Selon une étude du Royaume-Uni, la crise de la santé mentale due à la pandémie affecte avant tout les enfants

Par Lily Zhou
12 avril 2021 Mis à jour: 12 avril 2021
FONT BFONT SText size

La crise de la santé mentale due à la pandémie du virus du PCC touche de plein fouet les enfants et les adolescents. Les services de santé mentale risquent d’être débordés, ont averti vendredi les psychiatres du Royaume-Uni.

Selon une étude menée par le Collège royal des psychiatres, pendant la pandémie, près de 400 000 enfants et 2,2 millions d’adultes ont demandé de l’aide pour des problèmes de santé mentale, avec un surplus des visites s’élevant à 1,68 million.

« Les données du NHS Digital montrent que si la crise affecte les personnes de tous âges, les moins de 18 ans sont ceux qui en souffrent le plus », a déclaré l’organisme dans un communiqué de presse.

Depuis mars 2020, le Royaume-Uni a connu plusieurs confinements à l’échelle nationale ou régionale pour enrayer la propagation du virus du PCC, communément appelé nouveau coronavirus, et les écoles sont restées fermées à deux reprises durant des mois.

Selon l’analyse du Collège royal des psychiatres, 372 438 enfants et jeunes ont été orientés vers les services de santé mentale du CYP (Children and Young People’s Service) entre avril et décembre 2020, soit au moins 80 000 (28 %) de plus qu’en 2019.

Le nombre de visites pour des traitements dispensés aux enfants et aux jeunes a augmenté d’un cinquième par rapport à 2019, pour atteindre les 3,58 millions.

Le nombre d’enfants et d’adolescents victimes de crises graves ou nécessitant des soins en urgence a augmenté de 18 %.

« Nos enfants et nos jeunes portent sur leurs épaules le poids de la crise de la santé mentale causée par la pandémie et risquent de souffrir de troubles psychiques à vie », a déclaré dans un communiqué le Dr Bernadka Dubicka, présidente de la section des enfants et des adolescents au Collège royal des psychiatres.

« En tant que psychiatre au front de bataille, j’ai vu l’effet dévastateur que les fermetures d’écoles, les amitiés perturbées et l’incertitude causée par la pandémie ont eu sur la santé mentale de nos enfants et de nos jeunes », a-t-elle ajouté.

« Les services avaient déjà du mal à faire face au nombre d’enfants ayant besoin d’aide avant que la pandémie ne frappe, et ils risquent d’être débordés si le gouvernement ne veille pas à ce que l’argent promis remonte rapidement en première ligne. »

Sarah (pseudonyme), dont la fille adolescente a rechuté dans l’anorexie, a déclaré que la pandémie avait été « dévastatrice » pour sa fille.

« La perturbation de ses habitudes et de sa vie sociale a vraiment affecté son rétablissement. Elle passait beaucoup moins de temps à faire les choses qu’elle aime et beaucoup plus de temps seule avec ses pensées », a-t-elle déclaré.

Sarah dit qu’elle doit nourrir sa fille à l’aide d’un tube tous les jours parce qu’il n’y a plus de lit spécialisé dans les troubles alimentaires à l’hôpital.

Le Dr Adrian James, le président du Collège royal des psychiatres, a déclaré que la crise allait « probablement empirer avant de connaître une amélioration ».

« Nos services courent un risque très réel d’être débordés par le seul nombre de personnes ayant besoin d’aide pour leurs troubles psychiques », a-t-il déclaré.

« Si la récente annonce de financement est la bienvenue, il faut que cet argent parvienne aux services de santé mentale aussi vite que possible pour freiner cette crise. »

Le mois dernier, le gouvernement britannique a annoncé un Plan d’action pour le recouvrement de la santé mentale, soutenu par 500 millions de livres sterling supplémentaires, un projet qui « vise spécifiquement ceux qui ont été les plus touchés par la pandémie, notamment les personnes atteintes de maladies mentales graves, les jeunes et le personnel en première ligne », a déclaré Nadine Dorries, la sous-secrétaire d’État à la Santé britannique, dans une déclaration envoyée par courriel à Epoch Times.

La sous-secrétaire d’État à la Santé, Nadine Dorries (à gauche), et le ministre de la Santé, Matt Hancock, visitent le palais des congrès ExCeL transformé en NHS Nightingale Hospital London, le 3 avril 2020. (Tolga Akmen/AFP via Getty Images)

La sous-secrétaire a déclaré qu’elle était « totalement engagée » pour aider au bien-être des gens.

« J’ai vraiment conscience de combien cette pandémie est difficile pour beaucoup, surtout pour les enfants et les jeunes, et je reste totalement engagée pour aider au bien-être psychique de chacun », a-t-elle déclaré.

« L’intervention et le traitement précoces sont vitaux, et nous avons débloqué 2,3 milliards de livres sterling supplémentaires par an aux services de santé mentale, ces fonds doivent aider 345 000 enfants et jeunes de plus à accéder à des services financés par le NHS, ou à un soutien dans les écoles et les collèges d’ici l’année 2023-24. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé