Le Royaume-Uni réduit l’application Covid-19 pour apaiser le chaos de l’auto-isolement

4 août 2021 Mis à jour: 4 août 2021
FONT BFONT SText size

Sous la pression des entreprises et des syndicats, le gouvernement britannique a réduit son application Covid-19 afin d’atténuer la pénurie de main-d’œuvre résultant du fait qu’un grand nombre de travailleurs doivent s’isoler.

À la suite d’une révision du gouvernement, l’application demandera désormais à moins de personnes de s’isoler après un contact avec une personne testée positive au virus du PCC (virus du Parti communiste chinois).

Alors qu’auparavant l’application demandait l’auto-isolation aux personnes ayant été en contact étroit avec une personne testée positive au cours des 5 jours précédant le test de dépistage, elle ne s’intéressera désormais qu’aux personnes ayant été en contact 2 jours avant le test de dépistage.

Dans une déclaration, le ministre de la Santé Sajid Javid a dit : « Nous voulons réduire les perturbations que l’auto-isolement peut causer aux personnes et aux entreprises, tout en veillant à protéger les personnes les plus exposées au virus. Cette mise à jour de l’application nous aidera à trouver le bon équilibre. »

Il a souligné qu’il est toujours important que les personnes s’isolent lorsqu’on leur demande de le faire afin de freiner la propagation du virus.

Le ministère de la Santé et des Soins sociaux (DHSC) a dit que la mise à jour « n’a pas d’impact sur la sensibilité de l’application, ni ne modifie le seuil de risque, et que le même nombre de contacts à haut risque se verra conseiller l’auto-isolement ».

Il a insisté sur le fait que l’application « continue de jouer un rôle crucial pour briser les chaînes de transmission, prévenir les hospitalisations et sauver des vies ».

Le gouvernement a cité « une nouvelle analyse effectuée par des scientifiques de renom », qui montre que, au cours des 3 premières semaines de juillet, l’application a permis d’éviter jusqu’à 2 000 cas par jour et de prévenir 1 600 hospitalisations, en supposant que les instructions d’auto-isolement étaient respectées à 60 %.

Bien que la plupart des restrictions de confinement aient été levées, les règles d’auto-quarantaine resteront en vigueur jusqu’au 16 août.

Au cours de la semaine du 21 juillet, l’application a envoyé près de 700 000 alertes en Angleterre et au Pays de Galles, un record depuis son lancement. Les entreprises ont été mises à rude épreuve car un grand nombre de leurs employés ont été alertés par l’application NHS et ont dû s’isoler.

Downing Street avait dit le mois dernier qu’il n’y avait « aucun plan » pour modifier l’application, mais il a maintenant été forcé de changer sa position pour maîtriser la « pingdémie » (en référence au son « ping » de l’application qui annonce qu’on doit s’isoler à son tour).

La porte parole travailliste pour le ministère de la Santé, Liz Kendall, a critiqué la volte-face du gouvernement.

« C’est encore un autre revirement relatif au Covid des ministres à un moment où le public a besoin de clarté et de certitude, et non de chaos et de messages contradictoires. C’est la pagaille et ils doivent se ressaisir », a-t-elle dit.

La British Beer and Pub Association (BBPA) a salué ce changement. Elle a dit que jusqu’à 1 000 bars ont été forcés de fermer temporairement en raison du grand nombre d’employés qui ont reçu un avis de recherche.

Le syndicat Unite a dit que le changement n’allait pas assez loin, et a réitéré son appel pour que les secteurs de l’automobile et de l’acier soient exemptés des règles d’auto-isolement.

Steve Turner, secrétaire général adjoint du syndicat chargé de l’industrie manufacturière, a dit : « Les coûts sont terribles pour les travailleurs comme pour l’industrie, et l’on craint vraiment que le travail ne soit transféré à l’étranger ou même que les fours à acier ne soient endommagés, ce qui serait dévastateur pour cette industrie. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé