Une rédactrice du New York Times démissionne en accusant l’équipe du journal d’intimidation et de «nouveau maccarthysme»

15 juillet 2020 Mis à jour: 15 juillet 2020
FONT BFONT SText size

Bari Weiss, rédactrice et éditrice d’articles d’opinion du New York Times, a démissionné de ce soi-disant « journal de référence », mentionnant dans sa lettre de démission qu’elle avait été intimidée pour avoir exprimé des points de vue traditionalistes – la raison même pour laquelle elle avait été initialement embauchée.

« J’ai été embauchée dans le but de faire entendre des voix qui n’apparaîtraient pas autrement dans vos pages : des écrivains débutants, des centristes, des traditionalistes et d’autres qui ne considéreraient pas naturellement le New York Times comme leur chez-soi », a-t-elle écrit dans sa lettre adressée à Arthur G. Sulzberger, éditeur du journal.

Bari Weiss a déclaré avoir été engagée il y a trois ans, alors que le journal avait « échoué à anticiper le résultat des élections de 2016 » et que sa direction avait apparemment conclu que le New York Times avait manqué de comprendre ce qui avait motivé les gens dans certaines parties de l’Amérique.

« La priorité de la rubrique Opinion était d’aider à remédier à cette faille très importante », a-t-elle écrit, qualifiant d’honneur l’occasion de travailler en ayant cet objectif. Pourtant, le moment venu, elle est devenue de plus en plus désillusionnée, affirmant qu’un « nouveau maccarthysme » s’était installé dans le journal, forçant les journalistes à se conformer à une « orthodoxie » idéologique, alors que la horde de Twitter était « son rédacteur en chef ultime ».

Mme Weiss a affirmé que le journal en était venu à considérer la « vérité » non pas comme « un processus de découverte collective, mais comme une orthodoxie déjà connue d’une poignée d’éclairés dont le travail consistait à en informer tout le monde ».

« On m’a toujours appris que les journalistes étaient chargés d’écrire la toute première ébauche de l’histoire. Aujourd’hui, l’histoire elle-même n’est qu’une chose éphémère qui est modelée pour répondre aux besoins d’un récit prédéterminé. »

Bari Weiss a affirmé qu’elle était soumise à « une intimidation constante de la part de collègues qui ne partagent pas mes opinions », indiquant que ses collègues journalistes du New York Times la qualifiaient de « nazie et raciste ».

« Il y a des noms pour tout cela : discrimination illégale, environnement de travail hostile et congédiement déguisé », a-t-elle écrit, ajoutant : « Je ne suis pas une experte en droit. Mais je sais que c’est injuste. »

En outre, Mme Weiss a déclaré que son expérience n’était pas unique.

« La vérité est que la curiosité intellectuelle – sans parler de prise de risques – est maintenant un handicap pour le New York Times. Pourquoi éditer quelque chose de provocateur pour nos lecteurs ou écrire quelque chose d’audacieux seulement pour passer par le processus paralysant de le rendre idéologiquement ‘casher’, alors que nous pouvons nous assurer de la sécurité de l’emploi (et des clics) en publiant notre article de 4.000 mots qui soutient que Donald Trump est un danger particulier pour le pays et le monde ? Donc, l’autocensure est devenue la norme », a-t-elle expliqué.

Sa lettre a déclenché une vague de réactions sur les médias sociaux.

Ayaan Hirsi Ali, militante des droits de l’homme d’origine somalienne, a écrit dans un tweet : « Le New York Times était autrefois un grand journal. Il ne l’est plus. Il est maintenant tenu en otage par un petit groupe de terroristes de la censure. Hier, ils ont traqué James Bennet et, aujourd’hui, c’est Bari Weiss qui doit partir. Qui est le prochain ? »

Le Media Research Center, une organisation à but non lucratif qui se concentre sur la dénonciation des préjugés des médias libéraux, a tweeté : « Le New York Times a prouvé que ce journal ne cherche pas la vérité. La démission de Bari Weiss n’est que le début de la chute du New York Times. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé