Quatre pays ont rejoint la Russie lors du vote de l’ONU sur les annexions en Ukraine

14 octobre 2022 Mis à jour: 14 octobre 2022
FONT BFONT SText size

Le 12 octobre, l’Assemblée générale des Nations unies a voté en faveur de la condamnation de l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes dans le cadre de la guerre russo-ukrainienne en cours. Seulement quatre pays se sont rangés du côté de Moscou.

Sur les 193 membres de l’ONU, 143 ont voté en faveur d’une résolution condamnant l’annexion et les référendums organisés par les Russes le mois dernier. Trente-cinq pays se sont abstenus, selon la photo publiée par le ministère allemand des Affaires étrangères.

La Syrie, la Corée du Nord, le Bélarus et le Nicaragua ont été les seules quatre nations à se joindre à la Russie. La Chine, l’Inde, le Pakistan et un certain nombre de pays africains, dont l’Afrique du Sud, se sont abstenus de voter. Les traditionnels alliés de la Russie et les ex-membres de l’Union soviétique – le Kazakhstan, le Kirghizstan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan – se sont abstenus, tandis qu’un autre allié de Moscou – le Turkménistan – n’a pas voté.

Le Bélarus est peut-être l’allié le plus proche de la Russie et son territoire a servi de base à l’invasion russe de l’Ukraine en février, tandis que la Syrie a reçu un soutien militaire important de la part du Kremlin dans le cadre de sa guerre civile qui dure depuis dix ans. La Corée du Nord partage la frontière avec la Russie et a proposé de déployer ses troupes en Ukraine, tandis que le Nicaragua entretient de bonnes relations avec Moscou depuis que l’Union soviétique a soutenu la révolution marxiste sandiniste à la fin des années 1970.

Il y a plusieurs jours, le président russe Vladimir Poutine a organisé une cérémonie au Kremlin et a signé des documents faisant des régions ukrainiennes de Kherson, Zaporijjia, Louhansk et Donetsk une partie de la Fédération de Russie. Des référendums, décrits comme un simulacre par les dirigeants occidentaux, ont été organisés à ce sujet dans ces régions sous contrôle russe.

La résolution symbolique du 12 octobre demande que la Russie « retire immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires du territoire de l’Ukraine à l’intérieur des frontières internationalement reconnues du pays », selon le communiqué de l’ONU.

Serhiy Kyslytsya, ambassadeur de l’Ukraine auprès des Nations unies, a souligné que le vote était un « moment historique », selon l’Associated Press.

Le président américain Joe Biden a déclaré dans un communiqué que le vote à l’ONU montre que le monde « est plus uni et plus déterminé que jamais à tenir la Russie responsable de ses violations ». C’est « un message clair » que « la Russie ne peut pas effacer un État souverain de la carte » et qu’elle « ne peut pas changer les frontières par la force », a-t-il ajouté.

Cependant, l’ambassadeur russe aux Nations unies, Vassili Nebenzia, a appelé les pays à voter contre la résolution, la qualifiant de « document politisé et ouvertement provocateur » et dénonçant ses auteurs comme des « maîtres chanteurs occidentaux sans scrupules ».

M. Nebenzia a ajouté que les référendums étaient valides et que « les populations de ces régions ne veulent pas retourner en Ukraine ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé