La Russie, la Turquie, l’Arabie saoudite se questionnent sur l’Accord de Paris sur le climat, selon un haut responsable américain

Des représentants de la Russie, de la Turquie et de l’Arabie saoudite semblent avoir des doutes quant au maintien de l’Accord de Paris sur le climat, a déclaré un haut responsable de l’administration Trump à des journalistes lors du sommet du G-20 à Buenos Aires le 1er décembre.

Le fonctionnaire a fait ces remarques après que les dirigeants de 20 pays ont signé une déclaration – pdf – qui comprend un passage réaffirmant que les États-Unis se retirent de l’Accord de Paris. La partie de la déclaration portant sur le climat a suscité le plus de conflits entre les parties et a été la dernière à être réglée, selon le fonctionnaire.

« Ce qui est intéressant, c’est qu’il s’agissait d’un des derniers numéros à être clos », a déclaré le responsable. « Parce que les pays qui sont généralement d’accord ne pourraient pas être d’accord entre eux. Et ce que vous commencez à voir, c’est que la coalition s’effiloche un peu. Des pays comme la Turquie, comme l’Arabie Saoudite, comme la Russie, sont peut-être en train de douter de cela. »

Le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat en juin 2017. La Russie et la Turquie sont signataires de l’Accord, mais ne l’ont pas encore ratifié sur le plan interne. L’Arabie saoudite a ratifié l’Accord en novembre 2016.

La déclaration du G-20 stipule que les signataires de l’Accord sur le climat « réaffirment que l’Accord de Paris est irréversible et s’engagent à le mettre pleinement en œuvre. » Ce point est suivi d’une réprimande de la part des États-Unis.

« Les États-Unis réitèrent leur décision de se retirer de l’Accord de Paris et affirment leur ferme attachement à la croissance économique, à l’accès à l’énergie et à la sécurité énergétique, en utilisant toutes les sources et technologies énergétiques, tout en protégeant l’environnement », affirme la déclaration.

L’Arabie saoudite et la Russie sont aujourd’hui les deuxième et troisième producteurs mondiaux de pétrole après que les États-Unis soient devenus le premier producteur mondial de pétrole en août.

Le ministre russe des Ressources naturelles et de l’Environnement, Sergei Donskoi, a déclaré à l’agence de presse Sputnik l’année dernière que la sortie des États-Unis de l’Accord sur le climat n’aura aucune incidence sur les plans de la Russie de le ratifier. M. Donskoi a déclaré que Moscou prendrait une décision de ratification au plus tôt en janvier 2019.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré aux dirigeants du G-20 en 2017 qu’il est peu probable que la Turquie ratifie l’Accord parce que la sortie de Washington compromet la compensation promise aux pays en développement.

L’Arabie saoudite s’était engagée à conclure l’Accord en 2017, promettant d’apporter des changements conformes à son programme de réformes économiques visant à sevrer le pays du pétrole.

En annonçant le retrait des États-Unis le 1er juin 2017, M. Trump a déclaré que l’Accord « désavantage les États-Unis au profit exclusif d’autres pays, laissant les travailleurs américains – que j’aime – et les contribuables absorber le coût en termes d’emplois perdus, de salaires moins élevés, d’usines fermées et de production économique considérablement réduite. »

Aucun autre pays ne s’est joint aux États-Unis pour mettre fin à l’Accord, mais les commentaires du haut fonctionnaire de l’administration ont indiqué que cela pourrait changer.

« Nous avons préservé notre position. Je pense que nous l’avons expliquée. Et encore une fois, je pense que notre message résonnait dans la salle, parce que c’était la dernière question à clore et que d’autres pays réfléchissaient longuement et sérieusement à la question de savoir s’ils voulaient maintenir leur engagement envers ce paradigme », a dit le responsable.

L’Accord de Paris sur le climat, signé par 195 pays, vise à maintenir l’augmentation de la température mondiale au cours de ce siècle « bien en dessous des 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. »

Le président Barack Obama a signé l’Accord en septembre 2016. Le gouvernement Obama s’est engagé individuellement – pdf – à l’Accord sur le climat à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28 % d’ici 2025 par rapport aux niveaux de 2005.

Selon un rapport de la Heritage Foundation, si les États-Unis respectaient leurs engagements jusqu’en 2035, le pays perdrait 400 000 emplois, une famille moyenne de 4 personnes perdrait 20 000 dollars (17 625 euros) de revenu et les factures d’électricité des ménages augmenteraient de 13 à 20 %. Au total, le pays risquait de perdre 2,5 billions de dollars (2,2 billions d’euros) en produit intérieur brut, selon le rapport.

Le 3 décembre, les dirigeants du monde entier se sont réunis à Katowice, en Pologne, pour ce qui est annoncé comme la plus importante conférence sur le climat depuis Paris. Les délégués de près de 200 nations ont débattu de la manière d’atteindre les objectifs de l’Accord sur le climat. Des représentants de certains des pays les plus puissants du monde étaient absents du sommet.

Michal Kurtyka, vice-ministre polonais de l’environnement et président des pourparlers, a déclaré que sans succès à Katowice, Paris ne serait pas un succès, car il avait seulement décidé ce qui était nécessaire, pas comment cela pouvait être fait.

En outre, l’environnement politique au sens large avait changé.

« La vague d’optimisme et de coopération mondiale qui nous a conduits à Paris et à travers Paris a maintenant atteint son apogée, s’est brisée et est en train de s’effondrer », a-t-il déclaré aux délégués.

Reuters a contribué à ce rapport.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Nouveaux compteurs Linky :
un client EDF voit ses factures augmenter de façon spectaculaire

 
 
 
 

Matteo Salvini prévient les Italiens : « Quiconque se réjouit de l’attaque terroriste en France sera immédiatement arrêté »

Matteo Salvini prévient les Italiens : « Quiconque se réjouit de l’attaque terroriste en France sera immédiatement arrêté »
Au cours d’une visite officielle en Israël, le ministre de l’Intérieur italien a déclaré que ceux de ses ...
LIRE LA SUITE
 

Les liens entre Huawei et les factions du PCC en Chine

Les liens entre Huawei et les factions du PCC en Chine
L'arrestation de la directrice administrative et financière de Huawei, Meng Wanzhou, par les autorités canadiennes, a propulsé la ...
LIRE LA SUITE
 

Une brève histoire de Huawei

Une brève histoire de Huawei
L'histoire des liens de Huawei avec le Parti communiste chinois Au cours des années 1980, la Chine a ...
LIRE LA SUITE
 

Un donneur a été trouvé pour une enfant de 2 ans ayant l’un des groupes sanguins les plus rares au monde

Un donneur a été trouvé pour une enfant de 2 ans ayant l’un des groupes sanguins les plus rares au monde
Un donneur du Royaume-Uni a été identifié comme étant compatible avec une fillette américaine de 2 ans, dont ...
LIRE LA SUITE