Pyrénées-Atlantiques : sauvés de l’abattoir, des ânes et des brebis entretiennent les jardins

11 avril 2022 Mis à jour: 11 avril 2022
FONT BFONT SText size

L’association Tondeuses sur pattes propose un concept de location d’herbivores pour l’entretien des espaces verts dans les Pyrénées-Atlantiques. Ses « employés » sont des animaux qui étaient destinés à l’abattoir et qui ne demandent qu’à bien accomplir leur nouvelle mission.

Au lieu de subir le bruit des tondeuses, les particuliers, collectivités ou commerces des Pyrénées-Atlantiques peuvent procéder à une location d’un type particulier : des ânes ou des brebis sauvés de l’abattoir grâce à l’association Tondeuses sur pattes. C’est l’ancien rugbyman Jean-Marc Souverbie qui a eu cette idée et a ensuite fondé l’association en juin 2020.

« Je récupère des brebis destinées à l’abattoir, soit parce qu’elles ne produisent plus de lait, qu’elles ne peuvent plus mettre bas ou qu’elles ne suivent plus la cadence du troupeau », explique-t-il à France 3. Il part d’un système gagnant-gagnant : « Des éleveurs, que j’ai faits membres d’honneur de l’association, me les donnent, et en contrepartie je fais découvrir leurs produits que j’offre à ma clientèle.”

Un travail efficace à un prix économique

Aujourd’hui, l’association compte 45 brebis et 4 ânes, qui vont de terrain en terrain au gré des locations et des besoins, sur des espaces qui mesurent entre 900 m2 et 3 ou 4 hectares, rapporte France Bleu. Quant au prix, il est économique : de 5 à 30 centimes d’euros le mètre carré, en fonction du terrain.

L’idéal pour ces animaux, c’est d’être placés chez des particuliers le temps d’effectuer le nettoyage, avec une personne sur place qui surveille régulièrement les herbivores et s’occupe du suivi. Un prestataire de l’association fait des visites régulières et assure la sécurité des ânes ou des brebis en clôturant l’espace.

« Plus besoin de jardiner, elles sont hyper efficaces ! », assure Christian Marcoux, chef cuisinier du Castel du Pont-d’Oly et client de l’association depuis l’année dernière, qui a même eu lune magnifique surprise l’été dernier : « Un matin en se levant, nous avons découvert un petit âne qui venait de naître. C’était magique !”

« C’est valorisant de se dire que c’est à la fois un système pratique pour moi, et qui va dans le sens du bien-être animal et du respect de l’environnement”, se réjouit-il.

***
Chers lecteurs,
Abonnez-vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé