Saint-Malo : un propriétaire violemment agressé en voulant déloger des squatteurs

1 décembre 2021 Mis à jour: 1 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Lundi 29 novembre, à Saint-Malo (Ille et Vilaine), deux jeunes squatteurs ont été condamnés à des peines de 3 et 6 mois de prison ferme pour des violences commises sur un propriétaire qui voulait les déloger.

Tout commence mercredi 24 novembre, lorsque des squatteurs ont décidé d’occuper un vieil immeuble de la cité corsaire à Saint-Malo pour y passer la nuit. Sur place, les trois propriétaires, habitués à faire des rondes pour surveiller le lieu, ont alors aperçu de la lumière à l’étage et ont aussitôt prévenu la police.

En attendant, une fois à l’intérieur, ils ont découvert que la porte d’entrée avait été cassée et que 5 personnes s’y trouvaient, a rapporté Ouest-France. Problème : au moment où l’un des propriétaires leur a demandé de quitter les lieux, la situation s’est tendue et deux des squatteurs l’ont violemment roué de coups de poing et de coups de pied.

Blessé au niveau de la tête et du visage, le propriétaire a été conduit à l’hôpital à l’arrivée de la police, il s’en tire avec 8 jours d’interruption temporaire de travail (ITT), a rapporté 20 Minutes.

Quant aux squatteurs, les deux agresseurs, âgés de 18 et 26 ans, ont été interpellés puis condamnés respectivement à 3 et 6 mois de prison ferme, ce lundi 29 novembre. Les trois autres, qui n’avaient pas participé aux violences, ont été remis en liberté.


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé