Un rapport révèle 250 collaborations entre les États-Unis et des chercheurs chinois liés à l’armée

3 août 2020 Mis à jour: 3 août 2020
FONT BFONT SText size

Selon un nouveau rapport d’étude, la communauté universitaire américaine a largement collaboré avec des chercheurs chinois affiliés à l’armée chinoise, mettant ainsi en péril la sécurité nationale.

Les analystes de la Hoover Institution de l’Université de Stanford ont trouvé 254 articles dans lesquels des chercheurs américains ont collaboré avec leurs homologues de 7 universités chinoises de premier plan affiliées à l’armée du régime, l’Armée populaire de libération (APL). Le groupe de réflexion a identifié 115 universités américaines et laboratoires de recherche soutenus par le gouvernement qui ont travaillé avec ces organisations liées à l’APL, collaborant sur des sujets de recherche allant des nouvelles technologies énergétiques à l’ingénierie aéronautique.

Le rapport, publié le 30 juillet, a trouvé des cas où les chercheurs chinois auraient tenté de dissimuler leurs liens avec les instituts de défense. Certains coauteurs chinois semblent également avoir travaillé dans des programmes d’armes classifiées, indique-t-il.

Il conclut que de telles collaborations compromettent la sécurité nationale, car elles permettent aux institutions liées à l’APL de « récolter à la source les recherches américaines en matière de science et technologie et de les détourner vers la recherche de défense et le développement de programmes d’armement de la RPC (République populaire de Chine) ».

« Les risques pour la sécurité nationale sont graves, car de tels détournements pourraient éroder ou éliminer la supériorité militaire américaine avec des conséquences mortelles en cas de conflit armé », a-t-il déclaré.

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Toute collaboration avec ces universités de défense a renforcé la stratégie de « fusion civilo-militaire » du régime – un plan de développement militaire qui cherche à intégrer les innovations du secteur privé dans la base industrielle de l’APL, selon le rapport. Il ajoute que les partenariats de recherche sont contraires à l’intérêt national américain, « même si la recherche concernée n’est pas classée, considérée comme fondamentale, et finalement publiée dans des sources ouvertes ».

Ces conclusions sont apparues alors que l’administration Trump intensifie ses efforts pour contrer le vol de la recherche américaine sanctionné par l’État chinois. La semaine dernière, elle a ordonné la fermeture du consulat chinois à Houston, l’accusant d’être un centre d’espionnage. Les responsables américains ont déclaré que le personnel du consulat était impliqué dans de nombreux projets importants au fil des ans pour recruter des chercheurs dans les institutions biomédicales locales afin de participer aux plans de développement des talents soutenus par l’État chinois, ce qui a favorisé le transfert de la propriété intellectuelle et du savoir-faire américains en Chine.

Le ministère de la Justice a également engagé une série de poursuites contre des chercheurs chinois et américains pour avoir prétendument dissimulé leurs liens avec des plans de talents chinois et leur travail pour des universités chinoises. Récemment, au moins 4 chercheurs chinois ont été arrêtés et accusés de fraude à l’obtention de visas, les procureurs alléguant qu’ils étaient en fait des agents infiltrés de l’APL. Le Federal Bureau of Investigation a interrogé des officiers suspects dans plus de 25 villes.

En mai, le président Donald Trump a publié un décret interdisant l’entrée aux étudiants chinois de troisième cycle ou de niveau supérieur des organisations affiliées au complexe de fusion civilo-militaire du régime.

Les analystes de la Hoover Institution ont toutefois averti que le régime pourrait tenter de contourner l’interdiction en déplaçant la collaboration en ligne ou à l’étranger, ou en faisant appel à des personnes chargées de trouver des entités non visées par l’ordonnance.

Le rapport a examiné des documents publiés entre janvier 2013 et mars 2019, extraits d’une base de données bénéficiant du soutien de l’État chinois. La recherche s’appuie sur de précédents travaux du groupe de réflexion australien Australian Strategic Policy Institute, qui, dans un rapport d’étude de 2018, a constaté que plus de 2 500 scientifiques et ingénieurs militaires chinois se sont rendus à l’étranger pour étudier depuis 2007, souvent en masquant leurs liens militaires.

Le rapport Hoover a recommandé aux institutions de recherche américaines d’accroître la diligence raisonnable en ce qui concerne les collaborations de recherche étrangères, de formuler un ensemble de normes éthiques pour s’assurer que les partenariats n’aident pas les capacités militaires ou répressives des régimes autoritaires.

Les 7 universités chinoises mentionnées dans le rapport comptent parmi les principales institutions scientifiques et technologiques du pays et ont une longue histoire de soutien à l’armée chinoise, selon le rapport. Elles sont connues sous le nom des « Sept Fils de la Défense Nationale ».

Le rapport a trouvé des coauteurs chinois qui ont travaillé sur des projets pour les différentes branches de l’APL, sur des programmes de développement d’armes classifiées, ainsi que pour de grandes entreprises de défense gérées par l’État chinois.

Dans un effort apparent pour masquer leurs liens avec les programmes de défense du régime, certains chercheurs chinois ont utilisé des étiquettes anglaises inoffensives telles que « state key laboratory » (laboratoire clé de l’État) au lieu du terme chinois « national defence key laboratory » (laboratoire clé de la défense nationale) pour décrire leurs affiliations, selon le rapport. Dans d’autres cas, certains coauteurs chinois n’ont pas mentionné de curriculum vitae sur les pages web de leurs facultés, ajoute le rapport.

Le rapport a également constaté que des chercheurs de plusieurs laboratoires nationaux du ministère de l’Énergie ont publié des articles avec leurs homologues de 6 des 17 universités de défense chinoises. Certains étudiants chinois de ces universités ont déposé des mémoires qui prétendaient avoir été soutenus par l’Institut national de la santé et la Fondation nationale des sciences des États-Unis, selon le rapport.

« Nos conclusions se dressent telles des monuments en face d’un échec colossal de la vision qui a empêché l’entreprise de recherche américaine d’apprécier les risques que de telles collaborations représentaient et d’adopter de son propre chef les mesures de protection appropriées », indique le rapport. « Trop peu de choses ont changé à cet égard, et nombre des mêmes vulnérabilités persistent. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé