Suicide dans l’Aveyron : un policier de 32 ans se jette du viaduc de Millau

9 mars 2022 Mis à jour: 9 mars 2022
FONT BFONT SText size

Le corps d’un policier d’une trentaine d’années a été découvert sans vie, ce samedi 5 mars. Il se serait jeté du viaduc de Millau (Aveyron).

Ce samedi 5 mars, la police nationale a perdu l’un des siens. Selon des sources policières, le corps d’un agent de la police aux frontières (PAF) a été retrouvé au pied du viaduc de Millau, rapporte Actu 17.

Il n’avait « pas de problèmes particuliers connus »

Le fonctionnaire, âgé de 32 ans et exerçant dans le centre de rétention administrative (CRA) de Palaiseau (Essonne), « était en arrêt maladie et ne s’est pas présenté à son service vendredi », précise à Actu 17 l’une des sources policières.

Une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de cette disparition. Les sources précisent qu’il n’avait « pas de problèmes particuliers connus ». La police nationale lui a rendu hommage sur les réseaux sociaux.

Les syndicats indiquent qu’il s’agirait du dix-septième policier national à se suicider depuis le début de l’année.

Actu 17 rappelle le numéro national de prévention du suicide, à savoir le 3114, disponible tous les jours et à toute heure du jour et de la nuit. Par ailleurs, les fonctionnaires de police victimes d’agressions ou de menaces peuvent également contacter le 0800 95 00 17 tous les jours, de 5 heures à 23 heures. Ou encore le 0805 230 405, qui est une cellule de soutien psychologique ouverte 24 heures sur 24. En outre, trois associations peuvent aussi être contactées en cas de besoin, il s’agit de SOS Policiers en Détresse (PEPS-SOS), Assopol, et Alerte police en souffrance (APS).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé