Les « quatre gentilshommes » et leurs inscriptions poétiques

Quatre plantes inspirent les artistes et les poètes de la Chine ancienne
28 juin 2022 Mis à jour: 28 juin 2022
FONT BFONT SText size

La nature est notre plus grande muse artistique. Elle suscite en nous des sentiments et des émotions, et était une source d’inspiration pour les anciens artistes chinois.

Quatre plantes, en particulier la fleur de prunier, l’orchidée, le bambou et le chrysanthème, étaient connues sous le nom de « quatre gentilshommes » ou Junzi dans la Chine ancienne.

« Prune à encre » par Wang Mian. Rouleau à main : Encre sur papier ; 12,6 pouces sur 20 pouces. (Musée du Palais, Pékin)

Les artistes chinois de la Chine ancestrale ont représenté cette flore pour évoquer la pensée intellectuelle et la spiritualité plutôt que de simplement dépeindre la beauté du monde naturel. Chacune de ces plantes personnifiait les qualités idéales d’un gentilhomme dans la Chine ancienne. Les artistes combinaient leur peinture à la calligraphie et à la poésie, connues sous le nom des « Trois Perfections ».

Fleur de prunier

Les anciens Chinois ont fait l’éloge de la fleur de prunier pour son aptitude à fleurir de façon éclatante jusqu’à la neige en hiver. Alors que la plupart des autres plantes hibernent à l’automne, la fleur de prunier se prépare à fleurir avant les autres fleurs et est considérée comme un signe avant-coureur du printemps. La fleur de prunier n’attire pas particulièrement l’attention, mais elle est considérée comme un symbole de beauté intérieure et de force dans l’adversité.

« Fleurs de prunier à l’encre », 1335, par Wang Mian. Rouleau suspendu : Lavis d’encre sur papier ; 67,8 cm par 26 cm. (Musée de Shanghai, Chine)

Wang Mian (1279-1368) était un peintre de la dynastie Yuan connu pour ses tableaux de prunes à l’encre ; ses tableaux incorporaient une inscription calligraphique sur une branche de prunier en fleur. Dans son poème « Prune », il écrit :

« Un prunier près de l’étang de lavage en pierres à encre de ma famille,
les fleurs s’épanouissent dans une encre pâle et légère,
ne laisse pas les gens vanter sa couleur,
son arôme doux remplit l’air entre le ciel et la terre. »

Ici, Wang Mian fait l’éloge des vertus de la fleur de prunier. Cette fleur n’utilise pas de couleurs vives pour chercher les louanges ou plaire aux gens, mais souhaite seulement laisser un parfum subtil dans le monde. Les pétales sont faits de légères touches d’encre pour transmettre la pureté intérieure. Bien qu’elle ne soit pas impressionnante à l’extérieur, la fleur de prunier présente une vie intérieure splendide et digne.

Cette plante ressemble beaucoup à l’artiste. Wang Mian a grandi dans une famille pauvre, mais a étudié dur pour se faire un nom dans la poésie et la peinture. N’ayant pas réussi à passer un examen de la fonction publique qui lui aurait garanti un revenu régulier, il s’est retiré dans les montagnes où il a gagné sa vie en peignant. Il se compare à la fleur de prunier comme quelqu’un qui triomphe de conditions difficiles et ne cherche pas la gloire.

L’orchidée

L’orchidée est délicate et fragile. Ses fleurs s’épanouissent avec élégance et grâce au printemps. Ses fleurs sont exquises, mais jamais envahissantes. Elles poussent souvent dans des endroits cachés et isolés et dégagent un parfum léger et délicat. Avec ces caractéristiques, l’orchidée incarne la simplicité, la solitude, l’humilité et la noblesse.

« Orchidées » par Ma Lin. Feuille d’album : Encre et couleur sur soie ; 26,4 cm par 22,6 cm. (The Metropolitan Museum of Art, New York)

Une orchidée solitaire flotte sur un fond vide dans le dessin « Orchidée à l’encre » de Zheng Sixiao. Il utilise des coups de pinceau simples et dépouillés pour représenter les feuilles de l’orchidée ; les coups d’encre créent une symétrie, divisant le tableau en une composition équilibrée. Le poème de Zheng Sixiao accompagne le tableau :

« J’ai toujours incliné la tête et demandé à l’empereur Xi,
Que faites-vous dans ce canton ?
Avant de commencer à peindre, les narines s’ouvrent,
et le ciel est plein d’anciens parfums. »

Le dessin de Zheng Sixiao a été créé en réponse à la conquête par l’armée mongole de l’empire des Song du Sud. Fidèle aux Song, Zheng Sixiao a rejeté la domination mongole en signant le tableau : « vieil homme tourné vers le Sud » qui n’a jamais affronté la cour des Mongols du Nord.

L’orchidée incarne quelqu’un de noble, comme l’empereur Xi, roi légendaire et ancêtre de l’ancienne civilisation chinoise. Elle est représentée sans racines et semble avoir été déplacée du sol. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, Zheng Sixiao a répondu : « Ne savez-vous pas que la terre a été volée par les barbares ? »  Le « parfum d’antan » suggère une nostalgie de la mère patrie.

« Orchidée d’encre », 1306, par Zheng Sixiao. Manuscrit : Encre sur papier ; 25,6 cm par 42,4 cm. (Musée municipal d’art d’Osaka, Japon)

En se voyant comme l’orchidée sans racines, l’artiste exprime le fait qu’il était sans foyer après la chute de l’empire Song. Pourtant, il est resté un patriote à l’intégrité noble, sans colère ni haine. La question qu’il pose dans le poème accentue sa tristesse, car il ne se sentait pas à sa place.

Le bambou

Le bambou a été admiré par les anciens Chinois pendant des siècles. La tige du bambou se tient droite et haute, et représente la droiture et l’intégrité. Pourtant, l’intérieur de la tige de bambou est creux, ce qui symbolise l’endurance et la tolérance. Bien que le bambou pousse droit, il se plie et se balance au gré du vent. Il est fort et agile, ce qui en fait un symbole de résilience et de capacité à se remettre rapidement d’une difficulté.

La série illustrée de Wu Zhen (1280-1354) de la dynastie des Yuan, « Manuel de bambous à l’encre », présente des tableaux représentant le bambou dans différentes poses et à différents stades, des pousses tendres aux vieilles tiges, certaines droites et fortes, d’autres souples et courbées. Le bambou est également représenté réagissant au vent, à la pluie et à la neige, montrant ainsi sa capacité d’adaptation. Chaque tableau comprend une inscription qui décrit, non pas les caractéristiques réelles du bambou, mais les vertus qu’il symbolise.

Dans ce poème, Wu Zhen écrit :

« Quand les arbres tremblent et perdent leurs feuilles,
Ce gentilhomme reste particulièrement vert.
Avec une intégrité morale et son esprit plus modeste encore,
Il chérit la solitude pour garder sa nature intacte. »

Ici, Wu Zhen personnifie le bambou comme un gentleman qui maintient son intégrité morale face à l’adversité. Wu exprime son admiration pour la résilience et la modestie du bambou qui, malgré la pression extérieure, préserve sa vraie nature.

« Manuel de bambous à l’encre, bambou suspendu à un précipice », 1350, par Wu Zhen. Feuille d’album : Encre sur papier ; 48 cm sur 52 cm. (Musée du Palais national, Taipei)
« Manuel de bambous à l’encre, une brise légère parmi 500 tiges », 1350 par Wu Zhen. Feuille d’album : Encre sur papier, 40 cm sur 52 cm. (Musée du Palais national, Taipei)
« Manuel de bambous à l’encre, rendu ludique dans la neige » (20e de la série), 1350, par Wu Zhen. Feuille d’album : Encre sur papier ; 48 cm sur 52 cm. (Musée du Palais national, Taipei)

Dans un autre poème, il écrit :

« Le bambou se tient droit dans le givre,
Ses ombres sont minces et gracieuses sous le clair de lune.
Si vous comprenez le principe de l’effacement de soi,
alors quelles questions pèseront encore sur votre esprit ? »

Le chrysanthème

Louangé pour sa beauté exquise, le chrysanthème était une des fleurs préférées des anciens Chinois. Ses fleurs s’épanouissent dans l’air froid de l’automne alors que les autres fleurs commencent à se faner. Il ne rivalise pas avec les autres fleurs, mais les surpasse toutes, ce qui lui confère une élégance durable. La longue durée de vie de la fleur représente une vie pleine de vitalité et de longévité.

« Chrysanthèmes blancs », 1654, par Xiang Shengmo. Rouleau suspendu : Couleur sur papier; 77 cm par 39 cm. (The Metropolitan Museum of Art, New York)

Tao Yuanming (365-427 apr. J.-C.), un célèbre poète de la période des Six Dynasties, aimait le chrysanthème. Si Tao appréciait la beauté automnale des chrysanthèmes, il appréciait encore plus leurs propriétés thérapeutiques, car il mélangeait leurs pétales dans du vin pour en faire une potion de longévité. Dans son cinquième poème, « Boire du vin », il écrit :

« J’ai construit ma maison près de l’endroit où d’autres habitent,
Et pourtant, il n’y a pas de clameur de chariots et de chevaux.
Tu me demandes : ‘Comment cela se fait-il ?’
Quand le cœur est loin, le lieu même est éloigné.
Je cueille des chrysanthèmes sous la haie de l’Est,
et regarde au loin vers les montagnes du Sud.
L’air de la montagne est délicat à la tombée du jour
Et les oiseaux rentrent ensemble chez eux.
Dans ces choses, il y a un soupçon de vérité,
mais quand je commence à la dire, je ne trouve pas les mots. »

Ce poème exprime la satisfaction du poète dans un environnement rural. Tao a servi comme fonctionnaire du gouvernement quand il était jeune pour soutenir ses parents. Lorsqu’il a vu la corruption du gouvernement, il a quitté la fonction publique et s’est retiré dans une vie pastorale entourée de la beauté du monde naturel.

« Chrysanthèmes à l’encre » de Zou Yigui. Rouleau suspendu : Lavis d’encre sur papier. (Musée du Palais national, Taipei.)

Le soupçon de vérité dont parle Tao est la nature éphémère de la vie. Les richesses et l’influence ne nous accompagnent pas à notre mort. Tao nous dit que la vie est éphémère et que la désolation s’installe à la vieillesse. Il exprime la vérité de vivre une vie simple, libre des désirs du monde, en cueillant des chrysanthèmes près des montagnes.

Même un endroit plein de gens et d’agitation semble distant lorsque le cœur est détaché du monde. Intégrant émotion et raison, le poème de Tao montre que son état d’esprit tranquille est en harmonie avec la nature, mais qu’il « ne trouve pas les mots » pour exprimer cette satisfaction.

Les « quatre gentilshommes » – la fleur de prunier, l’orchidée, le bambou et le chrysanthème – ont apporté aux artistes et poètes de la Chine ancestrale des idées et des pensées magnifiques qui ont inspiré leurs tableaux et leurs poèmes pour le plus grand plaisir du monde.

***

Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé