« Les Russes que je connais ici sont tous contre la guerre » : la communauté russe des Hauts-de-France dénonce un « amalgame idiot »

8 mars 2022 Mis à jour: 8 mars 2022
FONT BFONT SText size

Depuis le début de la guerre en Ukraine, la communauté russe en France en fait les frais, certains faisant l’amalgame entre les deux, sans aucun recul. C’est dans ce climat que deux restauratrices, basées à Lille, ont reçu une lettre dans laquelle l’auteur leur demande de « quitter la France dans les meilleurs délais ».

Ce mardi 1er mars, deux restauratrices ont fait l’objet d’un courrier leur demandant de quitter la France, ainsi que rapporte France 3 Hauts-de-France. Leur tort, être Russe pour Natacha, et avoir des origines ukrainiennes pour Marina.

« Votre présence n’est absolument plus souhaitée en France »

« On a été choquées », explique Natacha, gérante du restaurant Baba Yaga, situé rue Solférino à Lille, après avoir découvert dans sa boîte aux lettres le courrier intitulé « départ » et signé de « Français adorateurs de la démocratie et du respect des pays souverains ». Marina explique qu’elle s’y attendait « un petit peu ». « En 2014, on a déjà eu un peu de souci quand le conflit en Ukraine a éclaté », confie-t-elle.

Dans sa lettre l’auteur indique que « Vladimir a besoin urgemment de vos talents culinaires pour soutenir le moral de ses troupes russes qui ont ce matin envahi l’Ukraine », ajoutant : « Vous n’avez plus qu’à quitter la France dans les meilleurs délais. […] Votre présence n’est absolument plus souhaitée en France. Vladimir vous expliquera pourquoi. »

« Ce conflit fait ressortir le meilleur et le pire des gens »

Comme le mentionne France 3, Marina et Natacha sont très attristées par cette missive, sans pour autant éprouver de peur, ni même de colère. Elles ont d’ailleurs publié cette lettre sur les réseaux sociaux et en retour, ont reçu de nombreux messages de soutien, ce qui les a réconfortés. Elles ont pu constater que la plupart des gens ne font pas cet « amalgame idiot ». « Ce conflit fait ressortir le meilleur et le pire des gens », font-elles remarquer, signifiant que cette lettre, « c’est une expression du pire ». Elles ont décidé de porter plainte.

Pour Natacha comme pour Marina, « la cuisine est l’un des vecteurs de la culture les plus importants, l’un des plus faciles à appréhender ». « Les recettes du Borsch, les feuilles de choux farcies ne vont pas changer parce que Poutine a envahi l’Ukraine. Ça va rester. Ça a été avant Poutine, ça restera après Poutine », conviennent-elles.

« Les gens pensent que si tu es russe, tu es pro-Poutine »

Ces restauratrices ne sont toutefois pas les seules à pâtir de ce climat délétère. Un épicier de la région marié à une Russe, et qui a préféré garder l’anonymat, envisage quant à lui de fermer les portes de sa boutique spécialisée dans les produits russes, précise France 3.

« Actuellement, les gens pensent que si tu es Russe, tu es pro-Poutine. Il y a autre chose en Russie que le président. On doit garder le moral », renchérit Katya, une Russe mariée à un Français et qui s’est installée il y a environ dix ans dans l’agglomération de Lille. « Les Russes que je connais ici sont tous contre la guerre », poursuit-elle, passablement agacée par « la guerre d’information » qui sévit, entre autres, via les réseaux sociaux. « Je n’accepte pas qu’on dise que les Russes sont fascistes. Il ne faut pas généraliser », conclut-elle.

Une jeune étudiante Lilloise de 23 ans, née en France d’une mère russe, pointe les nombreux préjugés dont sa mère a souvent fait l’objet. « Ça fait longtemps qu’on entend des réflexions telles que ‘Oh ! Je n’aime pas les Russes. Ils sont méchants et pas drôles’. Il y a toujours eu des préjugés », se désole-t-elle. Elle envisageait de se rendre en Russie cet été mais a renoncé à ce rêve.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé