Rave party dans l’Yonne : les fêtards ont quitté les lieux

2 janvier 2022 Mis à jour: 3 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Une rave party illégale, qui rassemblait depuis vendredi 31 décembre au soir dans l’Yonne quelque 1500 personnes sur un site industriel à Saint-Florentin, a pris fin dimanche matin avec le départ d’une majorité de participants, a indiqué la préfecture de département.

« 1000 individus ont quitté les lieux. Environ 200 personnes sont sur le point de le faire », a-t-elle précisé dans un communiqué.

« Les investigations se poursuivent sous l’autorité du procureur de la République pour établir les responsabilités des organisateurs et caractériser les infractions relevées », a ajouté la préfecture, se félicitant de la fin de manifestation « grâce à l’action déterminée des services de l’État et de ses partenaires ».

Le Parquet a ouvert une enquête

Depuis samedi, une enquête est ouverte « pour organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical » par le parquet d’Auxerre, selon la même source qui rappelait dimanche que « les événements de type rave party, free party, teknival » étaient interdits par arrêté dans l’Yonne.

Vendredi en début de soirée, des fêtards du Nouvel an avaient convergé vers le site industriel de Saint-Florentin après s’être retrouvés à Migennes, à moins d’une vingtaine de kilomètres des lieux. Près de 500 véhicules garés sur place avaient été dénombrés par les gendarmes, qui avaient déployé rapidement un « important dispositif » de sécurisation.

« Plus de 600 contrôles ont été menés par les forces de l’ordre », selon la préfecture de l’Yonne dimanche.

Piloté par les pompiers, un poste médical avancé avait été ouvert dès samedi pour assurer un suivi sanitaire, en lien avec l’agence régionale de santé et également soutenu sur place par l’aide de 30 bénévoles de la Croix-Rouge.

 


Rejoignez-nous sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé