Les réserves excessives de céréales en Chine entraînent une inflation mondiale des denrées alimentaires

Par Jennifer Bateman et Ellen Wan
3 janvier 2022 Mis à jour: 3 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Selon Pékin, la récolte en céréales du pays a été abondante cette année. Pourtant, les données de diverses sources officielles montrent que ces importations en grains ont atteint des proportions jusque-là inégalées. La Chine a désormais des stocks qui représentent plus de 50 % des réserves mondiales.

Si ces chiffres sont exacts, certains experts prédisent que le prix des denrées alimentaires risque d’augmenter sur l’ensemble du monde.

Les derniers chiffres de l’administration générale des douanes chinoises ont révélé que, de janvier à novembre cette année, les importations en grains du pays ont dépassé les 150 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation de 20 % par rapport à celles de la même période l’année dernière. Au cours des 11 premiers mois de 2021, ces importations en céréales équivalaient à 23 % de la production officiellement déclarée de 650 millions de tonnes à l’année.

Selon les dernières statistiques du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), la Chine stocke plus de la moitié de la totalité des réserves mondiale des principales céréales telles que le maïs, le riz et le blé. En dix ans elle a gonflé les réserves en question de 20 %, ce qui indique que le régime thésaurise autant que faire se peut de grandes quantités de céréales.

Le département de l’Agriculture estime que d’ici le premier semestre de l’année prochaine, les stocks de céréales de la Chine représenteront 69 % des stocks mondiaux, dont 60 % pour le maïs, 60 % pour le riz et 51 % pour le blé.

Le directeur de l’Administration nationale des réserves alimentaires et stratégiques de la Chine, Qin Yuyun, a déclaré en novembre que le total des réserves chinoises de céréales atteignait un niveau historique. Les réserves de blé peuvent répondre aux besoins de la population chinoise pour un an et demi.

Des agriculteurs chinois stockent du blé après la récolte à Zouping, dans la province du Shandong, dans le nord-est de la Chine. (STR/AFP/Getty Images)

La population de la Chine représente moins de 20 % de la population mondiale, ce qui est disproportionné par rapport à ses stocks alimentaires. De nombreux spécialistes craignent que cette situation ne fasse grimper les prix mondiaux des denrées alimentaires et ne provoque des pénuries alimentaires dans d’autres régions.

Akio Shibata, directeur de l’Institut japonais de recherche sur les ressources naturelles, a récemment déclaré que les importantes réserves de céréales de la Chine avaient contribué à la hausse des prix alimentaires mondiaux.

« La thésaurisation par la Chine est l’une des raisons de la hausse des prix », a déclaré M. Shibata selon le site Web Nikkei Asia.

Le dernier indice des prix alimentaires de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) montre que les prix alimentaires mondiaux ont augmenté d’environ 30 % en glissement annuel en novembre.

La télévision centrale chinoise (CCTV) a déclaré le 19 décembre que malgré les fréquentes inondations et autres catastrophes naturelles en Chine cette année, ainsi que les importantes fluctuations des prix alimentaires internationaux, l’offre sur le marché chinois des céréales est restée suffisante entre janvier et novembre, et la hausse des prix des céréales en Chine a été régulière et modérée.

Le 8 décembre dernier, Zeng Yande, directeur du développement et de la planification au sein du ministère de l’Agriculture, a déclaré que la Chine avait eu des récoltes de céréales exceptionnelles ces dernières années, mais que sa demande en céréales continuerait à augmenter pendant les trois prochaines décennies au moins.

Des « récoltes abondantes », de la propagande

Zhang Litian, un commentateur de l’actualité suivant l’évolution de l’industrie céréalière chinoise depuis plus de 20 ans, a déclaré à Epoch Times que les importations record de grains en Chine démontrent d’emblée que les récoltes abondantes annoncées par le régime n’ont pas eu lieu.

Les données relatives à la quantité d’importations alimentaires fournies par les douanes ne peuvent être falsifiées, affirme Zhang Litian. Selon lui, les informations pertinentes provenant de multiples sources montrent que la demande en céréales de la Chine est bien réelle et que le régime augmente significativement ses réserves.

« Le PCC (Parti communiste chinois) estime que la sécurité alimentaire est fondamentale pour la sécurité du régime », indique M. Zhang.

Le PCC a commencé à accumuler de la nourriture dès l’époque de Mao Zedong, ajoute-t-il.

Cette photo aérienne prise le 1er novembre 2021 montre des volontaires aidant des agriculteurs à récolter du riz à Huzhuang, dans la province chinoise du Jiangsu (est). China OUT (Photo par STR/AFP via Getty Images)

« Préparez la guerre et préparez la famine » était un slogan de l’ère Mao, et aujourd’hui, les objectifs n’ont pas changé. Les énormes importations de denrées alimentaires comblent le déficit de la production alimentaire nationale pour répondre à la demande intérieure de la Chine. Dans le même temps, le régime se sent attaqué par les États-Unis, le Canada, le Brésil, l’Australie et d’autres pays qui sont également les principales sources des importations alimentaires de la Chine.

« Le PCC craint que si ces pays s’unissent [contre le PCC], la sécurité alimentaire de la Chine soit menacée », explique M. Zhang.

Perturbation du marché international

L’Académie chinoise des sciences sociales a prédit que d’ici 2025, la Chine pourrait connaître un déficit céréalier d’environ 130 millions de tonnes. Cela représente 20 % de la production annuelle de céréales qui est à 650 millions de tonnes actuellement selon le régime et correspond exactement à la quantité de céréales importées par la Chine l’année dernière.

En 1994 déjà, un universitaire américain, Lester Brown, a publié conjointement avec  l’USDA un rapport de recherche intitulé « Who Will Feed China ? » (Qui va nourrir la Chine ?). M. Brown prédisait alors que l’industrialisation à grande vitesse de la Chine allait détruire ses ressources naturelles et transformer les terres en désert. Avec l’augmentation de la population chinoise, le pays allait être amener à importer une grande quantité de nourriture pour répondre aux besoins de plus d’un milliard de personnes. Ceci allait, par voie de conséquences, déclencher une hausse des prix alimentaires mondiaux et perturber le marché international.

À l’époque, le PCC a consacré beaucoup d’efforts à réfuter et à attaquer Lester Brown. Les principaux porte-paroles du régime, le Quotidien du peuple et l’agence de presse Xinhua, avaient conjointement clamés que Lester Brown avait monté de toutes pièces une théorie de la « menace chinoise ». En 1998, les hauts responsables du PCC ont acquiescé à la déclaration de M. Brown, mais ils n’ont jamais admis ouvertement l’existence de problèmes de pénurie alimentaire en Chine.

Au début de l’année 2004, Lester Brown a de nouveau publié un article affirmant qu’au cours de la période de cinq ans allant de 1998 à 2003, la Chine avait connu une production céréalière à la baisse pendant quatre ans. Le PCC avait dû importer une grande quantité de céréales, ce qui avait entraîné une augmentation des prix sur le marché international.

« Alors que la production de céréales diminue, la demande augmente, stimulée par l’arrivée de 11 millions de personnes supplémentaires par an et par la hausse rapide des revenus. À mesure que les Chinois gagnent davantage [d’argent], ils montent en grade dans la chaîne alimentaire et consomment davantage de produits d’élevage nourris aux céréales, tels que le porc, la volaille, les œufs et, dans une moindre mesure, le bœuf et le lait », avait expliqué M. Brown dans son article.

À l’époque, Lester Brown avait prédit que la Chine aurait bientôt besoin d’importations massives – jusqu’à 50 millions de tonnes par an – en provenance du marché alimentaire mondial.

« Cela signifie que la capacité de production céréalière mondiale excédentaire et la nourriture bon marché du dernier demi-siècle pourraient bientôt appartenir au passé », avertissait-il.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé