Des pommes «miracles» non périssables cultivées par un vieil homme révèlent un secret de santé

4 juillet 2022 Mis à jour: 4 juillet 2022
FONT BFONT SText size

La nutritionniste japonaise Tomoko Wakasugi ne jouit pas seulement d’une grande longévité, elle n’a jamais vu de médecin.

Aujourd’hui âgée de 80 ans, elle a une chevelure saine et des dents solides, et elle peut donner des conférences dans tout le Japon. Mme Wakasugi cultive ses propres légumes toute l’année et s’oppose à la consommation de produits inorganiques cultivés avec des engrais et des pesticides chimiques.

Devant son auditoire, elle déclare que les légumes biologiques se maintiennent longtemps sans avoir besoin de frigidaire, mais les produits cultivés à base d’engrais chimiques commencent à pourrir au bout de quelques jours, même au frais. Ces fruits et légumes ont non seulement une vitalité faiblarde, mais ils ont aussi très peu de nutriments. D’autre part, ils contiennent des toxines liées aux pesticides. Ainsi, même si on pense avoir une alimentation saine et riche en fruits et légumes, en réalité ces aliments peuvent nous exposer à des risques de cancer et d’autres maladies.

Un grand-père japonais cultive des pommes non périssables

Akinori Kimura cultive un type spécial de pommes miracles, elles ne pourrissent pas.

Depuis 1978, il expérimente la méthode de culture naturelle des pommes, sans « aucun pesticide ni engrais chimique ». Il a vu les premiers résultats au bout de huit ans seulement.

Les pommes qu’il cultive ne pourrissent pas, même deux ans après avoir été coupées en plusieurs morceaux, quel que soit l’endroit où elles sont stockées. La vitalité exceptionnelle et le goût délicieux de ces pommes ont fait sensation dans le monde entier. Les Nations unies ont officialisé cette méthode de culture, qui porte son nom.

Cette histoire prouve que les aliments biologiques sont un trésor céleste, synonyme de santé et de vitalité.

On ignore en général qu’au jour d’aujourd’hui, les pommes sont pulvérisées plus de dix fois aux pesticides avant de mûrir.

Sans l’utilisation d’engrais ou de pesticides, il est impossible pour les pommiers de s’épanouir ou de produire des fruits. En mangeant de telles pommes, que sait-on de ce qui se passe dans l’organisme ? Une consommation de légumes cultivés avec des pesticides et des engrais chimiques sans aucune précaution pendant une ou plusieurs décennies peut-elle aboutir sur un cancer ?

Pourquoi continuons-nous à cultiver les pommes de cette façon ?

Une fois les méthodes de culture transformées pour incorporer engrais chimiques et pesticides, il est ardu de revenir aux méthodes de culture initiales, paraît-il.

Sans engrais chimiques ni pesticides, il est désormais difficile pour ces cultures de continuer à survivre, car elles ont perdu leur immunité et leur vitalité d’origine.

La chaîne alimentaire écologique de Mère Nature étant rompue, il n’y a plus d’oiseaux ou d’insectes pour manger certains parasites. Ceux-ci vont maintenant ronger les légumes et les feuilles. L’homme ayant détruit l’environnement naturel parfaitement ordonné, seuls restent les pesticides pour tuer les parasites.

Nombreux sont ceux qui ont essayé de faire pousser des pommes naturellement. Néanmoins, généralement après quatre ou cinq ans, ils abandonnent. Comment persister sans revenu ou sans espoir de revenu dans un avenir proche ?

Seul M. Kimura, dont la famille a fini par vendre tous ses biens, n’a pas voulu abandonner. Il a insisté pour trouver des méthodes écologiques naturelles afin d’améliorer la qualité du sol, jusqu’à la huitième année, où sept fleurs ont éclos.

Et la neuvième année, son verger était rempli de fleurs et de fruits, ses pommiers étaient résistants avec une forte immunité.

Voici comment le verger naturel de M. Kimura a été décrit dans un reportage :
« Lorsque les gens viennent dans le verger de M. Kimura, ils voient des sauterelles sautiller, des abeilles danser, des grenouilles chanter à tue-tête, des rats et des lapins courir partout. Ils doivent repousser les mauvaises herbes avec leurs mains pour atteindre les pommiers. »

Pourquoi cet endroit se trouve-t-il dans un tel état ? Car sans l’utilisation de pesticides, l’écosystème ici a été restauré. Depuis 1978, M. Kimura n’a pas utilisé une seule goutte de pesticide ni une pincée d’engrais chimique dans ce verger de 8800 m2.

Voilà comment il a fait pousser des pommes remplies de bien-être et qui ne pourrissent pas pendant deux ans.

« Habituellement, après qu’une pomme soit coupée et laissée pendant un certain temps, elle devient rapidement brune et commence à pourrir. Cependant, les pommes de M. Kimura ont été coupées en deux et laissées pendant deux ans sans pourrir, seulement pour rétrécir et devenir de plus en plus petites à mesure qu’elles flétrissaient. Et elles ont fini par se transformer en fruits secs de couleur rouge clair et à l’arôme délicat. »

Beaucoup de gens sont choqués, en lisant cette histoire, de découvrir que les aliments biologiques sont un merveilleux médicament. Ils peuvent nous permettre de jouir d’une vie longue et saine, sont capables de nous donner une forte vitalité et de repousser les maladies à la racine. Les légumes inorganiques que nous mangeons quotidiennement sont en réalité si nocifs qu’ils ne devraient pas être consommés à-tout-va. Les anciens n’avaient pas même besoin de réfrigérateurs, s’avère-t-il.

Les fruits et légumes d’aujourd’hui : ni saveur ni nutriments d’origine

Certes la vie présente d’énormes avantages pratiques grâce à la technologie moderne, mais les quadragénaires et les quinquagénaires ont probablement tous le sentiment indescriptible que le goût naturel des fruits et des légumes s’est perdu.

De nombreux aliments sont devenus insipides et les légumes sont amers désormais. De plus, l’immunité des populations est toujours plus faible, avec diverses maladies modernes qui nécessitent des médicaments en continu. Enfin, même s’ils essaient de prévenir et de contenir les maladies, faire de l’exercice et manger beaucoup de légumes, les cancers et d’autres maladies horribles tambourinent toujours à la porte.

De nos jours, les enfants n’aiment pas manger de légumes. Pour que les légumes soient délicieux et que leurs bambins en mangent davantage, les mères doivent se creuser la tête. Cependant, quels que soient leurs efforts pour apprendre différentes recettes, elles ne parviennent pas à changer réellement les habitudes alimentaires de leurs enfants. Bien qu’ils sachent que la consommation excessive de nourriture transformée est nocive, les enfants adorent manger de la viande transformée et des hamburgers, boire des boissons gazeuses ou trop sucrées et lorsque la grippe saisonnière arrive, leur système immunitaire ne peut pas se défendre.

Tout le monde est à bout de nerfs, sans saisir que la cause profonde est à chercher du côté des fruits et légumes inorganiques. Les enfants ne connaissent pas le goût que devraient avoir les fruits et les légumes, et leur apport en nutriments est insuffisant. Comme leur corps n’est pas satisfait, ils cherchent des en-cas pour combler ce vide. Plus ils mangent d’aliments malsains, plus leur corps se dégrade, et plus ils ont envie de grignoter, ce qui engendre un cercle vicieux.

Malgré les préoccupations exacerbées en matière de santé à notre époque, personne ne soulève réellement la question problématique du changement des fruits et légumes. S’ils n’ont plus bon goût, doit-on continuer à les consommer ? Sont-ils encore sains ? Ils ont probablement plus de toxines que de nutriments. M. Kimura a réalisé un miracle, redonner espoir face au sentiment d’impuissance actuel.

Des légumes biologiques entraînent des changements inattendus chez deux enfants

Mme Bai, une femme résidant au Japon, a rencontré un jour une grand-mère de 86 ans. Celle-ci lui a donné des légumes biologiques cultivés dans ses propres champs. Ces légumes n’étaient pas beaux, ils étaient lourds et leurs feuilles étaient épaisses. Mme Bai les a ramenés chez elle et les a simplement fait sauter avec de l’huile et du sel.

Étonnamment, son fils, qui n’avait jamais aimé les légumes, les a avalés avec grand plaisir. Il a ensuite demandé à sa mère, d’un air perplexe, pourquoi il n’avait jamais consommé de légumes aussi frais et délicieux auparavant.

Comme beaucoup d’entre nous, Mme Bai n’était pas consciente de l’importance des fruits et légumes biologiques, qui sont deux fois plus coûteux. Les ménages ne traitent tout simplement pas l’alimentation avec sérieux, ils n’ont pas conscience du caractère nocif des aliments inorganiques.

Depuis lors, Mme Bai est passée aux légumes biologiques, et ses enfants adorent les légumes. Ils ne sont plus attirés par les fast-foods ni les boissons gazeuses, de ce fait le passage aux légumes biologiques n’a finalement pas entraîné une charge financière pour la famille.

La santé des deux enfants s’est également considérablement améliorée. Auparavant, lorsqu’arrivait la saison de la grippe, ils avaient de la fièvre et restaient alités. Aujourd’hui, en cette saison, ils sont en parfaite santé. Manger des fruits et légumes biologiques sains entraîne un renforcement de notre système immunitaire.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du Parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé