Le président français exhorte la Chine à envoyer un signal clair sur le climat

1 novembre 2021 Mis à jour: 2 novembre 2021
FONT BFONT SText size

Bien que le président français ait exhorté le dirigeant chinois à envoyer un « signal décisif » sur le changement climatique avant la 26e conférence annuelle de l’ONU sur le climat (COP26) qui se tient à Glasgow du 31 octobre au 12 novembre, la Chine n’a pas soumis d’objectifs clairs par rapport à ses émissions et Xi Jining ne s’est pas présenté en personne à la COP26 – il n’y assistera qu’en visioconférence.

Le 26 octobre, l’Élysée a indiqué qu’Emmanuel Macron s’est entretenu avec Xi Jinping et a encouragé la Chine à « publier sa contribution déterminée » dans le domaine du climat et « à donner un signal décisif » en revoyant à la hausse ses ambitions climatiques et en « avançant concrètement » pour mettre fin à la dépendance de la Chine vis-à-vis du charbon.

Tandis que les économies et les habitants de nombreux pays occidentaux assument les coûts et les effets du dur passage aux nouvelles sources d’énergie, la Chine – le premier pollueur et émetteur du dioxyde de carbone (CO2) au monde – n’a pas encore présenté d’objectifs concrets en matière de ses émissions carbone. Jeudi dernier, Pékin a dévoilé ses objectifs environnementaux en reprenant sans surprise les principaux engagements déjà formulés par Xi Jinping : atteindre la neutralité carbone « avant 2060 » et son pic d’émissions « avant 2030 ». Ainsi, même si elle tient ses promesses, la Chine pourra toujours continuer à stimuler son essor économique et militaire en augmentant la production d’énergies fossiles bon marché, en particulier celles provenant du charbon.

Le rapport de Global Energy Monitor indique que, seulement en 2020, la Chine construisait en moyenne une grande centrale au charbon par semaine et que la capacité des centrales au charbon chinoises a augmenté de 29,8 gigawatts (GW), tandis que dans le reste du monde elle a diminué de 17,2 GW. En même temps, la capacité de ces centrales en état de construction ou prévues à être construites en Chine s’élevait à 247 GW – soit environ six fois plus que la capacité totale des centrales au charbon existant en Allemagne (42,5 GW).

Le 27 octobre, le régime chinois a également publié un livre blanc sur les Politiques et actions de la Chine pour lutter contre le changement climatique, affirmant qu’il a dépassé l’objectif de réduction des émissions carbone du « 13e quinquennat » et qu’il mettra en œuvre des objectifs nationaux pour renforcer le contrôle des émissions de gaz à effet de serre.

L’approvisionnement en électricité de la Chine repose toujours en grande partie sur le charbon, et le pays connaît actuellement sa pire crise énergétique depuis 20 ans. En outre, les inquiétudes concernant les pénuries d’énergie à long terme et l’insuffisance de l’approvisionnement en énergie cet hiver s’intensifient. Le régime est confronté à un dilemme, car il doit répondre à la pression internationale lui demandant d’accélérer l’élimination des combustibles fossiles, mais aussi maintenir ses ambitions économiques, commerciales et géopolitiques en assurant la stabilité et les bas prix de l’approvisionnement énergétique national.

Certains médias internationaux ont suggéré que l’absence de Xi Jinping au sommet de Glasgow pourrait être liée au fait qu’il ne souhaite pas prendre davantage d’engagements en matière de la lutte contre le changement climatique.


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé