Sahel : quatre officiers français parmi les soldats de « Barkhane » testés positifs au virus du PCC

2 avril 2020 Mis à jour: 3 avril 2020
FONT BFONT SText size

« L’un des patients est pris en charge et soigné sur place, trois autres ont déjà été rapatriés » vers la France.

Quatre officiers français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération antijihadiste « Barkhane » ont été testés positifs au virus du PCC, a indiqué jeudi  2 avril l’état-major, ce qui constitue les premiers cas rendus publics parmi les forces françaises projetées en opérations extérieures. « L’opération Barkhane a connu ses quatre premiers cas confirmés d’infection par le coronavirus », selon l’état-major.

Parmi ces quatre officiers, « un des patients est pris en charge et soigné sur place, et trois autres ont déjà été rapatriés » vers la France, « de même qu’un autre officier symptomatique sans pour autant avoir été testé », précise le porte-parole de l’état-major, le colonel Frédéric Barbry.

Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie COVID-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

« Pas d’impact sur les opérations »

Ces quatre officiers testés positifs au virus du PCC,  « arrivés en bande sahélo-saharienne il y a plusieurs semaines », sont « à ce stade asymptomatiques ». Le diagnostic a été confirmé par des tests effectués sur place par le service de santé des armées, par un laboratoire biologique civil local ou à leur arrivée en France.

« Tous les cas « contact » ont été identifiés et placés en quatorzaine en zone dédiée », souligne le colonel Barbry, en précisant que « ces cas de contamination, de même que les dispositions prises pour préserver le personnel de la force n’ont pas d’impact sur les opérations, qui se poursuivent à un rythme soutenu ».

Le ministère français des Armées déplore par ailleurs dans ses rangs un premier décès dû au coronavirus, a-t-il annoncé jeudi : il s’agir d’un employé civil du service d’infrastructure de la défense (SID), décédé le 30 mars à l’âge de 62 ans.

L’opération andijihadiste Barkhane, forte de 5 100 militaires, lutte contre les mouvements jihadistes en collaboration avec les pays du Sahel, Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad. C’est la principale opération extérieure des armées françaises.

COUVERTURE SPÉCIALE VIRUS DU PCC

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé