«Sensibiliser les jeunes aux droits de l’homme, c’est plus important que l’argent» déclare l’électron libre de la NBA, Enes Kanter Freedom

Par Steve Lance
7 juillet 2022 Mis à jour: 8 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Enes Kanter Freedom, l’électron libre de la NBA, a récemment lancé la Fondation Enes Kanter Freedom, pour soutenir la liberté religieuse et les droits de l’homme dans le monde. Selon lui, il est temps d’agir et de travailler avec les dirigeants de tous les bords pour préserver ces libertés. Interviewé par NTD, le joueur de basket a déclaré qu’il était primordial d’être responsable envers la jeunesse.

Enes Freedom estime que les athlètes comme lui ont « un impact incroyable » : « Quand on est un athlète, il y a des millions d’enfants qui nous mettent sur un piédestal et qui nous considèrent comme un modèle, c’est une énorme responsabilité. Alors quoi qu’on fasse, il faut se lancer et essayer d’en inspirer autant que possible. Et croyez-moi, c’est plus important qu’un bulletin de salaire.« 

La mission de sa fondation est, en partie, d’unir les jeunes de toutes croyances et origines religieuses autour de l’esprit d’équipe et l’athlétisme.

« Il s’agit de défendre les droits de l’homme, la démocratie, la liberté de religion, la liberté d’expression et la liberté de protestation, ainsi que la réduction de la pauvreté et l’harmonie sociale dans le monde entier », explique Enes Freedom dans l’émission China Insider de NTD, à l’occasion du Sommet international sur la liberté religieuse.

Enes Freedom travaille également avec des responsables politiques américains des deux côtés de la Chambre pour mettre fin aux abus perpétrés par le Parti communiste chinois (PCC) de par le monde, en Chine continentale et au Tibet.

« Ce qui m’importe, ce sont les droits de l’homme, parce que les droits de l’homme sont au-dessus de la politique. On peut soutenir différents partis, être du côté opposé, on peut avoir des opinions qui divergent, mais les deux camps doivent se soucier des droits de l’homme. »

Une fois qu’il a commencé à dénoncer les crimes du PCC, en particulier les prélèvements forcés d’organes, les médias sociaux se sont mis à l’attaquer, dit-il. Ce n’est qu’un problème mineur dans la mesure où il sait qu’il se trouve du bon côté. Certains Chinois lui expliquent parfois à quel point le régime est bon avec eux, mais il n’hésite pas à leurs rappeler quelques réalités.

Prix des organes prélevés de force sur les pratiquants de Falun Gong (Epoch times)

« Je suis comme… OK, laissez-moi prendre mon équipe de tournage et j’arrive. Les deux premiers jours, vous pouvez faire tout le genre de propagande que vous voulez, ça ira. Mais ensuite, je voudrais aller au Xinjiang, au Tibet, à Hong Kong, et quand on aura terminé, on ira à Taïwan, pour voir comment est la vraie démocratie, » a lancé Enes Freedom (via une vidéo) à Pékin. Il n’a jamais reçu de réponse.

Enes Kanter Freedom est né en Suisse de parents turcs. Il a été déclaré persona non grata par le gouvernement turc en raison de son franc-parler concernant les violations des droits de l’homme dans son propre pays. En 2017, son passeport turc a été révoqué, le laissant dans l’impossibilité de rendre visite à sa famille en Turquie.

Exposer l’hypocrisie de la NBA

Enes Kanter #11 des Boston Celtics perce la défense de Kelly Olynyk #9 du Miami Heat lors de la seconde mi-temps d’un match de NBA à HP Field House au ESPN Wide World Of Sports Complex le 4 août 2020 à Lake Buena Vista, Floride. (Photo par Kim Klement – Pool/Getty Images)

Enes s’est récemment retrouvé sans équipe en NBA, après avoir été échangé par les Boston Celtics, avant d’être libéré par les Houston Rockets Il attribue cette situation à ses propos dénonçant le PCC.

C’est depuis l’été 2021 qu’il s’est engagé à critiquer le régime quoi qu’il en coûte. À cette époque, la maman d’un jeune musulman participant à un camp de vacances dédié au basket-ball a attiré son attention sur les abus perpétrés par Pékin. Elle lui a dit : « Comment pouvez-vous dire que vous êtes un militant des droits de l’homme, quand vos frères et sœurs musulmans se font torturer et violer tous les jours dans des camps de concentration en Chine ? »

Enes Freedom, qui s’était principalement concentré sur les questions de droits dans son pays d’origine, la Turquie, au cours de la dernière décennie, a déclaré que cette réalité l’a ébranlé. Il s’est renseigné davantage.

Depuis, l’athlète dénonce les crimes commis par le régime, notamment au Tibet, au Xinjiang, en Chine continentale. Cela inclut le trafic d’organe perpétré par le régime et qui repose sur des prélèvements forcés d’organes sur des prisonniers de conscience – une abomination qui a touché des centaines de milliers de prisonniers de conscience pratiquant le Falun Gong.

Epoch Times Photo
Les chaussures d’Enes Kanter, avant le match d’ouverture à domicile des Celtics contre les Toronto Raptors, à la salle TD Garden, à Boston, le 22 octobre 2021. (Maddie Meyer/Getty Images)

« Quand l’organisme pour lequel on joue ne peut pas supporter qu’on expose l’hypocrisie, on se sent soudain très seul et c’est difficile, pour être honnête », a déclaré Enes Freedom, lors d’une récente interview pour l’émission Capitol Report, de NTD.

« Je me dis que j’ai peut-être perdu mon emploi, mais que maintenant, j’ai une nouvelle famille », a-t-il ajouté.

Enes Freedom a grandi en Turquie à une époque de troubles politiques. Il se souvient que ses camarades de 9 ans brûlaient des drapeaux américains et israéliens. Les dirigeants lui disaient de haïr ces gens, ce qui l’effrayait et le déconcertait. Alors, pour comprendre, il a couru vers sa mère et lui a demandé conseil.

« Maman, tu sais que mes amis me disent de détester l’Amérique, de détester l’Israël, de détester les chrétiens et les juifs. Qu’est-ce que je devrais faire ? Et ma mère m’a dit : ‘Je ne vais pas te dire ce que tu dois faire, mais ne déteste jamais une personne avant de l’avoir rencontrée.’ »

Enes dit qu’il veut apprendre à connaître les autres religions, car, lorsqu’il est arrivé aux États-Unis, on lui a montré du respect et les gens se sont intéressés à sa croyance.

« Chacun dans le monde devrait faire cette expérience. Je suis ici [au Sommet international sur la liberté religieuse], tout d’abord pour apprendre, et non pour parler. Pour me renseigner sur ce qui se passe dans le monde, afin de pouvoir être utile. »

Enes Freedom a adopté son nouveau nom de famille l’année dernière, au moment d’obtenir la citoyenneté américaine.

Eva Fu a contribué à cet article.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé