Les personnes qui endommagent des monuments commémoratifs risquent une peine de 10 ans de prison en vertu du nouveau projet de loi britannique

10 mars 2021 Mis à jour: 11 mars 2021
FONT BFONT SText size

Les personnes qui causent des dommages criminels aux monuments commémoratifs au Royaume-Uni risquent des peines de prison allant jusqu’à 10 ans en vertu d’un nouveau projet de loi en cours de discussion au Parlement britannique.

Actuellement, la peine maximale pour de telles infractions est de 3 mois si la valeur des dommages est inférieure à 5 000 £ (5 840 €), selon le Conseil de détermination des peines.

Mais le projet de loi sur la police, la criminalité, les peines et les tribunaux, qui a été publié mardi, augmente la peine maximale pour les dommages criminels à un mémorial de 3 mois à 10 ans, a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

La question de savoir comment la Grande-Bretagne doit gérer les héritages de son passé, en particulier son rôle dans l’esclavage et le colonialisme, a fait l’objet de débats passionnés depuis que la statue d’Edward Colston, un marchand du XVIIe siècle, a été renversée par des manifestants de Black Lives Matter (BLM) à Bristol en juin 2020.

Lors des manifestations de l’été dernier, déclenchées par la mort de George Floyd en garde à vue à Minneapolis, des manifestants violents britanniques ont également défiguré une statue de Winston Churchill sur la place du Parlement à Londres, en y collant un panneau « Black Lives Matter » et en le taguant.

De telles actions sont peu soutenues par le public britannique. Une étude récente du groupe de réflexion Henry Jackson Society a montré que 84 % des Afro-Britanniques s’opposent à l’effondrement des statues historiques.

Le gouvernement britannique a déclaré en janvier qu’il allait promulguer de nouvelles lois pour protéger les statues en Angleterre contre les attaques des « militants du réveil » qui veulent censurer le passé de la nation.

Récemment, le ministre de la Culture Oliver Dowden a averti que les institutions culturelles britanniques sont également sous la pression des groupes de campagne de gauche.

Le ministre britannique de la Culture Oliver Dowden marche dans Downing Street au centre de Londres le 17 juin 2020. (Daniel Leal-Olivas /AFP via Getty Images)

Les groupes de gauche « font pression sur les institutions pour qu’elles changent rapidement leur approche, qu’elles suppriment notre histoire, qu’elles enlèvent des objets et des statues, etc. », a-t-il dit le 2 mars lors de la conférence History Matters (l’Histoire compte) organisée par Policy Exchange, un groupe de réflexion de centre-droit basé à Londres.

« Je pense que c’est un danger contre lequel il faut se prémunir, car il faut parfois des générations pour construire l’histoire et le patrimoine, et il suffit de quelques décisions à court terme pour le supprimer et le faire disparaître pour de bon », a-t-il déclaré.

M. Dowden a écrit à plusieurs musées et institutions culturelles en septembre dernier, les avertissant que leur financement public pourrait être remis en question s’ils enlevaient des statues ou d’autres objets historiques qui sont devenus l’objet de protestations ou de plaintes.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé