Seine-Saint-Denis: une femme enceinte poignardée, son conjoint en garde à vue après s’être rendu

Par afp
6 juin 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019
FONT BFONT SText size

Une trentenaire enceinte, dont le conjoint s’est rendu à la police mercredi soir en Seine-Saint-Denis, a été poignardée à plusieurs reprises, notamment au ventre, et le foetus est mort, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Le pronostic vital de la jeune femme de 32 ans n’était plus engagé jeudi matin mais le foetus d' »environ cinq mois » n’a pas survécu, a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

Elle était parvenue à aller chez sa voisine, à Villetaneuse, après avoir reçu plusieurs coups de couteau, selon cette source.

Dans le même temps, son conjoint de 40 ans s’est rendu au commissariat de la ville voisine d’Epinay-sur-Seine, accompagné de ses enfants de cinq et sept ans, a-t-on précisé de même source.

La jeune femme présentait un traumatisme crânien, d’importantes plaies au thorax, à l’abdomen, aux bras et aux jambes, selon une source policière.

Son compagnon avait des antécédents de violences conjugales. D’après une source proche de l’enquête, sa compagne avait déposé deux plaintes contre lui en juin 2017 pour des faits de violence, à la suites desquelles il avait dû effectuer un « stage de sensibilisation », en juillet 2018.

Le parquet de Bobigny, qui a saisi la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, a indiqué à l’AFP avoir déclenché le protocole dit « féminicide », institué en 2016 dans le département en cas d’homicide ou tentative d’homicide d’une particulière gravité. Ce dispositif permet notamment une prise en charge et un accompagnement spécifique des enfants.

Epochtimes.fr avec AFP

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé