en est allé de même de leur plaisir de réaliser des films ensemble.

« Bien sûr, nous passions beaucoup de temps à relaxer, à aller à la plage et à manger des pizzas », dit John Wardlaw. « Mais c’est la réalisation de films qui nous a vraiment rassemblés en tant que groupe. »

En 2000, John Wardlaw a acheté le domaine Copcolake.com et a construit un petit site Web, affichant des photos des nombreuses années où le groupe avait passé des vacances ensemble au lac. Cependant, ce n’est qu’en 2017, lorsque le Santa Barbara News-Press a fait un reportage sur leur tradition photographique, que John Wardlaw a décidé de consacrer une page du site aux photos de cinq ans d’intervalle.

« Nous savions que notre histoire était unique. Nous avons même créé fiveyearphotos.com à cette époque », a raconté John Wardlaw.

(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 2002 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)
(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 2007 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

En 2012, leur histoire est devenue virale et leur page Facebook comptait des milliers de visiteurs, dont beaucoup ont raconté ce que l’histoire d’amitié leur a fait ressentir, certains d’entre eux mentionnant même qu’ils allaient lancer leurs propres traditions photographiques.

« La réaction n’a été que positive », a dit John Wardlaw. « Cela nous fait apprécier encore plus notre amitié. »

Entretemps, leurs familles pensent que c’est merveilleux qu’ils aient raconté leur « histoire d’une amitié durable avec les gens ».

Le moment le plus mémorable où ils ont partagé leur histoire avec le monde entier a été lorsqu’ils ont tous été transportés par avion à New York pour apparaître en direct dans l’émission « Today ».

(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 2012 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

Recréer la même photo tous les cinq ans avec les mêmes personnes au même endroit n’a pas été sans difficultés.

Au cours de l’une de ces années, le jour avait été fixé pour tourner la photo, mais Mark, qui vit à Portland, dans l’Oregon, a dû faire face à des retards de vol vers Santa Barbara et il n’allait arriver que le lendemain.

« Il a donc pris la voiture et a roulé toute la nuit (il faut compter 12 heures de route), juste pour arriver à temps pour la photo », a dit John Wardlaw. « Malheureusement, avec la longue route à parcourir pour rentrer chez lui, il n’a pas pu rester plus d’une journée et a ensuite dû faire les 12 heures de route pour rentrer chez lui. Mais cela montre l’engagement dont nous faisons tous preuve pour être là pour prendre la photo. »

(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 2017 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)
(De gauche à droite) John Wardlaw, Mark Rumer-Cleary, Dallas Burney, John Molony et John Dickson en 2022 (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

Outre la série originale, le groupe a également une autre série, appelée « L’autre photo de cinq ans », mais ils n’ont pas réussi à la capturer tous les cinq ans.

Ayant réussi à maintenir une amitié pendant aussi longtemps, John Wardlaw a partagé quelques conseils sur l’importance de ne pas perdre le contact avec les personnes les plus importantes dans votre vie.

L’autre photo de cinq ans. (Avec l’aimable autorisation de John Wardlaw)

« Qu’il s’agisse de la famille, des amis, ou même d’un professeur qui a compté pour vous en grandissant », a-t-il dit. « Restez en contact, tendez la main et ne laissez pas ce lien s’estomper. »

Il a suggéré d’être la personne qui initie des conversations avec ceux à qui vous n’avez pas parlé depuis des années.

« Vous n’êtes pas obligé de vous rencontrer en personne », a-t-il souligné. « Envoyez un courriel, passez un coup de fil. »

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé