Shen Yun : faire revivre la culture traditionnelle chinoise « est une mission très noble »

Shen Yun : faire revivre la culture traditionnelle chinoise « est une mission très noble »

Brigitte et François Xicola à l’occasion du spectacle Shen Yun au Corum de Montpellier le 4 février 2022. (NTDTV)

5 février 2022

MONTPELLIER – Ce vendredi 4 février au soir, le Corum de Montpellier s’animait d’une énergie particulière, celle des artistes de la compagnie Shen Yun Performing Arts. 

Ceux qui mettent la danse et la musique classique chinoise au service des 5000 ans de culture traditionnelle chinoise se produisent actuellement à Montpellier.

François Xicola, ingénieur du génie à la retraite, et son épouse étaient venus découvrir le spectacle et ont ainsi perçu les différences existantes entre le ballet occidental et la danse classique chinoise.

Des acrobaties et des couleurs chatoyantes

« Ce qui est intéressant dans ce spectacle, comparé à la danse classique française, ce n’est pas du tout le même travail, il n’y a pas de pointe, il n’y a pas de porté… Par contre, dans leur technique, il y a de l’acrobatie », a ainsi souligné Mme Xicola, qui explique connaître un peu les techniques de base pour avoir suivi ses deux filles qui pratiquaient la danse classique occidentale.

Accompagnant la danse, ce sont aussi les costumes, « très colorés » et « magnifiques », selon Brigitte Xicola, qui créent ainsi une harmonie.

« L’harmonie avec les tissus, c’est très soyeux comme les tissus, c’est voluptueux, c’est joli », s’est enthousiasmé François Xicola, notamment par rapport à « ces couleurs chatoyantes qu’ils savent mettre en valeur grâce aux projecteurs ! Je trouve que ce sont des ambiances qui sont très particulières en comparaison avec la danse classique occidentale »

Le couple aura aussi été sensible à l’environnement créé autour des danseurs.

« Toute cette histoire racontée avec des jolis paysages. Et puis aussi ce système en 3D quand les personnages partent sur l’écran, on a trouvé ça très sympathique et original surtout ».

Des valeurs divines « qui se perdent un peu en Europe »

Mme Xicola a aussi perçu une forme de pudeur, présente chez les danseuses tout au long des tableaux dansés. « Ce que j’ai remarqué, c’est cette pudeur, les danseuses en jupe longue, et un pantalon sous la jupe. » La pudeur, très présente dans la culture traditionnelle chinoise, vient s’ajouter à des valeurs « de la culture et de la tradition », précise Monsieur Xicola.

« Ces valeurs là sont universelles, bien sûr ! Et là, elles sont mises en scène de manière très originale et c’est vraiment très intéressant de voir cette créativité ! »

« Cela évoque l’histoire, enfin des croyances… l’histoire de religion… Et on voit l’importance de la divinité suprême, de Dieu. Tout ça, ce sont des choses qui se perdent un peu en Europe. »

« Je trouve que dans notre société aujourd’hui, ça se perd un petit peu… Certaines valeurs, pour au moins un certain milieu en tout cas, se perdent. Et voir qu’il y a une compagnie comme cela qui fait le monde entier et qui véhicule encore ces valeurs… je trouve que c’est un challenge vraiment remarquable qu’il faut souligner parce qu’il faut avoir le courage de le faire ».

Faire revivre la culture traditionnelle chinoise « est une mission très noble », conclut François Xicola.