Un sénateur australien : YouTube n’est pas l’arbitre de la « vérité médicale »

21 août 2021 Mis à jour: 21 août 2021
FONT BFONT SText size

Un sénateur australien a qualifié de « dangereuse » la suspension de Sky News Australia par YouTube, affirmant que les précédentes tentatives de la plateforme pour modérer les informations liées au Covid-19 étaient inappropriées.

Au début du mois d’août, le géant du partage de vidéos en ligne YouTube a suspendu la chaîne conservatrice populaire de toute publication sur sa plateforme pendant une semaine en raison de la publication présumée de « fausses informations [relatives au] Covid-19 ».

Le géant de la technologie a déclaré que la décision était basée sur des directives sanitaires locales et mondiales, ce que Sky News a contesté, affirmant que les normes étaient « sujettes à changement ».

Le sénateur d’Australie du Sud Alex Antic a déclaré que les plateformes Big Tech se considéraient comme les « arbitres de la liberté d’expression et de la vérité médicale » et que cela pose un risque pour les sociétés démocratiques.

« Dans une société libre, nous devons être en mesure de discuter librement des idées, des événements, et le fait qu’une société étrangère ait censuré des nouvelles australiennes est révélateur des problèmes auxquels notre démocratie est confrontée avec ces plateformes », a-t-il déclaré à Epoch Times.

Le sénateur libéral d’Australie-Méridionale Alex Antic prononce son premier discours dans la salle du Sénat au Parlement à Canberra, mardi 17 septembre 2019. (AAP Image/Lukas Coch)

« Nous savons que les Big Tech se sont trompées dans le passé. Pourquoi devrions-nous croire qu’elles ont raison cette fois-ci ? » a-t-il ajouté. « Au début de la pandémie, YouTube a retiré des vidéos affirmant que le virus s’était échappé d’un laboratoire de Wuhan, et maintenant le consensus accepté est que c’était le cas. »

« Les gens disent souvent que si nous n’aimons pas ces plateformes Big Tech, nous devrions simplement passer à une autre. Le problème est que ces sociétés ont un tel monopole que c’est très difficile à faire », a-t-il déclaré. « La réponse à la façon dont cette question doit être traitée n’est pas simple et nécessite une enquête. »

Alex Wake, présidente de l’Association australienne d’éducation et de recherche en journalisme, a déclaré qu’il était inquiétant que le géant de la technologie ait le pouvoir de « couper la liberté d’expression ».

« Cela dit, je pense que cela envoie un message fort à Sky News sur la nécessité de faire quelque chose à propos de son contenu. Je ne pense pas, cependant, que cela changera quoi que ce soit à ce qu’ils diffusent », a-t-elle déclaré à Epoch Times. « Cela ne fera probablement qu’encourager plus de gens à les regarder. »

Mme Wake a fait remarquer que le célèbre animateur conservateur de Sky News, Alan Jones, a vu sa chronique interrompue par le Daily Telegraph, propriété de News Corp, en raison de ses commentaires sur le Covid-19 et de son opposition aux confinements.

En fait, les divergences d’opinion sur la véracité scientifique relative au Covid-19 et des confinements ont provoqué un schisme dans les rangs conservateurs, Alan Jones et l’animateur radio Ray Hadley s’étant engagés dans une guerre des mots ces dernières semaines.

Alan Jones, le 18 février 2015, à Sydney, en Australie. (Cole Bennetts/Getty Images)

L’entrepreneur technologique et star de l’émission de télé-réalité commerciale Shark Tank Australia, Steve Baxter, a également blâmé YouTube, mais a concédé que les lois australiennes n’offraient actuellement pas suffisamment de protection face au contrôle du contenu par les Big Tech.

« Je pense qu’en termes de liberté d’expression, ce ne sont que des guignols. Cela va très mal se terminer pour eux. Il s’agit simplement d’une question de temps, de combien de temps cela va durer », a-t-il déclaré à Epoch Times.

« Nous avons très peu de droits accordés par la Constitution, et les tribunaux ont tendance à passer outre ceux qu’ils jugent bon de toute façon », a-t-il ajouté. « Donc, nous avons probablement besoin d’un recours juridique, à mon avis. »

Actuellement, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (Australian Competition and Consumer Commission, ACCC) est le fer de lance des efforts du gouvernement pour réglementer la Big Tech.

L’ACCC a initié une vaste enquête sur cinq ans pour examiner l’influence des géants de la Silicon Valley, notamment la domination de Google (société mère de YouTube) sur le marché grâce aux recherches, à la navigation et la technologie publicitaire .

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé