Une robe rouge étonnante, fabriquée par 370 artisans dans 50 pays pendant 13 ans, raconte l’histoire des femmes

23 janvier 2023 Mis à jour: 23 janvier 2023
FONT BFONT SText size

Pendant 13 ans, un projet complexe conçu par une artiste britannique a été réalisé avec l’aide de 370 artisans dans 50 pays à travers le monde.

Ce projet, intitulé « The Red Dress » (la Robe rouge), est une magnifique robe longue conçue à partir de 84 panneaux de soie bordeaux dupliqués, qui rend hommage à l’histoire des femmes à travers les cultures et célèbre la puissance de la solidarité.

La robe est l’idée de Kirstie Macleod, âgée de 41 ans, une artiste en textile qui vit avec son compagnon et ses trois enfants dans le Somerset, en Angleterre. Née dans une famille de couturiers, de tricoteurs et de fabricants qualifiés, Kirstie Macleod a voyagé et vécu dans plusieurs pays à travers le monde pendant son enfance puisque son père travaillait dans le secteur de l’énergie. À l’âge de 9 ans, alors qu’elle vivait au Nigeria, elle a appris à broder avec une Indienne.

Elle a ensuite obtenu une licence en design textile et une maîtrise en langage visuel et interprétation avant de commencer sa carrière d’artiste à Londres.

(Avec l’aimable autorisation de Kirstie Macleod)

‘Un temps pour rêver’

« La Robe rouge a commencé en 2009 », a confié Kirstie à Epoch Times. « J’ai eu l’occasion de présenter une nouvelle œuvre à Art Dubai. J’ai reçu un financement [du British Council] avant d’avoir choisi une pièce, ce qui est l’inverse de ce qui se passe habituellement (…) Cela m’a donné une liberté incroyable pour rêver. »

Kirstie a eu l’idée de la Robe rouge alors qu’elle griffonnait au dos d’une serviette de table dans un café. Elle rêvait que cette pièce puisse unir des personnes du monde entier et célébrer l’identité, tout en offrant une plateforme pour que les voix soient partagées et entendues.

« J’étais tellement attristée et je suppose que, parfois, j’étais désespérée par l’état du monde et je voulais créer une œuvre sans frontières, sans préjugés, sans hiérarchies, qui rassemblerait simplement les gens », a avoué Kirstie.

Elle a acheté une grande quantité de soie bordeaux à Paris – qui, à son avis, provenait de d’Inde – pour le corps de la robe et a choisi un modèle qui lui semblait « féminin et la valorisait ». Souhaitant que la robe paraisse intemporelle, elle a équilibré une taille corsetée et une jupe ample avec un décolleté plongeant, un col rigide et des détails de style militaire.

« Je voulais que la robe donne une impression de puissance et de force », a-t-elle dit.

(Avec l’aimable autorisation de Kirstie Macleod)

Il s’agissait ensuite de recruter des collaborateurs. Kirstie Macleod, qui a été professeur à la Royal School of Needlework de Londres, a fait appel à son réseau de contacts pour lancer le projet. Elle a également contacté les relations de ses parents et les amis qu’ils avaient eus lors de leur séjour à l’étranger.

Très vite, elle a reçu des demandes de particuliers et d’organisations caritatives souhaitant participer au projet. Depuis, les contributeurs mandatés ont reçu une partie des bénéfices des expositions itinérantes de The Red Dress, mais la plupart d’entre eux étaient des bénévoles.

(Avec l’aimable autorisation de Kirstie Macleod)

Selon le site Web du projet, les brodeuses sont des réfugiées de Palestine, de Syrie et d’Ukraine ; des femmes demandant l’asile au Royaume-Uni, originaires d’Iran, d’Irak, de Chine, du Nigeria et de Namibie ; des survivantes de la guerre au Kosovo, en Bosnie-Herzégovine, au Rwanda et en République démocratique du Congo ; des femmes démunies d’Afrique du Sud, du Mexique et d’Égypte ; des personnes du Kenya, du Japon, de la Turquie, de la Jamaïque, de la Suède, du Pérou, de la République tchèque, de Dubaï, de l’Afghanistan, de l’Australie, de l’Argentine, de la Suisse, du Canada, de Tobago, du Vietnam, de l’Estonie, des États-Unis, de la Russie, du Pakistan, du Pays de Galles, de la Colombie et de l’Angleterre ; des étudiants du Monténégro, du Brésil, de Malte, de Singapour, de l’Érythrée, de la Norvège, de la Pologne, de la Finlande, de l’Irlande, de la Roumanie et de Hong Kong ; ainsi que des studios de broderie haut de gamme en Inde et en Arabie saoudite.

Au moins 363 femmes et 7 hommes ont travaillé à la fabrication de la robe.

L’énergie du tissu

Kirstie a confié à Epoch Times : « Les moments les plus mémorables de cette aventure ont été lorsque je recevais par la poste les panneaux de tissu (brodés). La première fois que j’ai pu voir le travail, j’ai ressenti de la gratitude (…) C’était un sentiment d’humilité, l’humilité de la confiance que l’artisan m’avait accordée avec son histoire.

« Lorsque vous tenez le tissu dans vos mains, vous pouvez sentir l’énergie du tissu, mais aussi le nombre de points qui ont été faits, la quantité de leur temps, de leur énergie, de leur rêve, de leur vision (…) tout est dans ce tissu. Le tenir dans vos mains est incroyable. »

Kirstie en 2021, photo de Sophia Scorr Kon (Avec l’aimable autorisation de Sophia Schorr-kon via Kirstie Macleod)

En plus de leur travail artisanal réalisé avec amour, les histoires douloureuses des femmes artisans ont commencé à peser lourdement sur Kirstie, qui a fini par consulter un thérapeute pour l’aider à gérer l’expérience de la fabrication de la robe.

Elle a expliqué : « Il y a énormément de traumatismes et de violences, de guerres, de situations et d’histoires incroyablement douloureuses cousues dans la robe, à côté de choses joyeuses, heureuses et édifiantes. J’ai eu de la difficulté à intégrer et à traiter certaines de ces histoires (…) parce que je travaille avec ces personnes si profondément et si intimement chaque jour. »

En 2009, Kirstie a passé une semaine entière à la fabrication de la structure de la robe. Depuis lors, elle consacre deux ou trois journées entières de travail tous les deux ou trois ans, assurant entre-temps la liaison avec des artisans du monde entier. Cependant, elle se retrouve souvent à faire de « petits travaux » pour réparer des coutures et des boutons desserrés, et s’est habituée à la durée prolongée de la fabrication de la robe, dans le respect de son histoire en expansion.

Lorsqu’elle a commencé le projet, elle ne savait pas s’il fonctionnerait pendant un an ou dix ans, mais même après une décennie, elle savait qu’il n’était pas terminé et l’a donc poursuivi pendant trois années supplémentaires.

« Les gens me disent souvent : ‘Comment peux-tu continuer pendant si longtemps ? Comment peux-tu te consacrer autant à quelque chose ?’ Pour moi (…) comment pourrais-je ne pas l’être ? Pour moi, il était tout à fait logique que cette pièce soit réalisée. »

Broderie par Allthreads Collective Australia, 2018, photo de Sophia Schorr Kon (Avec l’aimable autorisation de Sophia Schorr-kon via Kirstie Macleod).

Rencontre avec les créateurs

Pour la toute première présentation de la robe à Dubaï, Kirstie a dû travailler très rapidement. Elle a donc demandé l’aide de son mentor, Gail Faulkner, et de la couturière Silvio De Gregorio pour préparer le vêtement et trouver un moyen de dissimuler le décolleté plongeant afin de respecter la charia. Elle a depuis apporté des modifications supplémentaires au corsage et à la jupe pour permettre une meilleure exposition des panneaux et, depuis 2019, des broderies ont été ajoutées directement à la robe pour remplir les espaces vides.

Cependant, l’ensemble du projet n’a pas été sans difficultés. Le financement du projet de 13 ans et la recherche d’un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ont été les plus grands défis pour Kirstie.

La première année, Kirstie a été financée par le British Council, mais au cours des huit années suivantes, elle a dû financer elle-même le projet, car l’intérêt du public s’était émoussé et il s’est avéré très difficile d’être reconnue et d’obtenir des expositions pendant cette période.

« J’ai autofinancé le projet pendant plusieurs années. C’était à l’époque où j’étais une mère célibataire bénéficiant d’allocations, donc c’était très, très difficile », a-t-elle expliqué. « Il y a eu des dons très généreux de la part de personnes qui aimaient vraiment le projet et voulaient aider, c’était fantastique. Par la suite, j’ai reçu une bourse du Conseil des arts en 2020 et cela a tout changé. »

Le financement lui a permis de créer un site web et de réaliser un film. Elle a également pu faire appel à des traducteurs, car la communication n’était pas toujours facile.

Kirstie travaillait aussi sur la robe la plupart du temps, y compris le matin et le soir et autour du temps consacré à sa famille.

« Maintenant, je suis assez rigoureuse pour travailler uniquement dans mon studio, sauf si je dois absolument faire quelque chose rapidement. Mais quand je suis à la maison, je me consacre à mes enfants. »

La créatrice Amanda Wright au Pays de Galles, 2010 (Avec l’aimable autorisation de Kirstie Macleod)

Aujourd’hui, elle est en tournée avec The Red Dress pour partager son message et rencontrer certains de ses contributeurs. Jusqu’à présent, elle a rencontré plusieurs fabricants au Mexique, la brodeuse Amanda Wright au Pays de Galles et les artisans Rudy et Fatima Lilly au Kosovo.

Au cours des prochaines années, elle prévoit de reprendre contact avec tous les artisans et de les rencontrer en personne pour leur montrer la robe terminée.

Kirstie n’a dû faire face qu’à des préoccupations occasionnelles concernant son projet. Elle explique : « Au fil de toutes ces années, j’ai reçu trois messages de personnes contrariées par la robe, notamment en raison de ma position de femme blanche de classe moyenne. Il y a eu des critiques selon lesquelles il s’agissait d’une œuvre colonialiste (…) dans chacune de ces situations, tout s’est complètement résolu une fois que les personnes qui m’avaient écrit ont réellement compris l’œuvre. »

(Avec l’aimable autorisation de Mark Pickthall via Kirstie Macleod)

Cependant, la réaction du public à la robe a été formidable. Elle a suscité des sentiments de révérence, des larmes, des sourires, des accolades, des conversations et, surtout, des liens. « Lorsque je participe à des événements, cela se transforme souvent en une grande expérience de partage pour les gens. »

« Il s’agit de ce qui est possible lorsque nous nous rassemblons. Il s’agit d’amour, de soutien, d’accompagnement, d’authenticité. Il s’agit d’égalité et d’unité », a-t-elle ajouté. « Si la robe peut, ne serait-ce qu’un instant, partager ce qui est possible lorsque nous nous rassemblons, lorsque nous pouvons nous soutenir les uns les autres (…) il y a de l’espoir. »

« [La robe] a été décrite comme un phare de paix et diverses autres choses. J’espère qu’elle pourra aider les gens à se sentir à l’aise et à sentir un lien. »

La Robe rouge dans Speaking Out en collaboration avec le Musée des enfants de la guerre de Sarajevo. L’exposition était consacrée et coproduite par des femmes ayant survécu à des violences sexuelles liées à des conflits et aux enfants nés de la guerre. (Avec l’aimable autorisation de Kirstie Macleod)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé