Le Royaume-Uni dénombre des milliers de décès par cancer du poumon qui auraient pu être évités sans les confinements

27 novembre 2021 Mis à jour: 27 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Un nouveau rapport montre que des milliers de patients atteints de cancer du poumon pourraient être morts par manque de prise en charge durant les mesures de confinements liés aux Covid-19.

Dans un rapport publié jeudi, la UK Lung Cancer Coalition (UKLCC) constate que l’amélioration des « taux de survie à 5 ans » dont les médecins étaient témoins avant la pandémie est maintenant compromise.

Le taux de survie à 5 ans est un terme couramment utilisé par les oncologues. Si 5 ans après la découverte du cancer le patient est toujours vivant, la probabilité est élevée que le cancer ait disparu de l’organisme.

Selon le rapport, il semble que les retards de diagnostic causés par les mesures de confinement ont entraîné une baisse allant jusqu’à 5,3 % des taux de survie à cinq ans. Ainsi, chez des patients diagnostiqués entre 2014 et 2018, ces taux s’élevaient à 17,6 %. Aujourd’hui, ils atteignent à peine les 12,3 % pour les patients diagnostiqués pendant la pandémie.

Cela signifie plus de 2 500 décès supplémentaires au Royaume-Uni, indique le rapport.

Le professeur Robert Rintoul, président du groupe consultatif clinique de l’UKLCC, précise : « Avant la pandémie, de réels progrès avaient été réalisés quant à l’augmentation des taux de survie à cinq ans. Mais le Covid-19 a eu un impact dévastateur sur le diagnostic précoce du cancer du poumon et a compromis notre objectif de faire passer le taux de survie à cinq ans à 25 % d’ici 2025 au Royaume-Uni. »

Selon lui, les patients atteints de cancer du poumon ont été touchés de manière disproportionnée par la pandémie.

« Les conseils du gouvernement de rester à la maison en cas de toux, la réticence à faire appel aux services de soins de santé pendant le confinement. De même les pressions sur des services de santé déjà surchargés, ont inévitablement entraîné une baisse des consultations chez les spécialistes et une augmentation des signalements tardifs de la maladie », a-t-il déclaré, ajoutant qu’une action urgente est nécessaire pour revenir sur la bonne voie.

Un homme remonte une rue déserte, Regent Street, à Londres, le 30 mars 2020. (Leon Neal/Getty Images)

L’UKLCC exige un programme de dépistage du cancer du poumon entièrement financé dans tout le Royaume-Uni.

Elle demande également la mise en place de campagnes de sensibilisation nationales et régionales semestrielles et d’une ligne d’assistance téléphonique dédiée au cancer du poumon, afin de faciliter l’accès des patients au soutien et au diagnostic.

Le président de l’UKLCC, Martin Grange, s’insurge contre le fait « que le travail et les réalisations des personnes impliquées dans le traitement du cancer du poumon aient si durement touchés par le Covid-19 ».

« Nous devons œuvrer ensemble et veiller à ce que les progrès réalisés avant la pandémie dans les résultats du cancer du poumon n’aient pas été vains », explique-t-il.

Selon un rapport de l’University College London publié en septembre, le manque de visites médicales en présentiel au Royaume-Uni depuis le début de la pandémie implique 10 000 décès dus au cancer qui auraient pu être évités.

Les derniers chiffres de l’Office for National Statistics (ONS) montrent qu’au cours des 18 dernières semaines, l’Angleterre et le Pays de Galles ont enregistré 20 823 décès de plus que la moyenne des 5 dernières années. Seuls 11 531 décès étaient liés au Covid-19.

L’oncologue consultant et professeur de médecine à la faculté de médecine de l’université de Buckingham, le professeur Karol Sikora, un expert mondial du cancer, a déclaré à Epoch Times la semaine dernière : « Ce qui semble se passer, c’est que le taux de mortalité est plus élevé en raison des retards et du manque d’accès aux soins de santé. »

Et d’ajouter : « C’est un scandale national ! »


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé