Une société de médias intente un procès antitrust contre Google et Facebook

1 février 2021 Mis à jour: 17 mars 2021
FONT BFONT SText size

Une société de médias de Virginie occidentale qui exploite plusieurs journaux poursuit Google et Facebook, car ils risquent de faire disparaître des journaux locaux dans tout le pays en raison de leurs pratiques commerciales apparemment anticoncurrentielles.

Le 29 janvier, HD Media a déposé une plainte demandant à un tribunal fédéral de déterminer si les deux sociétés de la Silicon Valley avaient violé les lois antitrust. Le procès affirme que Google a illégalement exercé un pouvoir de monopole sur le marché de la publicité numérique, ce qui a empêché les journaux d’être concurrentiels sur le marché et de perdre leur principale source de revenus.

Elle affirme également que Google et Facebook ont « illégalement conspiré pour se livrer à un comportement anticoncurrentiel » par le biais d’un présumé accord secret surnommé « Jedi Blue ». Les détails de l’accord présumé ont été révélés pour la première fois lorsque 10 procureurs généraux d’État ont poursuivi Google pour de multiples violations des lois fédérales et étatiques sur la concurrence et la protection des consommateurs.

Selon une version remaniée de l’action en justice (pdf) déposée en décembre, Facebook a annoncé en 2017 qu’il essaierait une nouvelle méthode de vente de publicité en ligne appelée « enchères d’en-tête », qui constituerait une menace de concurrence pour Google. Le procès a suggéré que Facebook a finalement « réduit son implication » dans le projet après que Google a donné à Facebook « des informations, de la vitesse et d’autres avantages dans les enchères [censurées] que Google organise pour l’inventaire publicitaire des applications mobiles des éditeurs chaque mois aux États-Unis ».

Le Wall Street Journal et le New York Times, qui affirment tous deux avoir examiné une version non expurgée de la plainte, ont rapporté que le prétendu accord secret mentionné dans le procès avait été nommé « Jedi Blue » par Google.

Le procès de HD Media prétend qu’en raison des présumées pratiques anticoncurrentielles et monopolistiques de Google et Facebook, les journaux de Virginie-Occidentale et de tout le pays sont confrontés à « une menace existentielle très réelle pour leur survie ».

Sans réparation, ces journaux, et donc les citoyens de Virginie-Occidentale, pourraient bien se retrouver dans le « désert de l’information », affirme le procès (pdf).

Il affirme que le monopole de Google a créé des conditions inégales pour la concurrence en matière de revenus publicitaires en ligne. Il affirme que Google s’est intégré par le biais de nombreuses fusions et acquisitions pour « permettre la domination de tous les vendeurs, acheteurs et intermédiaires sur le marché ».

« La liberté de la presse n’est pas en jeu ; c’est la presse elle-même qui est en jeu », peut-on lire dans la déclaration.

« En raison de la baisse des revenus, les journaux perdent régulièrement la capacité de supporter financièrement leurs salles de rédaction, qui sont coûteuses à entretenir mais qui apportent une immense valeur à leurs communautés. Une salle de rédaction locale solide nécessite la liberté financière nécessaire pour supporter des reportages approfondis, parfois pendant des années, ainsi que la capacité d’engager et de retenir des journalistes ayant une expertise sur des questions fondamentalement locales, telles que la couverture du gouvernement de l’État. »

Google et Facebook n’ont pas répondu immédiatement à une demande de commentaires d’Epoch Times.

HD Media demande une ordonnance qui déclare que les actions de Google et de Facebook ont violé la loi et les empêche de s’engager davantage dans une telle conduite. Elle demande également des dommages et intérêts pour tout préjudice causé.

HD Media possède et gère des journaux tels que The Herald-Dispatch dans les comtés de Huntington et Cabell, le Charleston Gazette-Mail, The Wayne County News, The Putnam Herald, le Williamson Daily News, The Logan Banner, le Coal Valley News dans le comté de Boone et The Independent Herald à Pineville.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé