Ségolène Royal tacle Anne Hidalgo : « Il vaut peut-être mieux un PS qui ne participe pas à la présidentielle et s’évite une humiliation »

15 janvier 2022 Mis à jour: 15 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Mercredi 12 janvier, Ségolène Royal a sévèrement critiqué Anne Hidalgo en lui conseillant de se retirer. Le lendemain, elle a réitéré.

Alors qu’Anne Hidalgo reste derrière dans les sondages et que l’espoir d’une « primaire populaire » relançant la machine a été étouffé par la maire de Paris, qui refuse d’y participer sans la présence de l’écologiste Yannick Jadot, la candidate socialiste de 2007 Ségolène Royal a appelé Anne Hidalgo à s’y soumettre malgré tout. Selon Ségolène, cela pourrait constituer « une façon de sortir dignement de ce guêpier », a-t-elle déclaré sur LCI ce mercredi 12 janvier, ne donnant pas plus de chance pour une victoire de sa compère socialiste.

Ségolène Royal a également jugé, sur un ton amusé, qu’Anne Hidalgo « aurait dû réfléchir sur sa candidature ». Quant à un possible retrait, Ségolène Royal a asséné un : « Il vaut peut-être mieux un Parti socialiste qui ne participe pas à la Présidentielle et qui évite une humiliation à 2% ».

N’en ayant visiblement pas fini avec la candidate socialiste de 2022, Ségolène Royal a réitéré le lendemain sur BFMTV, en expliquant les faibles scores d’Anne Hidalgo dans les sondages par la division de la gauche et « l’absence de projet » de la maire de Paris, a rapporté Valeurs Actuelles.

« C’est dans les primaires qu’on peut faire émerger le meilleur, qu’on braque le regard des gens sur des choix politiques (…) J’avais dit au PS que j’étais disponible avec l’expérience qui est la mienne, mais ils ont préféré Anne Hidalgo », a ensuite conclu Ségolène Royal.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé