Policier percuté à Montpellier : le conducteur interpellé et incarcéré pour « tentative d’homicide volontaire »

8 février 2022 Mis à jour: 8 février 2022
FONT BFONT SText size

Le conducteur d’une voiture volée, qui avait blessé un policier lors d’un contrôle mardi, a été mis en examen dimanche 6 février pour « tentative d’homicide volontaire » et placé en détention provisoire, a indiqué le parquet de Montpellier dans l’Hérault.

L’homme âgé de 44 ans, déjà condamné à 28 reprises pour « des atteintes aux biens ou des faits de trafic de stupéfiants » a été mis en examen « pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique et recels de vols » en récidive, a précisé le procureur de Montpellier, Fabrice Belargent, dans un communiqué.

Mardi vers 21h00, dans un quartier défavorisé de Montpellier, trois policiers de la brigade anti-criminalité (BAC) avaient voulu contrôler un véhicule signalé volé. Si le passager du véhicule avait été interpellé le jour-même, le conducteur, quant à lui, avait pris la fuite après avoir reculé à grande vitesse sur le fonctionnaire de police, lui écrasant la jambe contre un autre véhicule stationné.

Une manœuvre volontaire selon des témoins de la scène. Grièvement blessé, le fonctionnaire âgé de 45 ans avait une grosse plaie à l’arrière de la cuisse, obligeant ses collègues à lui faire un point de compression sur l’artère fémorale pour éviter une hémorragie, informe Midi Libre.

Les jours du policier ne sont plus en danger

Conduit à l’hôpital en urgence, la victime a été admis en soins intensifs pour y être opéré. Après deux opérations de la jambe, ses jours ne sont plus en danger.

Il est encore « difficile de savoir pour le moment s’il retrouvera un usage normal de sa jambe », a indiqué sur France Bleu Rémy Alonso, secrétaire départemental du syndicat Alliance Police dans l’Hérault.

Présence de son ADN dans le véhicule volé

Interpellé trois jours après les faits dans le quartier de la Mosson par la Brigade de recherche et d’intervention accompagnés de la Brigade de répression du banditisme, le conducteur a contesté en garde à vue son implication malgré « des éléments à charge à son encontre (…) tels que la présence de son ADN dans le véhicule volé », a souligné Fabrice Belargent.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé