Pourquoi j’ai cessé de travailler à temps plein comme chercheur sur le bonheur, pour me lancer dans un voyage à vélo vers le Bhoutan

Par CHRISTOPHER BOYCE

J’en ai eu assez. Nous étions en octobre 2017 et je me demandais depuis trop longtemps à quoi servait mon travail.

Même si je suis sûr qu’il y avait quelque chose de significatif quelque part et pour quelqu’un dans ce que je faisais au quotidien, cela n’avait certainement plus de sens pour moi. Malgré tout le bien que cela aurait pu apporter de rédiger un autre document de recherche universitaire, j’ai pensé que je pourrais tout aussi bien me rendre au Bhoutan en vélo.

Me rendre à vélo dans ce petit pays niché dans les contreforts de l’Himalaya est une idée que j’avais depuis de nombreuses années. Le Bhoutan est réputé pour avoir décidé de faire passer le bonheur et le bien-être de sa population avant la croissance économique. En tant que chercheur universitaire spécialisé dans la compréhension du bonheur et du bien-être, j’avais l’impression d’être en quelque sorte en pèlerinage.

Taktshang Goemba (monastère du Nid de tigres), au Bhoutan. (Kai19/Shutterstock)

Avant de cesser de fumer, j’avais passé plus de dix ans dans différentes universités, à essayer de comprendre quels étaient les principaux facteurs qui contribuaient au bien-être. Mais ce que j’ai découvert, c’est que j’étais épuisé. Étant donné la nature de mes recherches, l’ironie de la chose ne m’a pas échappé. J’avais besoin de faire quelque chose de différent. Je voulais voyager, explorer et comprendre le bonheur dans une perspective non académique. Mais je voulais faire le lien entre les recherches que j’avais faites au fil des ans et ce qui se passait, ou ne se passait pas, dans le monde.

Objet et sens

Lorsque j’ai commencé mes recherches, j’étais motivé par l’importance du sujet. La plupart des gens que je connaissais voulaient être heureux et j’ai donc pensé que mes recherches pourraient aider les gens à le devenir. J’ai fait ce que les universitaires sont incités à faire : publier dans les meilleures revues évaluées par les pairs (indexées selon le nombre de lecteurs universitaires et le nombre de citations), ainsi que recueillir des fonds de recherche. J’ai aussi fait des choses comme m’engager avec des gens à l’extérieur du milieu universitaire qui n’auraient peut-être pas lu mes recherches – le publicles médias, les gouvernements, les décideurs – des choses que je n’étais pas toujours encouragé à faire, mais que j’ai néanmoins faites parce qu’elles m’ont donné un but et un sens personnel.

Quand il s’agit de vivre une vie heureuse et épanouie, nous, les humains, avons besoin de sens, nous avons besoin d’un but. Les gens qui ont l’impression que ce qu’ils font dans leur vie quotidienne a un but et un sens plus profonds ont tendance à être plus heureux, en meilleure santé et plus satisfaits. La recherche montre, par exemple, qu’une vie orientée vers le sens apporte plus de satisfaction qu’une vie orientée vers le plaisir hédonique. Ceux qui ont un sens aigu du but dans la vie vivent plus longtemps. En fait, le fait d’avoir un but bien précis peut être tout aussi bénéfique pour votre santé que de faire de l’exercice régulièrement. Certains pourraient même penser que ce but est, par définition, un aspect clé du bonheur lui-même.

Le travail est une source importante d’objectifs et de sens pour de nombreuses personnes. Lorsque les gens perdent leur emploi ou deviennent chômeurs, une grande partie de la perte de bien-être qu’ils éprouvent est souvent due à la perte de but et de sens, plutôt qu’à la perte de revenu. Même s’il n’y a pas de but et de sens personnel plus profond dans le travail lui-même, alors il y a beaucoup à valoriser dans nos interactions sociales quotidiennes et dans la structure que le travail nous fournit. Ces avantages sont facilement négligés.

C’est le but et la signification qui aident les gens à se lever chaque jour, et il n’est pas nécessaire qu’il s’agisse spécifiquement du travail. Le but et le sens peuvent prendre de nombreuses formes différentes et sont profondément personnels. Il peut s’agir de s’occuper de sa famille, d’un passe-temps, d’une passion ou d’une foi. Le but et la signification sont également des sources importantes de résilience. Ils peuvent aider les gens à surmonter les défis difficiles qui font inévitablement partie de la vie.

Avoir un but et un sens est un élément important pour être heureux. (Evgenia Freeman / Shutterstock)

L’importance du but et du sens est bien reconnue. Au Royaume-Uni, par exemple, l’une des quatre questions que l’Office for National Statistics du gouvernement pose dans son enquête sur le bien-être est : « Dans l’ensemble, dans quelle mesure pensez-vous que les choses que vous faites dans votre vie en valent la peine ? » On demande aux gens de répondre sur une échelle allant de zéro « pas du tout » à dix, « complètement ».

Au Royaume-Uni, le score moyen à cette question est d’environ 7,8, ce qui donne à penser que les gens estiment que leur vie est relativement importante. Cependant, il y a des variations autour de cette moyenne. Environ 15 % de la population répondent à cette question avec un score de 6 ou moins, et ce niveau est resté relativement stable.

Prêcher par l’exemple, être authentique

Il m’a toujours semblé important d’appliquer les résultats de mes recherches à ma propre vie. Mes recherches ont constamment démontré qu’une fois que les besoins fondamentaux sont satisfaits, avoir plus d’argent n’est que faiblement lié au bonheur et au bien-être, par rapport à d’autres choses comme les relations, la santé (mentale et physique) et les caractéristiques de notre personnalité.

En tenant compte de cela, j’ai décidé de ne pas prendre des emplois mieux rémunérés ou de ne pas m’efforcer d’obtenir une promotion (l’un de mes tout premiers articles publiés a démontré que la promotion peut avoir des effets néfastes sur la santé mentale) pour l’unique plaisir de l’obtenir. Au lieu de cela, j’ai essayé de prioriser davantage les aspects de ma vie que je savais être les plus importants pour le bien-être.

Un autre facteur important de notre bien-être est ce que les psychologues appellent l’authenticité. Une personne est dite authentique lorsqu’elle a tendance à vivre en accord avec ses croyances et valeurs plutôt qu’avec les exigences des autres ou de la société. Donc, en suivant ce que je croyais être vrai d’après les recherches que moi et d’autres avions faites, j’ai été doublement récompensé ; j’étais plus heureux.

Néanmoins, plus j’ai passé de temps à l’université, plus j’ai commencé à m’interroger sur la pertinence générale de mes recherches. J’ai commencé à me rendre compte que beaucoup de débats autour du bonheur pouvaient parfois être scandaleusement trompeurs, comme la mesure dans laquelle l’argent peut acheter le bonheur – qui est trop souvent surestimé. En regardant au-delà du monde académique, j’ai vu une société qui semblait agir, consciemment ou non, comme si le plus important était de maintenir l’économie en perpétuelle croissance, indépendamment des effets néfastes que la consommation sans fin a sur la planète et sur la santé mentale des gens.

Je me sentais déprimé. Quel était l’intérêt d’écrire un autre article académique ? J’ai pensé que je devrais peut-être faire quelque chose d’un peu différent. Non seulement pour redécouvrir le sens et le but, mais aussi pour continuer à rechercher une existence authentique et, à travers cela, peut-être un peu plus de bonheur aussi. C’est alors que j’ai finalement décidé qu’il était temps de quitter mon emploi à plein temps à l’université et de commencer mon odyssée à vélo au Bhoutan.

Un royaume de bonheur

Nous n’en entendons peut-être pas parler très souvent, mais il y a en fait de nombreux endroits dans le monde où la croissance économique n’est pas aussi ouvertement favorisée que d’autres choses. Ce ne sont peut-être que quelques personnes qui ont décidé de vivre ensemble et de faire passer leur bien-être avant le gain économique ; il y a déjà de petites communautés, des villes et des villages qui le font. Mais dans le cas d’un pays tout entier, le Bhoutan, l’objectif central déclaré du gouvernement est d’accroître le bonheur et le bien-être.

En 1972, le quatrième roi du Bhoutan, le roi Jigme Singye Wangchuck, a exprimé l’idée pour la première fois dans une interview. Il a dit : « Le bonheur national brut est plus important que le produit intérieur brut. » Au départ, le bonheur national brut était un concept enraciné dans les traditions spirituelles du pays, et les politiques gouvernementales sont apparemment évaluées en fonction de leur influence supposée sur le bien-être plutôt qu’en fonction de leurs effets économiques.

Toutefois, en 1972, il n’existait guère de données fiables permettant de calculer l’influence d’une politique sur le bien-être. Ainsi, l’idée d’augmenter le bonheur restait plus un concept philosophique. Néanmoins, le concept du bonheur s’est intégré dans le processus d’élaboration des politiques. Parmi les décisions qui ont découlé de cette approche, mentionnons l’interdiction de la télévision (jusqu’en 1999), l’interdiction du tabac et la restriction du tourisme pour préserver la culture du pays.

Jigme Singye Wangchuck, le quatrième roi du Bhoutan (à droite) et le roi actuel, son fils, Jigme Khesar Namgyel Wangchuck (à gauche). (Gelay Jamtsho / flickr, CC BY-NC-SA)

Les Bhoutanais ont depuis lors mis au point un indice du bonheur national brut pour mesurer le niveau de bien-être collectif du pays – tel est l’objectif du gouvernement depuis l’adoption de sa constitution en 2008. Cet indice a des liens directs avec l’élaboration des politiques et vise à inciter le gouvernement, les organisations non gouvernementales et les entreprises à fonctionner de manière à augmenter l’indice du bonheur. Par exemple, la protection de l’environnement, qui limite les industries rentables comme l’exploitation forestière, est inscrite dans sa constitution.

Pourtant, le Bhoutan n’est pas du tout l’endroit le plus heureux de la planète, en dépit de l’accent mis sur le bonheur. La Finlande est en tête du Rapport sur le bonheur dans le monde 2018 de l’ONU et le Bhoutan est arrivé en 97e position sur 156 pays. Un certain nombre de facteurs entrent en jeu, mais le Bhoutan a été critiqué pour avoir mis l’accent sur ce qui constitue le bonheur. Il souffre également d’une pauvreté considérable, de violations des droits de l’homme et de nombreux autres problèmes auxquels de nombreux pays sont confrontés.

Néanmoins, le cas du Bhoutan continue d’inspirer des conversations sur ce que devrait être le but d’une société et comment un pays devrait évaluer son degré de succès. Le Bhoutan témoigne également de ce à quoi pourraient ressembler d’autres pays si leurs dirigeants avaient l’intention de suivre cet exemple.

Le voyage, pas la destination

C’est dans ce contexte que je suis parti du Royaume-Uni en octobre 2017 avec le strict nécessaire sur une bicyclette. Mon parcours, pourrait-on dire, a été tortueux. Au moment où j’écris ces lignes, je suis au Canada, et il était important pour moi de voyager à travers l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord, car je voulais traverser d’autres endroits qui, comme le Bhoutan, explorent de nouveaux modes de vie et où l’économie ne domine pas nécessairement la vie politique et sociale.

Au Costa Rica, par exemple, l’accent est mis sur la « pura vida » ou la vie pure. Les citoyens mènent une vie longue et heureuse (comparable à celle des pays financièrement riches) avec des niveaux de revenus beaucoup plus bas. J’ai rencontré beaucoup d’exemples vivants de ce que j’avais vu dans la recherche – le bonheur que procurent les relations, la bonne santé et le fait d’être en relation avec soi-même et la nature. Une fois les besoins de base satisfaits, l’argent n’ajoute pas grand-chose au bien-être et j’ai rencontré beaucoup de gens sans grand chose, mais avec suffisamment de ressources pour pouvoir m’aider alors que je traversais leur village ou leur ville à vélo.

Je voulais aussi visiter le Canada, dont l’indice national de bien-être exemplaire a été élaboré en collaboration avec les citoyens. Il a été conçu comme un processus évolutif et en relation étroite avec la politique. Du point de vue de la recherche, nous savons que l’autonomie et le fait d’avoir une voix sont importants pour le bien-être et j’ai appris par expérience personnelle à quel point il est important de se sentir entendu.

Et, bien sûr, il y avait beaucoup d’endroits entre les deux que je voulais visiter et qui me semblaient importants pour m’aider à comprendre le bonheur plus profondément : des communautés désireuses de connaître le bonheur, des merveilles naturelles du monde et diverses villes ayant quelque chose à offrir.

J’ai fait une partie du trajet en avion (pour traverser les océans), mais j’en ai fait la majeure partie à vélo pour que le voyage soit authentique et utile. Non seulement j’ai pensé que le vélo serait bon pour mon propre bien-être (physique et mental), mais aussi parce que c’est un mode de déplacement qui a un impact écologique minimal et qui ne nuirait donc pas au bien-être des personnes qui m’entourent. De plus, mes expériences de voyage à vélo avant de commencer ce voyage m’ont montré que c’est une façon fantastique de rencontrer des gens. Il s’agit d’une forme de voyage assez inhabituelle dans certaines parties du monde, alors cela suscite l’intérêt et facilite la création de liens.

La vie sur un vélo. (Christopher Boyce, CC BY-ND)

Les gens peuvent souvent rendre un endroit mémorable. Je savais que les gens que j’allais rencontrer constitueraient une partie importante de mon voyage et je voulais créer des liens durables, qui sont bien sûr une composante importante d’une vie heureuse.

Ces liens sont nés lors de partages d’expériences sur ce que signifie être heureux, et ce autant lorsque je partageais mes propres recherches et mes expériences personnelles de bonheur, que lorsque j’écoutais les gens me partager leurs expériences –  des gens que j’ai rencontrés dans la rue jusqu’à ceux qui prennent les décisions politiques.

Il y a beaucoup de gens qui sont intéressés à mettre en œuvre des programmes et des politiques de bonheur dans leur propre vie et dans la vie des autres comme un moyen de promouvoir véritablement le bonheur et le bien-être dans la région où ils vivent.

Lorsque je me suis entretenu avec des personnes impliquées dans les décisions politiques au Costa Rica, par exemple, nous avons discuté de la participation du pays à l’Alliance pour une économie du bien-être. Il s’agit d’une organisation qui ressemble au groupe des pays du G7, mais qui, plutôt que de se concentrer sur l’état de l’économie, vise à promouvoir le bien-être de ces pays. Cette alliance comprend notamment le Costa Rica, l’Écosse, la Nouvelle-Zélande et la Slovénie.

Surmonter les défis

Mon voyage a été extraordinaire sur le plan personnel. Chaque jour a pu apporter quelque chose d’inattendu ou de stimulant, et cela exige beaucoup sur le plan psychologique. Soudain, je me retrouvais dans la maison d’une personne que j’avais rencontrée sur une place en train de partager de la nourriture avec sa famille. Le lendemain, je pouvais me retrouver seul dans ma tente, mais en compagnie d’un beau ciel nocturne. Il y a eu des moments vraiment uniques et, grâce à eux, je me suis souvent senti heureux et j’ai appris beaucoup de choses intéressantes sur moi-même. Par exemple, que je suis beaucoup plus qu’un simple universitaire et que, parfois, la façon dont nous nous percevons nous-mêmes peut limiter notre potentiel.

Pourtant, cela n’a pas été facile et n’a certainement pas été reposant. Mon voyage a nécessité un effort physique considérable et j’ai vécu par moments de grandes épreuves. Environ deux mois après le début de mon voyage, j’ai été mordu par un chien de la rue dans un petit village du Pérou. Sans compter le besoin de gérer les effets physiques (traiter la plaie, me rendre à l’hôpital, me faire vacciner), l’expérience m’a vraiment affecté psychologiquement.

Le voyage n’a pas toujours été facile. (Christopher Boyce, CC BY-ND)

Je voulais rentrer chez moi. J’avais du mal à trouver la force émotionnelle dont j’avais besoin pour passer au travers. Je me sentais seul. Mais j’ai persévéré et j’ai puisé dans les ressources dont je disposais pour trouver le soutien dont j’avais besoin (à la fois localement et de chez moi), tout en gardant à l’esprit la raison profonde de mon périple.

Je suis heureux d’avoir persévéré dans ce voyage, car il m’a apporté toutes ces autres expériences. Depuis cet incident, les personnes que j’ai rencontrées ont été extrêmement enrichissantes et m’ont permis de me sentir plus complet. De plus, une part importante du bonheur consiste à faire face à l’adversité et à développer une résilience lorsque des choses difficiles se produisent, comme elles le font inévitablement.

Maintenant, je suis au Canada et, en vérité, je suis surpris d’être arrivé jusqu’ici. Je me demande souvent si j’arriverai un jour au Bhoutan ; il y a encore beaucoup de montagnes à gravir et de mers à traverser. Dernièrement, j’ai eu des moments difficiles sur la route – cela fait un an et l’environnement de la maison, des amis et de la famille me manque beaucoup.

Peut-être que je n’ai pas besoin d’aller jusqu’au Bhoutan. Peut-être que ce que j’ai fait est suffisant. Quoi qu’il en soit, je peux être certain que le bonheur se trouve dans le parcours et non dans la destination.

Christopher Boyce est chercheur au centre des sciences du comportement de l’Université de Stirling, au Royaume-Uni. Cet article a été publié pour la première fois dans The Conversation.

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

L’aventurière fauchée
– elle fait le tour du monde sans un sou

 
 
 
 

Incendie dans l’église Saint-Sulpice à Paris: l’origine du feu n’était pas accidentelle

Incendie dans l’église Saint-Sulpice à Paris: l’origine du feu n’était pas accidentelle
Selon les informations de LCI, la piste accidentelle a été écartée au lendemain de l'incendie survenu église Saint-Sulpice ...
LIRE LA SUITE
 

Les Nicaraguayens suivent le Venezuela et Cuba et protestent contre le régime socialiste

Les Nicaraguayens suivent le Venezuela et Cuba et protestent contre le régime socialiste
Le 16 mars dernier, des manifestants opposés au président nicaraguayen Daniel Ortega sont descendus dans la rue réclamant ...
LIRE LA SUITE
 

Torture psychologique : les pires cicatrices sont celles qui restent dans l’esprit

Torture psychologique : les pires cicatrices sont celles qui restent dans l’esprit
Note de la rédaction : Epoch Times publie un certain nombre d’articles relatant le recours à la torture ...
LIRE LA SUITE
 

Saccage des Champs-Élysées : 80 enseignes touchées, le Premier ministre interpellé

Saccage des Champs-Élysées : 80 enseignes touchées, le Premier ministre interpellé
80 enseignes ont été touchées, dont une vingtaine pillées ou victimes de départs d'incendie lors du saccage samedi ...
LIRE LA SUITE