La raison et la sensibilité d’une luthière virtuose

FLORENCE, Italie – Si vous avez de la chance, vous entendrez peut-être cet atelier avant de le voir. Les sons qui jaillissent des murs de ce minuscule atelier, peuvent être si doux que la circulation s’arrête. Suivez la mélodie et elle vous amènera jusqu’à Jamie Marie Lazzara, originaire de Chicago, maître luthière et restauratrice d’instruments à cordes, perfectionnant l’un de ses violons faits à la main. Si vous êtes vraiment chanceux, le son peut provenir du violon d’un de ses nombreux clients de renommée mondiale, parmi lesquels les violonistes Itzhak Perlman, Micha Molthoff, et Sarn Oliver.

Une clientèle aussi réputée reconnaît les instruments traditionnels de haute qualité de Mme Lazzara, tout comme les habitants de Florence. Dans l’entrée de son atelier est accroché un parchemin de la Société de Saint-Jean-Baptiste, un honneur de la famille Médicis qui, selon Mme Lazzara, est l’un des plus grands honneurs qu’un artisan puisse obtenir à Florence. L’article reconnaît son atelier quadragénaire comme un atelier historique où tout est fait entièrement à la main, dans l’esprit de la conservation de l’art traditionnel, en utilisant les procédés anciens des grands maîtres luthiers des 16e, 17e et 18e siècles. Sa clientèle sait également que le travail de Mme Lazzara peut répondre aux besoins des solistes d’aujourd’hui.

Une sélection d’instruments à cordes traditionnels de Jamie Lazzara, fabriqués et restaurés à la main derrière la vitrine de son atelier à Florence, en Italie. (Paolo Boni)

Florence est loin des racines américaines de Mme Lazzara, mais le violon lui a toujours tenu à cœur ; elle a commencé à jouer à 8 ans. Pourtant, à 15 ans, elle savait qu’être soliste n’était tout simplement pas pour elle. Elle savait qu’elle n’était pas assez motivée pour étudier 6 mois pour un récital de 5 minutes. Avec de solides talents naturels pour les arts, comme la sculpture, la peinture, le dessin et la musique, elle s’est rendu compte que si elle pouvait fabriquer des violons, elle pouvait aussi en jouer. C’est alors qu’elle a commencé à devenir luthière.

Faisant des recherches sur sa nouvelle carrière aux États-Unis, elle s’est vite rendu compte qu’elle devait aller étudier en Italie. En 1980, n’ayant aucune connaissance de l’italien, elle s’est lancée dans un cours de restauration des beaux-arts à l’Université Internationale des Arts de Florence (U.I.A.). C’était une époque pionnière dans le domaine de la conservation des œuvres d’art, lorsque ses professeurs restauraient des chefs-d’œuvre tels que les fresques de Giotto et les peintures de Botticelli, endommagées par la grande inondation de Florence en 1966.

De là, Jamie Lazzara s’est rendu à la prestigieuse École de lutherie de Crémone, où 3 000 candidats ont postulé pour seulement 100 places. En 1985, elle a été l’un des 8 candidats à obtenir son diplôme, devenant la diplômée numéro 226 au cours des 70 ans d’histoire de l’école.

Le maître luthier et restaurateur d’instruments à cordes Jamie Lazzara dans l’entrée de son atelier à Florence le 30 octobre 2018. (Paolo Boni)

Ouverte, humble et sincère, Mme Lazzara poursuit avec diligence son travail de vie, et elle nous raconte ici comment.

Epoch Times : Parlez-nous de la lutherie en Italie.

Mme Lazzara : Je dois vous dire qu’à Crémone, quand j’étudiais, seuls deux d’entre nous jouions du violon dans une ville où il y avait environ 3 000 luthiers. Ainsi, ils fabriquaient des instruments d’une belle apparence, mais ils n’en jouaient pas. Donc, je pense que la majorité des gens ne faisaient que copier leurs professeurs, mais peu de gens s’attardaient vraiment à la sonorité des violons.

À Crémone, j’ai pu apprendre à fabriquer des violons et aussi la plupart de mes outils, pour être autonome. En fait, je fabrique tout sauf les cordes. Je peux fabriquer la corde de mi parce que c’est un type d’acier trempé. Ainsi, je peux obtenir le fil, calculer les calibrages et l’utiliser comme une corde de mi si nécessaire. Il faut penser que dans les années 1500 et 1600, ils n’avaient pas de magasins de musique comme aujourd’hui. Il y avait des luthiers, mais ce n’est pas comme si vous pouviez aller chercher votre petit paquet de cordes.

Des scies à main sont suspendues à l’arrière de l’atelier où le bois de violon est entreposé. Quelque 40 ans de bois ont été collectés, dont certains ont jusqu’à 100 ans. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)
L’établi où Jamie Lazzara crée ses instruments à cordes en utilisant des techniques traditionnelles et des outils à main. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

Quand la musique a commencé, elle était jouée dans une salle de la cour, ou elle aurait pu aussi être jouée dans un pub. La première fois que nous avons vu une fresque avec un violon, c’était par Gaudenzio Ferrari dans les années 1530. À l’époque de Niccolò Paganini (1782 – 1840), les musiciens devaient jouer devant un public de plus en plus nombreux, sans disposer d’amplificateur de son. Cependant, les théâtres étaient très bien conçus. Même ici, à Florence, nous avons le Théâtre Verdi (fondé en 1854), qui a conservé tout son bois d’origine, c’était peut-être ainsi pour le Carnegie Hall, autrefois. Lorsque le Carnegie Hall a été rénové avec du ciment, cela a changé l’acoustique de la salle.

Mon but est de faire un instrument à travers lequel les artistes peuvent exprimer leur musique avec une puissance extrême, et avec relativement peu d’effort. Donc, le musicien doit trouver sa position et moi, je dois essayer de faire un instrument qui n’a pas besoin qu’il travaille dur pour obtenir un son. Je regarde des choses comme l’adaptation de la forme du cou pour faciliter le jeu. Je vise donc un violon à la sonorité qui ne requiert pas beaucoup d’efforts pour être joué.

Jamie Lazzara terminant les détails du manche d’un de ses violons faits main. (Paolo Boni)
Détail du manche d’un des violons faits à la main par Jamie Lazzara en préparation pour le vernissage. (Paolo Boni)

Epoch Times : Pour qui fabriquez-vous des violons ?

Mme Lazzara : Je rencontre très peu de gens, mais ce sont généralement de très bons joueurs, des gens qui sont dans leur métier et qui préparent l’avenir.

Itzhak Perlman a commandé un violon après avoir joué sur une représentation que j’avais faite du violon Cannon de Paganini en 1743. C’est un violon très fort, et dans mon exemplaire, j’espérais plus de force, et il a adoré.

Le « Lazzara » et le « Stradivari » : Itzhak Perlman tient son Stradivarius « Soil » de 1714 à côté de sa nouvelle commande de Jamie Lazzara en 1993. (Gracieuseté de Jamie Lazzara)

Il m’a demandé de faire une copie de son Stradivari « Soil » de 1714. Je suis la seule qui lui ait jamais fabriqué un violon. Il est venu dans mon atelier, et pendant quelques jours, j’ai pu étudier son Stradivari. C’était le violon de Yehudi Menuhin pendant 35 ans, donc il est en si bonne forme et joue si bien. C’est magnifique. Et il appartenait à des gens célèbres, qui savaient quoi en faire.

M. Perlman utilise beaucoup mon violon quand il joue à l’extérieur, et quand il ne veut pas sortir son Stradivari.

Jamie Lazzara fait une copie du Soil de Stradivari, de 1714, appartenant à Itzhak Perlman. (Gracieuseté de Jamie Lazzara)
Jamie Lazzara a terminé sa commande pour Itzhak Perlman, pour recréer son Soil de Stradivari de 1714. (Gracieuseté de Jamie Lazzara)

Epoch Times : Parlez-nous de votre commission pour faire un don à la première famille américaine il y a quelques années.

Mme Lazzara : J’ai reçu une liberté artistique complète et j’ai beaucoup réfléchi au projet. Je voulais lier la contribution de la Toscane aux pères fondateurs des États-Unis. Peu de gens en Amérique savent qu’à environ 8 kilomètres de Florence, il y avait un homme appelé Philip Mazzei. Nous en savons beaucoup sur lui grâce à son autobiographie. C’était un médecin et un homme aux multiples talents.

La citation de Philip Mazzei sur un violon que Jamie Lazzara a fait pour la Première Famille il y a quelques années. (Andrea Ruggieri)

Il faisait partie de ce petit groupe de personnes qui réfléchissaient à la façon de rédiger la Déclaration d’indépendance. Il y a donc des lettres où Mazzei écrites à Jefferson. Le président John F. Kennedy a trouvé les documents originaux et les a inclus dans son livre A Nation of Immigrants, qui a été publié après sa mort. En Amérique, en 1980, ils ont fait un timbre-poste de Mazzei, avec les mots « Patriot Remembered » (Un patriote dont on se souviendra).

Une citation sur le violon que Jamie Lazzara a fabriqué pour la Première Famille il y a quelques années. (Andrea Ruggieri)

Sur les côtés du violon que j’ai fabriqué, j’ai écrit en feuille d’or, tiré de la Déclaration d’indépendance : « Tous les hommes sont créés égaux. » Ainsi, lorsqu’il est utilisé, le public peut voir cette inscription. De l’autre côté, j’ai écrit deux lignes du texte : la première ligne est la citation de Mazzei, telle qu’il l’a écrite en italien avec sa signature, et plus bas il est écrit : « Tous les hommes sont par nature également libres et indépendants. »

La citation de Philip Mazzei telle qu’elle est écrite en italien, avec sa signature, et ci-dessous est traduit, en anglais : « Tous les hommes sont par nature également libres et indépendants. » (Andrea Ruggieri)

Epoch Times : Combien de temps faut-il pour fabriquer un violon ?

Mme Lazzara : Trois mois pour arriver au violon blanc (sans vernis), puis il me faut quatre mois pour le vernir, ce que je fais à la maison car j’utilise des vernis à l’huile qui sont très lents à sécher. Le vernis à séchage rapide est courant aujourd’hui, car les gens ne supportent pas quatre mois de vernissage. Pour moi, une fois que je vernis, je commence déjà à fabriquer un nouveau violon de toute façon, alors je garde ce rythme.

La luthière Jamie Lazzara termine un de ses violons avant de vernir. (Paolo Boni)

Je ne fabrique que quatre violons par an. C’est vraiment compliqué de comprendre les bois sur lesquels vous travaillez et d’entendre les sons que le bois peut faire ; c’est pourquoi cela me prend tant de temps.

Trois morceaux de bois soigneusement sélectionnés attendent d’être transformés en violon. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

Epoch Times : Comment choisissez-vous votre bois de violon ?

Mme Lazzara : Je trouve que l’utilisation du bois fendu dans le sens de la fibre est le meilleur, car il a une structure et une résistance naturelles. Il y a des gens qui prennent les troncs et les scient. L’endroit que je préfère s’appelle le Val di Fiemme près de Bolzano. C’est une vallée qui est protégée, de sorte que le bois ne se plie pas au vent et ne se déforme pas. Ce bois est donc très harmonieux. Ils ont même fait des tests sur les violons de Stradivari et il a aussi obtenu du bois de cette région. Donc, ce n’est pas que je l’aie découvert.

Le bois de violon collecté depuis plus de 40 ans est entreposé au fond de l’atelier de Jamie Lazzara. Une partie du bois a 100 ans. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

Epoch Times : Pouvez-vous nous parler de certains des processus de fabrication d’un violon ?

Mme Lazzara : Avez-vous déjà vu des gens qui fabriquent des chaussures à la main ? J’utilise un type traditionnel de forme en bois qui est comme ce qu’ils utilisent pour faire des chaussures. Vous faites le pied en bois et vous construisez la chaussure autour du pied. Peu de luthiers utilisent cette forme intérieure, parce que cette technique italienne prend plus de temps. Je prends aussi le temps de fabriquer la forme en bois. Je porte attention à la partie interne de la boîte harmonique et au calcul des proportions.

Différentes formes de violon sont accrochées au mur. Le deuxième en partant de la gauche est un Stradivari de 1719 et, de loin à droite, un Guarneri. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

Le violon se construit autour de la forme en bois comme un squelette. Rien n’est prédéterminé, car je découpe les formes très larges et je les travaille, j’ai mes points de référence et je les colle, puis je finis les bords.

Jamie Lazzara fabrique tout à la main dans son atelier de lutherie. Ici, elle travaille sur un le moule d’un violon traditionnel italien. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

Pour l’incrustation fine, appelée le filet, qui entoure le bord de tout le violon, où d’autres personnes utiliseraient une toupie ou un autre instrument semblable, je dois creuser un canal très précis en utilisant des couteaux et de minuscules ciseaux, puis j’incruste dans ces canaux trois bandes de bois : noir, blanc et noir. Certaines personnes les peignent. La raison pour laquelle ils sont incrustés, c’est que lorsqu’un violon est frappé ou échappé, la fissure s’arrête là. Il a donc une fonction importante.

Matériaux naturels pour les colles et vernis, faits main de Jamie Lazzara. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

J’utilise des résines naturelles pour mon vernis : des matériaux comme le sang-de-dragon de palmiers, la gomme-laque sécrétée par un insecte, et l’élémi d’un buisson. Chacune est différente, parce que la sève de chaque espèce d’arbre a des caractéristiques particulières. Tout d’abord, vous devez comprendre quel type de solvant peut être utilisé pour diluer la résine. Certains sont un peu extensibles, d’autres s’écaillent. La clé de la fabrication d’un vernis est donc de connaître les caractéristiques des résines. Par exemple, l’ambre est très fort. Il n’est pas cassant, mais il provient d’une résine fossilisée, et donc le lier à l’huile peut être un processus dangereux qui devrait être fait par des professionnels.

Jamie Lazzara vérifie méticuleusement ses violons à chaque étape du processus. (Paolo Boni)

L’astuce consiste à commencer par la recette, puis à essayer ce vernis et à voir comment il réagit, comment il vieillit et quand vous l’utilisez, s’il est assez résistant. Puisque je fais tout moi-même, j’effectue aussi cette tâche d’observation. Je prends des notes, je fais des changements et j’examine les violons que j’ai fabriqués après 35 ans. C’est ma vie. Pour moi, c’est très important.

Epoch Times : Pourquoi est-il important de maintenir l’artisanat traditionnel en vie ?

Mme Lazzara : Une approche pratique est comme la différence entre manger à la maison et choisir ses aliments parmi les ingrédients que vous connaissez et acheter des aliments emballés que vous ne connaissez pas. Je sais tout ce qu’il y a dans un violon que je fabrique parce que j’ai pratiquement sélectionné tous les matériaux. J’ai moi-même passé en revue tout le processus et j’ai apporté tous les changements nécessaires en fonction de ce avec quoi je travaille, alors il y a une grande différence si quelqu’un prend le temps de le faire.

Un violon Lazzara en cours à côté d’une image du Soil de 1714 de Stradivari, appartenant à Itzhak Perlman. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)

Je ne suis pas une luthière comme les autres, je ne vends pas d’instruments qui ne sont pas les miens. Personne ne peut comprendre ça. Ils disent : « Comment ça ? » Les gens ne peuvent pas comprendre cela parce que la plupart des luthiers sont maintenant des marchands de violons.

J’ai des collègues qui ont de gros appareils électroniques pour vérifier si le violon vibre comme un Stradivari. Je veux dire, tout ce que j’ai à faire c’est de le tenir près de mon oreille ; vous pouvez l’entendre. Stradivari, il n’avait pas d’instruments électroniques. Ainsi, avec un peu de sensibilité dans les mains, vous apprenez à connaître le morceau de bois que vous utilisez et à le faire réagir comme vous le souhaitez. Les gens croient en la technologie d’aujourd’hui, mais ils ne comprennent pas que ces instruments originaux de 20 millions d’euros ont été fabriqués sans cela.

Je prends le temps de le faire. Je ne trompe personne en ce sens que je ne leur dis pas que je suis le nouveau Stradivari ou quelque chose comme ça. C’est juste que j’ai un objectif ; je vise ce genre de résultat.

Cette interview a été rédigée dans son intégralité, par souci de clarté et de concision.

Jamie Lazzara, maître luthière et restauratrice d’instruments à cordes, dans son atelier de Florence, en Italie, le 11 juillet 2018. (Lorraine Ferrier/The Epoch Times)
Maître luthière et restauratrice d’instruments à cordes, Jamie Lazzara dans son atelier à Florence le 30 octobre 2018. (Paolo Boni)

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Natalie – cette brillante pianiste de rue célèbre d’Australie
joue comme un ange – sa musique vous fera pleurer

 
 
 
 

Matteo Salvini prévient les Italiens : « Quiconque se réjouit de l’attaque terroriste en France sera immédiatement arrêté »

Matteo Salvini prévient les Italiens : « Quiconque se réjouit de l’attaque terroriste en France sera immédiatement arrêté »
Au cours d’une visite officielle en Israël, le ministre de l’Intérieur italien a déclaré que ceux de ses ...
LIRE LA SUITE
 

Les liens entre Huawei et les factions du PCC en Chine

Les liens entre Huawei et les factions du PCC en Chine
L'arrestation de la directrice administrative et financière de Huawei, Meng Wanzhou, par les autorités canadiennes, a propulsé la ...
LIRE LA SUITE
 

Une brève histoire de Huawei

Une brève histoire de Huawei
L'histoire des liens de Huawei avec le Parti communiste chinois Au cours des années 1980, la Chine a ...
LIRE LA SUITE
 

Un donneur a été trouvé pour une enfant de 2 ans ayant l’un des groupes sanguins les plus rares au monde

Un donneur a été trouvé pour une enfant de 2 ans ayant l’un des groupes sanguins les plus rares au monde
Un donneur du Royaume-Uni a été identifié comme étant compatible avec une fillette américaine de 2 ans, dont ...
LIRE LA SUITE