Si vous voyez cette créature à fourrure, ne la touchez pas: elle peut causer plus de douleur qu’une simple piqûre d’abeille

23 juin 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019
FONT BFONT SText size

La megalopygidae, appelée « chenille de chatte » en anglais en raison de son pelage de chat, fait son retour saisonnier en Amérique et en Afrique dans la période estivale d’ensoleillement. Et elle n’est pas aussi amicale qu’elle en a l’air.

Le National Geographic en a parlé comme étant le maître miniature de la tromperie en 2014, l’appelant la « perruque toxique » et la chenille la plus venimeuse des États-Unis, dont l’aiguillon « peut causer plus de douleur qu’une piqûre d’abeille ». Depuis lors, des résidents de la Floride nous ont fait part d’observations (et même de piqûres). « La douleur s’aggrave immédiatement et rapidement après une piqûre », explique Don Hall, entomologiste à l’Université de Floride. « [La piqûre] peut même vous faire mal aux os. »

Shutterstock | Brett Hondow

Elles ont certainement l’air douces et sont sûres d’éveiller la curiosité des enfants qui aiment la nature, alors méfiez-vous, la chenille à la fourrure d’apparence duveteuse cache en fait une poignée de petites épines pointues qui vont coller à la peau et libérer du venin. Michael Dusk, un résident de Spring Hill qui a signalé sa piqûre à Fox 13, est d’accord : « C’est définitivement incapacitant. C’est extrêmement douloureux ! »

Cette petite créature est surnommée « la chenille de feu » au Costa Rica pour une très bonne raison. Mais elles ne sont pas indestructibles ; leurs populations vacillent et sont continuellement à la merci du temps, de la nourriture disponible et des parasites envahissants.

Shutterstock | IrinaK

Alfred Aleguas, directeur du Florida Poison Control Center à Tampa Bay, a réitéré la philosophie de « vous pouvez regarder, mais ne touchez pas » de la plupart des chaînes de nouvelles. Les piqûres de sont douloureuses, a-t-il affirmé, mais la plupart du temps, une visite à l’urgence n’est pas nécessaire. « Si vous nous appelez tout de suite, nous pouvons vous dire ce qu’il faut faire pour soulager une grande partie de la douleur », a dit le Dr Aleguas. L’entomologiste Nancy Hinkle de l’Université de Géorgie a même fait la démonstration d’une astuce pour le journal USA Today en utilisant du scotch pour retirer les épines de la chenille de la peau humaine après une piqûre. C’est une étape nécessaire pour guérir.

Shutterstock | IrinaK

L’étape suivante consiste à appliquer une compresse de glace, puis à recouvrir la zone affectée d’une pâte faite maison, cicatrisante, comprenant du bicarbonate de soude et de l’eau. Toute personne trop curieuse ou assez malchanceuse pour être piquée devrait toutefois faire preuve de plus de prudence si elle a des antécédents de rhume des foins, d’asthme ou de réaction allergique. Si c’est leur cas, elles doivent « contacter immédiatement un médecin », conseille le Dr Aleguas.

National Geographic rapporte que, de façon alarmante, « certains ont caressé l’insecte,[tandis que] d’autres ont été blessés lorsque les chenilles sont tombées des arbres sur eux ».

Les « chenilles de chat » profitent de leurs vacances floridiennes au printemps et à l’automne, passant les mois d’hiver à l’aise dans leurs cocons pendant qu’elles se préparent pour la prochaine saison de comportement modérément fourbe. On les trouve le plus souvent allongées à moyenne altitude sur les branches de chênes et d’agrumes, mais occasionnellement (comme le montre la vidéo), elle s’aventurent dans les vallées verdoyantes des bancs des parcs pour terroriser la population locale.

Si vous visitez l’Amérique ou l’Afrique et que vous en repérez une, vous pouvez, bien sûr, prendre quelques photos, mais gardez vos distances.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé