Selon un haut responsable américain de la santé, il faudra peut-être «quelques mois» avant que la vie ne puisse revenir à la normale

16 mars 2020 Mis à jour: 16 mars 2020
FONT BFONT SText size

Le 15 mars, le principal expert en maladies infectieuses aux États-Unis a déclaré qu’il faudrait peut-être plusieurs mois avant que la vie ne revienne à la normale dans ce pays en raison de la pandémie de coronavirus.

« Ce sera une question de plusieurs semaines à quelques mois, c’est certain », a déclaré le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, à ABC News le 15 mars, après qu’on lui a demandé quand la vie reviendra à la normale, alors que les États annoncent la fermeture d’écoles, que les magasins sont fermés et que les rassemblements publics sont interdits afin de mettre en œuvre les politiques de distanciation sociale recommandées par les experts de la santé.

Il a cité la Corée du Sud comme exemple de ce qui pourrait arriver aux États-Unis.

En Corée du Sud, « cela commence à s’aplanir », a déclaré le Dr Fauci, ajoutant que la tendance des nouveaux cas s’est produite il y a environ un mois et demi.

« Bien qu’il soit impossible de prévoir avec précision, la façon dont vous intervenez, non seulement pour diminuer le pic de la courbe, mais peut-être même la durée, dépend de l’efficacité avec laquelle vous effectuez les types de contrôles dont nous avons parlé, le confinement et les restrictions », a-t-il déclaré.

Le Dr Fauci et d’autres responsables de l’administration Trump se sont exprimés lors de plusieurs émissions d’entretiens le 15 mars. Sur CNN, M. Fauci a déclaré qu’il n’excluait pas un « verrouillage national » des lieux tels que les bars et les restaurants.

« Quoi qu’il en coûte pour ce faire, c’est ce que je souhaiterais voir », a déclaré le Dr Fauci à la chaîne.

« Il est évident qu’à chaque fois qu’il y a du monde, c’est la chose dont nous avons parlé et ce que nous voulons vraiment mettre en œuvre, c’est d’avoir ce genre de distanciation sociale qui contrecarre cela, et avec un peu de chance, les gens comprendront que l’on n’a pas à se précipiter », a-t-il déclaré à l’émission de télévision Fox News Sunday.

le Dr Fauci, membre clé du groupe de travail de la Maison-Blanche pour combattre le virus, a déclaré que les gens doivent réaliser que la vie va être différente dans l’intervalle.

« Pendant un certain temps, la vie ne sera plus ce qu’elle était aux États-Unis », a-t-il déclaré. « Nous devons simplement l’accepter si nous voulons faire ce qui est le mieux pour le public américain. »

Lors de l’interview sur ABC, le Dr Fauci a déclaré que les responsables de l’administration ne pensent pas qu’une interdiction de voyager aux États-Unis soit nécessaire « dans un avenir immédiat ».

« Je veux dire, ils ont été discutés, mais pas sérieusement », a-t-il dit. « Je ne vois pas cela pour le moment ou dans un avenir immédiat. Mais n’oubliez pas que nous sommes très ouverts d’esprit sur tout ce qu’il faut faire pour préserver la santé du public américain. »

Selon l’université Johns Hopkins, environ 3 000 cas de ce virus, apparu pour la première fois à la fin de l’année dernière à Wuhan, en Chine, ont été confirmés aux États-Unis. Le COVID-19 peut s’accompagner de symptômes tels que l’essoufflement, la toux, la fièvre et d’autres problèmes respiratoires, alors que les responsables ont averti que les personnes âgées et les personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents sont les plus exposées.

Au cours du week-end, plusieurs villes du New Jersey, dont Hoboken et Teaneck, ont imposé des couvre-feux et des restrictions de voyage pour freiner la propagation de l’épidémie.

La semaine dernière, le président Donald Trump a déclaré que la pandémie était une urgence nationale et a libéré des milliards de dollars de financement et de ressources supplémentaires pour freiner la propagation du virus. Avant cela, il avait interdit les voyages dans la plupart des pays européens.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé