Santé : coup d’éclat des Samu devant l’Assemblée contre le projet au « numéro unique »

7 octobre 2021 Mis à jour: 7 octobre 2021
FONT BFONT SText size

Gyrophares allumés et sirènes hurlantes, quelques dizaines de soignants du Samu se sont brièvement rassemblés le 6 octobre devant l’Assemblée nationale pour s’opposer au projet de « numéro unique » inclus dans une proposition de loi en cours de discussion.

Venus des huit départements d’Ile-de-France mais aussi de Beauvais, Bourges, Lille ou encore Rouen, une vingtaine de véhicules sont arrivés peu avant 10H00 sur le pont reliant la place de la Concorde à l’Assemblée, rapidement bouclé par la police.

À l’initiative de cette opération, le président de l’association Samu-Urgences de France, François Braun, a affirmé vouloir « sauver le Samu », mis « en danger » par le projet de « numéro unique » pour les services de secours (santé, police, pompiers), qui entraînera selon lui « une perte de chance » pour les malades.

Un dispositif qui fait polémique

Une crainte partagée par Vincent Brulin, urgentiste au Samu 59 (Nord), qui explique que « l’opérateur sera un secouriste, mais pas forcément quelqu’un de qualifié pour les urgences médicales » et assure que dans son département « les pompiers de terrain ne veulent pas du numéro unique ».

Objet depuis longtemps de polémiques entre « bleus », « blancs » et « rouges », le dispositif est pourtant sur le point de voir le jour, via une proposition de loi sur la « valorisation des sapeurs-pompiers », votée en mai par les députés puis fin septembre par les sénateurs, avec toutefois quelques modifications adoptées contre l’avis du gouvernement.

Préavis de grève à partir du « 12 octobre »

Or « ce texte modifié par le Sénat, nous n’en voulons pas », a expliqué M. Braun, qui réclame un retour à la version de l’Assemblée. Il a déjà « déposé un préavis de grève à partir du 12 octobre », que les Samu sont prêts à suivre, même s’ils « ne mettront jamais en danger la vie des patients ».

Les parlementaires, qui doivent justement examiner le texte jeudi matin en commission mixte paritaire, sont prévenus.

 


Rejoignez Epoch Times sur Télégram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé