Rouen : une centaine d’arbres centenaires sacrifiés au profit d’un projet immobilier

30 janvier 2021 Mis à jour: 30 janvier 2021
FONT BFONT SText size

Le parc du Manoir Boulanger, à Saint-Léger-du-Bourg-Denis près de Rouen (Seine-Maritime) a été complétement remanié pour faire place à un projet immobilier. Une centaine d’arbres centenaires ont été abattus pour laisser la place à la construction de trente-quatre maisons, déplore le nouveau maire de la commune, qui n’a pas eu son mot à dire.

L’abattage a été réalisé en l’espace de deux jours. Géraldine Théry, maire de la commune de 3.500 habitants, regrette de ne pas avoir eu le temps ni la possibilité de réagir.

« J’ai été surprise par l’abattage d’autant d’arbres dont certains sont plus que centenaires », explique l’élue à Paris Normandie. « En tant que maire, je n’approuve pas ce projet, je le subis, puisqu’il a été validé par l’ancienne mandature et accepté par la Métropole. »

Seule la bâtisse, qui a été la demeure de Prosper Boulanger, maire de la ville entre 1842 et 1884, a été préservée par le promoteur, à la demande des vendeurs. Le Manoir Boulanger accueillera six appartements. Toutefois, la maison du gardien a été démolie.

Les arbres comptaient différentes espèces : des chênes, des épicéas etc. « Le promoteur nous a certifié que certains des arbres étaient malades », explique Géraldine Théry à 76actu.

Les responsables du projet immobilier se sont engagés à replanter d’autres arbres – une vingtaine selon le média local, alors que l’élue a déclaré à Paris Normandie qu’ils en replanteraient 43. Quel qu’en soit le nombre, ils mettront du temps à pouvoir remplacer les arbres abattus puisqu’ils seront implantés à l’état d’arbustes.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé