Retour surprise : création d’un nouveau parquet national antiterroriste (PNAT)

13 juillet 2018 Mis à jour: 13 juillet 2018
FONT BFONT SText size

Le parquet national antiterroriste (PNAT) fait un retour surprise : le gouvernement a finalement confirmé vendredi la création d’un parquet spécifique aux vastes compétences, malgré l’opposition de nombreux magistrats.

La lutte antiterroriste est aujourd’hui confiée à une section du parquet de Paris, dirigé par François Molins. Devenu, d’attentat en attentat, le visage de l’antiterrorisme, le procureur Molins s’apprête à quitter ce poste stratégique pour rejoindre la Cour de cassation.

Annoncé en décembre 2017 par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, puis écarté du projet de réforme de la justice présenté au printemps, le PNAT figurera dans le projet de loi organique accompagnant celui de programmation pour la justice, attendus à l’automne.

« Nous considérons ensemble qu’il est désormais nécessaire de permettre à un procureur de se consacrer à temps plein à la lutte antiterroriste », a déclaré le Premier ministre en présentant un nouveau « plan d’action contre le terrorisme » au siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Levallois-Perret en Hauts-de-Seine.

Recommandé