Selon une étude, les bébés et les enfants en bas âge produisent une réponse immunitaire plus puissante au virus du PCC que les adultes

25 mars 2022 Mis à jour: 25 mars 2022
FONT BFONT SText size

Selon une étude, les bébés et les enfants en bas âge produisent une réponse immunitaire plus puissante au virus du PCC que les adultes

Selon une nouvelle étude, les nourrissons et les jeunes enfants qui contractent le virus du PCC (Parti communiste chinois) développent une réponse immunitaire nettement plus forte contre le virus que les adultes.

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université Johns Hopkins en collaboration avec les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), portait sur 682 personnes réparties dans 175 foyers du Maryland. Les participants étaient âgés de 0 à 62 ans, et aucun d’entre eux n’avait encore été vacciné contre le virus du PCC à l’origine du Covid‑19.

En analysant les échantillons de sang prélevés entre novembre 2020 et mars 2021 sur ces enfants et adultes non vaccinés, les chercheurs ont trouvé des anticorps décelables contre la souche originale du virus de Wuhan chez 56 personnes, ce qui signifie qu’elles avaient eu le Covid‑19 au moment où elles se sont inscrites à l’étude. Ce groupe de personnes comprenait 15 enfants âgés de 3 mois à 4 ans, 13 enfants âgés de 5 à 17 ans et 28 adultes de 18 ans et plus.

Selon l’étude, les anticorps dirigés contre une zone clé de la protéine spike externe du virus du PCC – connue sous le nom de domaine de liaison au récepteur (RBD) – étaient plus de 13 fois plus élevés chez les enfants âgés de 4 ans et moins par rapport aux adultes. Chez les enfants âgés de 5 à 17 ans, ils étaient neuf fois plus élevés que chez les adultes.

L’équipe a également noté que les niveaux d’anticorps neutralisants, qui sont un indicateur majeur pour savoir si une personne a développé une immunité à vie contre un virus après s’être remise d’une infection, étaient presque deux fois plus élevés chez les enfants âgés de 4 ans et moins que chez les adultes.

En outre, dans la plupart des foyers où les enfants et les adultes présentaient des anticorps attestant d’une infection antérieure, les enfants âgés de 4 ans et moins présentaient les taux les plus élevés de RBD et d’anticorps neutralisants de tous les membres infectés du foyer, selon les résultats publiés dans la revue JCI Insight.

« Cette étude démontre que les jeunes enfants, y compris au cours des premières années de leur vie, ont la capacité de développer de fortes réponses en anticorps contre l’infection par le SRAS‑CoV‑2, qui dans certains cas dépassent les réponses des adultes », a déclaré le Dr Ruth Karron, auteure principale de l’étude et professeure à l’école de santé publique Johns Hopkins Bloomberg.

Toutefois, Mme Karron a précisé qu’il valait mieux vacciner les très jeunes et que les conclusions de son équipe pourront permettre de déterminer le nombre de doses à leur administrer.

« Ces résultats devraient nous rassurer quant à l’efficacité de la vaccination des très jeunes enfants contre le SRAS‑CoV‑2 avec les doses de vaccin appropriées », a‑t‑elle déclaré, rapporte le site d’information officiel de l’université.

Actuellement, les CDC recommandent à toute personne âgée de 5 ans et plus de se faire vacciner contre le Covid‑19. La Food and Drug Administration américaine a autorisé le vaccin Covid‑19 de Pfizer‑BioNTech pour une utilisation d’urgence chez les enfants âgés de 5 à 15 ans.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé