Un policier hors service voit une mère avec un bébé qui s’étouffe, s’arrête et lui sauve la vie

21 septembre 2021 Mis à jour: 21 septembre 2021
FONT BFONT SText size

Un policier de la région de Bay Area, qui n’était pas en service, rentrait du cinéma en voiture avec sa famille lorsqu’il a été ammené à sauver la vie d’un bébé qui ne respirait pas.

Alors qu’il venait de regarder un film d’action dans la soirée du dimanche 15 août, Gilbert Troche, de la police de San Pablo, se trouvait près de First Street à Livermore. Sa femme a aperçu une mère en détresse, debout devant son véhicule, près du trottoir.

« J’ai regardé à ma gauche par la fenêtre et j’ai vu une femme tenant son bébé et elle semblait très désemparée », explique Gilbert Troche pour Epoch Times. « Elle pleurait et se balançait d’avant en arrière. »

Il s’est arrêté derrière sa voiture, est sorti et a proposé son aide.

« J’ai pensé que sa voiture était peut-être en panne d’essence », raconte-t-il. « Elle m’a immédiatement tendu son bébé. »

« Je pouvais voir très clairement qu’il s’étouffait, qu’il ne pouvait pas respirer. »

Le visage et les lèvres de son fils devenaient bleus.

(Avec l’aimable autorisation de Gilbert Troche)

Le bébé a ouvert la bouche comme pour tousser ou pleurer, mais aucun son n’en est sorti.

« Je me suis immédiatement penché sur lui et j’ai commencé à lui donner des claques dans le dos », raconte-t-il.

Le policier a admis plus tard qu’il était « mort de peur », car il savait que trois à cinq minutes d’asphyxie constituaient la « zone rouge » et pouvaient entraîner des lésions cérébrales.

La mère lui avait confié la vie de son fils.

(Avec l’aimable autorisation de Gilbert Troche)

Comme les claques dans le dos ne fonctionnaient pas, le policier s’est tourné vers sa femme, qui attendait dans la voiture, et a murmuré en silence les chiffres « 9-1-1 » (urgences), pour ne pas alarmer la mère paniquée.

Pendant ce temps, sa fille , âgée de 12 ans, filmait la scène sur son téléphone.

Il a donné d’autres claques dans le dos, puis a demandé à la mère de balayer la bouche de son bébé avec ses doigts. Il l’a vu commencer à vomir. Et heureusement, il a commencé à pleurer.

« J’ai utilisé un peu plus de force pour la dernière, et j’ai entendu un « pop », puis il a vomi et a commencé à pleurer, et c’est à ce moment-là que j’ai su que les voies respiratoires étaient dégagées », explique le policier, qui a ensuite rendu le garçon à sa mère, qui était « très reconnaissante. »

(Avec l’aimable autorisation de  Gilbert Troche )

Une fois les premiers intervenants arrivés, Gilbert Troche est remonté dans sa voiture et est parti, afin de ne pas bloquer la circulation.

Ses enfants, qui avaient vu tout se dérouler sous leurs yeux, ont parlé de l’événement toute la journée, ce qui, selon lui, était « une chose vraiment cool », car ils ont eu la chance de voir ce que font les policiers au quotidien.

Gilbert Troche, qui a été nommé officier de l’année en 2018 et qui est un fervent catholique, croit qu’il a été « placé là à ce moment-là pour une raison. »

« Ce que j’ai fait a aidé et a fonctionné, Dieu merci », a-t-il ajouté. « Cela aurait pu se passer différemment. »

Nommé Officier de l’année 2018, Gilbert Troche pose pour une photo avec son épouse, Daniela. (Avec l’aimable autorisation de Gilbert Troche)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé