Des perroquets accros à l’opium attaquent les cultures de pavot en Inde

En plein milieu de la récolte, les cultivateurs de pavot autorisés de l’Inde sont aux prises avec la menace des perroquets toxicomanes qui ravagent leurs cultures.

Les agriculteurs de l’État du Madhya Pradesh, qui sont autorisés par le gouvernement indien à cultiver de l’opium à des fins médicinales, se plaignent du fléau des perruches dépendantes de la sève cristallisée des pavots mûrs, rapporte l’agence de presse ANI.

Selon Earth.com, les perroquets sauvages attendent parfois que les agriculteurs ouvrent les cosses de pavot pour les aider à mûrir avant de sucer la sève, tandis que les oiseaux les plus désespérés arrachent les cosses des tiges, ce qui endommage les pavots et cause des pertes permanentes aux agriculteurs.

« Pas moyen de protéger nos cultures »

« Nous perdons jusqu’à 10 à 15 pour cent de notre récolte à cause de ces perroquets », a déclaré Narendra Singh, un cultivateur d’opium de Pratapgarh, cité par DNA à propos du même problème de la récolte de l’an dernier. « Il n’y a aucun moyen de protéger notre production contre eux. »

FILE – Perruches en Inde le 17 mars 2017. (Arun Sankar/AFP/Getty Images)

« Nous avons essayé de faire des bruits forts et même d’utiliser des pétards pour effrayer les oiseaux. Mais rien n’a aidé », a déclaré M. Nandkishore, un cultivateur de pavot du district de Neemuch, dans le centre de l’Inde, selon NDTV. « Nous souffrons déjà à cause d’une pluie irrégulière, et maintenant ceci. Personne n’écoute nos problèmes. »

Les agriculteurs ont dit que si les perroquets détruisent une trop grande partie de la récolte, ils risquent aussi d’être pénalisés.

« Nous obtenons une licence pour cultiver de l’opium. Le service des stupéfiants, qui achète nos récoltes, a des paramètres fixes sur la quantité de récolte par exploitation. Si le rendement est inférieur, une pénalité sera imposée », a déclaré M. Singh à DNA.

Une vidéo montre les perroquets qui déchirent frénétiquement les coquelicots.

« Un grand groupe de perroquets se nourrit de ces plantes environ 30 à 40 fois par jour et certains s’envolent même avec des cosses de pavot », explique Nandkishore, un cultivateur de pavot du district de Neemuch en Inde centrale. « Cela affecte le produit. Ces perroquets accros à l’opium font des ravages. »

Les agriculteurs ont dit qu’ils devaient surveiller les cultures de pavot jour et nuit pour chasser les oiseaux drogués.

Image d’archives d’un agriculteur debout dans un champ de pavot en fleurs à la périphérie de Jalalalabad dans la province de Nangarhar, en Afghanistan, le 12 avril 2014. (Noorullah Shirzada/AFP/Getty Images)

Commerce important

La culture du pavot pour l’opium est un grand business dans le Madhya Pradesh, selon India Today, avec 38 000 des 44 000 hectares de culture sous licence du pavot en Inde entre l’État et le Rajasthan voisin.

Le Madya Pradesh est l’un des rares endroits au monde où le pavot est cultivé sous la supervision de l’Organe international de contrôle des stupéfiants à des fins médicales légitimes.

La maladie du coquelicot

L’une des raisons pour lesquelles l’autorité indienne des stupéfiants, le Bureau central des stupéfiants, impose des quotas de production aux agriculteurs licenciés est que cela peut permettre de prévenir le commerce illicite de l’opium. Les agriculteurs sont tentés de sous-déclarer la production et de vendre l’excédent aux contrebandiers.

L’année dernière, la police a été informée que deux villageois fournissaient illégalement de l’opium à des contrebandiers et a arrêté le duo avec 24 kg (53 livres) de la drogue dans leur voiture.

Mais malgré les mesures prises pour freiner le commerce illicite de l’opium – y compris les primes monétaires versées aux agriculteurs qui surproduisent et remettent leur récolte aux autorités plutôt qu’aux contrebandiers – la pathologie va de pair avec la culture du pavot à opium.

« Les licences d’opium sont un symbole de prestige », a déclaré Kamlesh Upadhyay, professeur adjoint de psychologie au Government Girls’ College à Neemuch, selon India Today. « Les gens qui ont un permis sont très recherchés pour les alliances conjugales. Mais la disponibilité de la drogue a également créé un nombre énorme de toxicomanes ici. Il n’y a pas une seule famille sans toxicomanes dans des villages comme Harvar. »

Version originale

 
 
 
 

Vincent Lambert : François-Xavier Bellamy (LR) demande « du temps » et l’intervention de Macron

Vincent Lambert : François-Xavier Bellamy (LR) demande « du temps » et l’intervention de Macron
François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes, a demandé dimanche "qu'on se laisse le temps" dans ...
LIRE LA SUITE
 

La liberté économique, une union indissoluble entre la vertu et le bonheur

La liberté économique, une union indissoluble entre la vertu et le bonheur
Le rapport sur l'emploi pour le mois d'avril démontre que l'économie américaine se porte très bien - en ...
LIRE LA SUITE
 

Grenoble : des militantes musulmanes bravent le règlement intérieur et se baignent en burkini dans une piscine municipale

Grenoble : des militantes musulmanes bravent le règlement intérieur et se baignent en burkini dans une piscine municipale
Prise au dépourvue, la direction de l’établissement n’a pas été en mesure de faire respecter le règlement intérieur ...
LIRE LA SUITE
 

Vosges : il menace les clients d’un restaurant, brise la vitrine d’un coup de poing et se vide de son sang

Vosges : il menace les clients d’un restaurant, brise la vitrine d’un coup de poing et se vide de son sang
Malgré l’arrivée des gendarmes et des pompiers, l’assaillant n’a pas pu être ranimé. Mercredi dernier, vers 20h30, un ...
LIRE LA SUITE