Un soldat ukrainien est terrifié quand son camarade lui donne une grenade «dégoupillée» avant de s’enfuir

15 juin 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019
FONT BFONT SText size

La guerre perturbe certains hommes de manière étrange, comme l’illustre l’exemple qui suit. Après une dispute entre deux soldats ukrainiens, l’un des protagonistes a décidé de régler leurs problèmes en mettant la vie de son camarade en jeu – avec une grenade dégoupillée ! Ce n’est pas le genre d’agissement que l’on s’attend de la part des militaires envers leurs camarades.

Les deux soldats ukrainiens étaient en mission dans la région de Donbas, dans l’est de l’Ukraine, au service de leur pays. Après une dispute, un soldat tendit une grenade à l’autre avant de lui dire : « Hé, tiens ça. » Il avait au préalable dégoupillé la grenade avant de la mettre dans les mains de son camarade, et il s’est enfui pour éviter l’explosion. Heureusement, le soldat qui tenait la grenade dégoupillée est resté plutôt calme face au danger. Il a réussi à serrer fort sur le levier de sécurité, empêchant la grenade de lui exploser en plein visage.

N’ayant aucun endroit sûr où jeter la grenade, l’homme a appelé à l’aide, ne sachant plus quoi faire dans sa situation.

Des passants ont aperçu l’homme et ont appelé la police à l’aide. La police est alors arrivée sur les lieux et a pris la surprenante décision d’attacher les mains de l’homme à la grenade. « Un policier de la patrouille de la 2e section de la 3e compagnie du 2e bataillon, Alexander Tsukanov, s’est saisi des mains de l’homme épuisé », a déclaré la police locale à Dnipro.

Évidemment, le soldat ressentait une certaine appréhension, et le stress rendait très difficile la tenue de la grenade. « Mais même avec l’aide du policier, les deux hommes avaient du mal à tenir la grenade. Par conséquent, l’agent a décidé de lui lier les mains avec du ruban adhésif et d’attendre l’arrivée des experts en bombes », a déclaré la police.

L’équipe du déminage a déterminé que la grenade était en réalité fausse, de sorte que tout un chacun a pu pousser un soupir de soulagement. En fait, pas vraiment tout le monde – « le premier soldat » qui avait mis la grenade dans les mains de son camarade de l’armée est maintenant passible d’une peine d’emprisonnement de sept ans. Suffisamment de temps pour réfléchir son comportement insensé.

Dans un autre acte insensé impliquant une grenade – cette fois-ci une vraie -, un Russe du nom d’Alexander « Sasha » Chechik, 26 ans, a dégoupillé une grenade alors qu’il était assis dans sa voiture, pour prendre un autoportrait ou selfie. Tragiquement, la grenade a explosé, le tuant sur le coup.

L’incident s’est produit à Labinsk, dans le sud-ouest de la Russie. Le journal russe Kuban.kp.ru a écrit qu’Alexandre avait envoyé un SMS à un ami et qu’il avait aussi envoyé une photo de lui tenant la grenade, qui était opérationnelle, avec la goupille retirée à côté de lui.

Son ami lui a alors demandé s’il allait était OK, ce à quoi Alexandre a répondu : « Tout dépend de ce que tu veux dire par OK », selon l’Independent. Son ami s’est inquiété et a demandé à Alexandre où il se trouvait, mais malheureusement, il n’a reçu aucune réponse.

La police traite l’incident comme un accident et non comme un suicide, car il avait envoyé des photos de la grenade à plusieurs de ses amis, selon le Daily Mail. La police pense qu’il pensait à tort que la grenade n’exploserait pas à moins d’être lancée. Malheureusement, cet acte stupide a coûté la vie à cet homme.

Voici un petit conseil pratique : la manipulation de tout type de munition ou d’explosif ne devrait être effectuée que par des experts qualifiés. Si vous n’en êtes pas un, ne les touchez pas !

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé