Recherche: la radiothérapie favorise le cancer, la myrtille le tue

25 juin 2022 Mis à jour: 25 juin 2022
FONT BFONT SText size

La recherche confirme que la radiothérapie favorise les cancers invasifs. Elle met également à jour le fait que certaines substances naturelles peuvent attaquer la malignité du cancer.

Une étude importante révèle à la fois l’échec lamentable de la radiothérapie conventionnelle contre le cancer et la possibilité très réelle que les myrtilles contiennent un composé curatif bien plus efficace que tout ce dont disposent les cancérologues modernes pour s’attaquer à la racine même de la malignité du cancer.

Dans un article publié dans la revue eCAM et intitulé « BlueBerry Isolate, Pterostilbene, Functions as a Potential Anticancer Stem Cell Agent in Suppressing Irradiation‑Mediated Enrichment of Hepatoma Stem Cells », les chercheurs ont fait état de deux résultats majeurs :

1.L’irradiation de cellules cancéreuses du foie (hépatome) avec le même type de rayonnement que celui utilisé pour traiter les patients atteints de cancer a entraîné un enrichissement des sous‑populations de cellules souches cancéreuses hautement malignes, ainsi que des propriétés cellulaires associées à une invasion accrue et à une résistance au traitement. (Voir figure 1 ci‑dessous)

2.L’ajout de ptérostilbène, un stilbénoïde chimiquement apparenté au resvératrol et présent dans les myrtilles et les raisins, supprimait les changements indésirables associés à l’irradiation.

La figure ci‑dessus montre l’enrichissement du marqueur cellulaire CD133, et la liste de 5 marqueurs cellulaires supplémentaires (par exemple, c‑Myc) indique une augmentation de la « souche » (c’est‑à‑dire de la malignité) à la suite d’une irradiation.

Afin d’apprécier pleinement la signification de ces résultats, il faut d’abord comprendre ce que sont les cellules souches cancéreuses.

Les cellules souches cancéreuses

Dès le milieu du 19e siècle, des chercheurs ont observé que les tissus cancéreux ressemblaient à des tissus embryonnaires et ont formulé ce que l’on appelle la théorie du repos embryonnaire du cancer (ERTC). Selon cette théorie, les cancers se développent à partir d’un petit ensemble de cellules embryonnaires qui persistent et ne se différencient pas en cellules adultes matures. Alors que le siècle dernier a été dominé par l’opinion selon laquelle le cancer est une dé‑différenciation des cellules adultes qui, en raison de dommages arbitraires répétés à leur ADN, sont devenues « rebelles », la découverte récente d’une petite population de cellules souches dans la plupart des cancers, capables de se différencier en tous les types de cellules trouvés dans divers échantillons de tumeurs, apporte un soutien à l’ERTC. En outre, elle souligne à quel point notre vision et nos traitements du cancer ont été erronés depuis que la « guerre contre le cancer » officielle a été déclarée par Nixon en 1971. Si le cancer n’est pas strictement un sous‑produit fortuit de changements multimutationnels de l’ADN (connu sous le nom de « darwinisme interne »), mais une hiérarchie hautement organisée de cellules créées et gouvernées par la cellule souche cancéreuse, alors l’utilisation de ce qui équivaut à des armes militaires de destruction massive (chimioagents et radio‑isotopes) pour renforcer la mutagenèse et causer des dommages collatéraux mortels au patient n’a guère de sens.

En effet, l’explication de l’ERTC/des cellules souche cancéreuses est très importante, car elle explique le mécanisme à l’origine de l’échec lamentable de la norme de soins moderne basée sur la chimiothérapie et la radiothérapie.

Les modèles animaux, où l’efficacité d’une thérapie était déterminée par sa capacité à réduire les tumeurs. Cependant, les modèles animaux sont totalement inadaptés à la compréhension du cancer humain, car la durée de vie moyenne des rongeurs ne dépasse pas deux ans, et il est donc exceptionnellement difficile, voire impossible, d’étudier les rechutes tumorales. Lorsqu’ils sont appliqués à la physiologie humaine, les traitements conventionnels de chimiothérapie ou de radiothérapie permettent de réduire efficacement une tumeur (« ablation fractionnée »), donnant l’impression que la « guerre est gagnée ». En réalité, la population de cellules souches de cette tumeur a été enrichie ou, pire, a été complétée par la transformation de cellules non tumorigènes au sein d’une masse bénigne ou indolente en cellules ayant des propriétés similaires à celles des cellules souches cancéreuses, c’est‑à‑dire la capacité théoriquement infinie de s’auto‑renouveler.

Cela signifie, bien entendu, que des années après le traitement initial, la petite population de cellules hautement invasives et malignes peut réapparaître ailleurs dans l’organisme, ce que les médecins du cancer nient souvent catégoriquement comme étant lié au cancer initial (ce qui n’est pas sans rappeler la réapparition d’une infection résistante aux antibiotiques). Si un patient dépasse le seuil de survie de 5 ans après le traitement, il est considéré comme « guéri » et tout nouveau cancer est défini comme étant d’origine nouvelle et est considéré comme n’ayant aucun lien avec les traitements initiaux.

Les thérapies ciblant les cellules souches cancéreuses détiennent la clé

Ainsi, la reconnaissance émergente du fait que les traitements eux‑mêmes enrichissent et/ou créent des cellules souches cancéreuses, et que les composés naturels ont la capacité de tuer sélectivement (« cytotoxicité sélective ») uniquement les cellules souches cancéreuses, est aussi prometteuse pour les victimes du cancer que responsable pour ceux qui sont restés si longtemps dans « l’âge sombre de la médecine », causant des dommages collatéraux massifs et une iatrogénie chez leurs patients, tout cela au nom de leur « sauvetage ».

La nouvelle étude, dans la tradition conservatrice de la science publiée et examinée par les pairs en matière d’oncologie, suggère que le ptérostilbène devrait être utilisé comme traitement d’appoint ou complémentaire à la radiothérapie. Cependant, nous pensons* que la conclusion évidente est que la radiothérapie devrait être entièrement abandonnée au profit d’un protocole de traitement vraiment intelligent ciblant les cellules souches cancéreuses, en combinaison avec des changements profonds dans l’alimentation et le mode de vie, en utilisant l’alimentation, la désintoxication et les thérapies psychocorporelles pour ajuster l’environnement corporel (et par conséquent, le micro‑environnement tumoral) de sorte que la prolifération du cancer et la formation de cellules souches cancéreuses ne soient pas encouragées, mais découragées.

On a déjà constaté que les myrtilles provoquaient la mort cellulaire programmée (apoptose) dans les lignées de cellules de cancer du sein triple négatif, nettement plus virulentes, et des recherches de plus en plus nombreuses révèlent que le phytocomposé resvératrol des myrtilles a la capacité de tuer des dizaines de types de cancer mortels, y compris en ciblant les cellules souches cancéreuses.

La myrtille n’est que l’émergence de tout un ensemble

Au total, notre projet a permis d’identifier pas moins de 27 substances dont les propriétés de destruction des cellules souches cancéreuses ont été confirmées expérimentalement. Vous pouvez les consulter ici sur notre page de recherche consacrée à ce sujet : substances tueuses de cellules souches cancéreuses.

Par ailleurs, la meilleure façon de vaincre les cellules souches cancéreuses est d’éviter leur génération et leur développement en premier lieu. C’est pourquoi la page susmentionnée sur les substances tueuses de cellules souches cancéreuses comprend également une liste d’expositions environnementales problématiques associées à la création de cellules souches cancéreuses, notamment la chimiothérapie, le manque d’oxygène (hypoxie), les anti‑inflammatoires non‑stéroïdiens, l’alcool et la chirurgie elle‑même.

*Cet avis ne doit pas être substitué à l’avis médical d’un professionnel de la santé agréé, ni être interprété comme tel. Il représente un point de vue personnel, que l’auteur applique uniquement à sa propre vie, ce qui est tout ce qu’il est légalement habilité à faire.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé