Le régime chinois intensifie les efforts du Front uni pour influencer les démocraties occidentales

11 juin 2020 Mis à jour: 11 juin 2020
FONT BFONT SText size

Le régime chinois redouble d’efforts pour influencer les communautés chinoises d’outre-mer et les systèmes politiques du monde entier, de sorte que les pays démocratiques devraient s’attaquer à ces campagnes par des réponses fermes, selon un nouveau rapport.

Le Département du travail du Front uni, une unité du Parti communiste chinois (PCC), coordonne des milliers de groupes pour mener des opérations d’influence politique à l’étranger, réprimer les mouvements dissidents, recueillir des renseignements et faciliter le transfert de technologies vers la Chine, selon un rapport de juin du groupe de réflexion du Australian Strategic Policy Institute (ASPI, Institut australien de politique stratégique).

Les initiatives d’influence politique de l’unité visent les élites étrangères, y compris les politiciens et les cadres d’entreprises, et sont souvent de nature secrète, selon le rapport. Les communautés chinoises d’outre-mer sont également des cibles importantes, le Parti cherchant à récupérer et à contrôler les groupes communautaires, les associations d’entreprises et les médias en langue chinoise.

« Le Front uni, couronné de succès, divise le Parti entre les communautés ethniques chinoises et les sociétés dans lesquelles elles vivent, étendant le contrôle du Parti sur les canaux de représentation et de mobilisation de ces communautés », selon le rapport.

Le département dirige également le China News Service, l’un des plus grands médias du régime, qui diffuse de la propagande à la diaspora chinoise, indique le rapport. Il a également créé des groupes de réflexion, tandis que des Chinois ayant des liens avec les organismes du Front uni ont financé des recherches dans des groupes de réflexion occidentaux.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Alex Joske, auteur du rapport, a déclaré que le travail du Front uni à l’étranger équivaut à une « exportation du système politique du PCC ».

Ses efforts « sapent la cohésion sociale, exacerbent les tensions raciales, influencent la politique, nuisent à l’intégrité des médias, facilitent l’espionnage et augmentent les transferts de technologie non supervisés », selon le rapport.

Aux États-Unis

Un élément clé du système du Front uni de la Chine implique les « efforts de transfert de technologie légaux et illicites » de Pékin, selon le rapport.

Pékin établit ou prend le contrôle d’ « associations professionnelles avec des membres dans les universités, les gouvernements et les entreprises privées », et embauche des scientifiques étrangers dans le cadre de programmes de recrutement parrainés par l’État chinois tels que le programme « Mille Talents ».

Pékin a mis en place le programme « Mille Talents » en 2008 pour recruter de façon dynamique des chercheurs scientifiques et techniques prometteurs de pays étrangers pour travailler en Chine.

De nombreux professeurs aux États-Unis ont été inculpés pour avoir omis de divulguer leur participation au programme « Mille Talents », notamment ceux de l’université Emory, de l’université du Kansas et de l’Université Harvard. Certains participants au programme Mille Talents ont été inculpés dans des affaires de vol de propriété intellectuelle.

Des organisations pour les Chinois d’outre-mer, telles que la Western Returned Scholars Association (WRSA), participent également aux efforts de recrutement.

La WRSA est dirigée par le Département du travail du Front uni et dispose d’une division chargée de recruter des experts étrangers pour le programme « Mille talents ». La WRSA a des branches dans 15 pays, dont les États-Unis.

Selon le quotidien chinois People’s Daily, la branche de recrutement a été créée en janvier 2011.

L’organisation considère le recrutement comme une priorité essentielle. En avril 2018, Chen Zhu, le président de l’WRSA, a déclaré lors d’une réunion à Pékin qu’il était important que l’organisation soit une « banque de talents » pour la Chine. Chen a également déclaré qu’il était essentiel de renforcer en permanence « l’orientation politique » pour ceux qui étudient à l’étranger, comme partie intégrante de sa mission de mise en place de la politique du Département du Front uni.

L’ASPI a mis en lumière une affaire pénale aux États-Unis en rapport avec le Front uni. L’affaire impliquait Yang Chunlai, un citoyen américain naturalisé et ancien ingénieur de la société de marchés mondiaux CME Group, basée à Chicago, qui a été condamné pour avoir volé des secrets commerciaux en 2015.

Yang Chunlai a commencé à travailler pour CME en 2000. Entre 2010 et 2011, il a téléchargé plus de 10 000 fichiers informatiques des codes sources de la CME qui constituaient une partie importante de sa plateforme de commerce électronique Globex. Il a transféré les fichiers sur son disque dur personnel.

Yang Chunlai et deux partenaires commerciaux non identifiés ont prévu de créer une entreprise appelée Tongmei Futures Exchange Software Technology Company en Chine. L’entreprise de Yang prévoyait de fournir à la bourse de Zhangjiagang un marché électronique de commerce chimique en Chine, une technologie susceptible d’accroître son volume de transactions. Zhangjiagang est une ville située dans la province côtière chinoise du Jiangsu.

Il a plaidé coupable en septembre 2012 et a été condamné à 4 ans de probation en 2015.

M. Chunlai a également été président de l’Association des scientifiques et ingénieurs chinois (ACSE) aux États-Unis. Fondée à Chicago en 1992, cette association compte des membres dans plus de 20 États.

Selon le rapport de l’ASPI, l’ACSE rencontre fréquemment les responsables du Front uni.

Yang Chunlai a également fait partie d’un comité consultatif au Bureau des affaires chinoises à l’étranger – à l’origine une agence relevant du Conseil d’État chinois, qui est maintenant un bureau du Front uni après une restructuration institutionnelle en 2018, selon les médias publics chinois.

En 2006, Yang Chunlai s’est rendu à Pékin pour suivre un cours de formation destiné aux « jeunes leaders chinois d’outre-mer ». Il y a rencontré une délégation d’un gouvernement de canton chinois chargée des investissements et du recrutement de talents, selon le rapport.

« Le code source qu’il a ensuite volé, dont une partie a été envoyée au gouvernement du canton, était destiné à aider à développer les affaires qu’il a établies dans la zone de libre-échange du canton », a déclaré l’ASPI.

Le rapport recommande que les gouvernements étudient et développent leur capacité à comprendre le travail du Département de front uni du PCC et à élaborer des politiques de haut niveau pour contrer l’ingérence étrangère.

L’ASPI a également suggéré que les gouvernements travaillent avec les universités pour élaborer des réponses à l’influence chinoise sur leurs campus. Les fonctionnaires ne devraient pas légitimer les groupes de front uni, a-t-il ajouté, mais plutôt soutenir les groupes communautaires chinois indépendants de la diaspora.

Elle a également suggéré que les agents étrangers chinois se voient refuser des visas ou soient expulsés des pays.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé