Le père de l’architecture gothique

L'abbé Suger et l'abbaye de Saint-Denis
19 novembre 2022 Mis à jour: 19 novembre 2022
FONT BFONT SText size

Le 11 juin 1144, le roi Louis VII de France et la reine Aliénor ont conduit des dizaines d’évêques et d’abbés en procession vers l’église récemment rénovée de l’ancienne abbaye de Saint-Denis. Leur nombre paraissait peu parmi les centaines d’ecclésiastiques et de moines – et une congrégation beaucoup plus nombreuse. Après trois ans de travaux, l’église était prête à être consacrée.

Situé près de Paris, le monastère d’origine comptait parmi les monastères plus anciens et les plus importants de France. Saint Denis était un martyr chrétien de la première heure qui avait été tué dans les environs et était un saint patron de la France. Des liens étroits existaient entre le monastère et la famille royale française. Le saint et les rois de France ont été enterrés dans l’abbaye.

Mais la dévotion de la monarchie au catholicisme n’était qu’un des symboles de l’église de Saint-Denis. La reconstruction de l’abbaye coïncide avec l’intensification de la pratique religieuse dans toute la France et avec la force croissante du gouvernement royal sur des nobles quasi indépendants et parfois violents. La reconstruction d’une nouvelle et magnifique église démontre l’engagement spirituel des moines tout en signalant la richesse et la puissance de la monarchie.

L’abbaye de Saint-Denis avant que la tour nord (à gauche) ne soit démolie après avoir été foudroyée en 1837. Gravure de Julien Hippolyte Devicque (Domaine public)

Le maître d’œuvre de l’originalité architecturale de l’église est le supérieur du monastère, l’abbé Suger. Son Livre de la consécration de l’église de Saint-Denis (traduction directe du latin) révèle sa compréhension et son engagement pour le projet et constitue le plus important ouvrage médiéval sur les principes architecturaux.

Redessiner une époque

D’une grande importance architecturale, l’abbaye de Saint-Denis révèle la première utilisation de tous les éléments de l’architecture gothique et constitue la norme pour les cathédrales et les églises de l’Europe médiévale. (Petr Kovalenkov/Shutterstock)

À Saint-Denis, l’abbé Suger a soigneusement combiné des éléments architecturaux issus des styles de différentes régions françaises pour créer un style radicalement nouveau, le gothique. L’utilisation d’arcs brisés, typiques de l’architecture bourguignonne, a permis de créer des plafonds plus hauts. L’architecture normande (romane) utilise généralement des voûtes d’arêtes : des arcs entrecroisés qui supportent le poids d’un plafond, le concentrant et transférant la pression sur un nombre plus restreint de points de tension. Les nervures réduisent également le poids total d’un plafond, ce qui permet à la plupart des plafonds d’être réalisés en pierre fine. Les colonnes nécessaires au soutien étant moins nombreuses et plus petites, il était possible d’utiliser des fenêtres plus grandes.

En combinant des voûtes nervurées et des arcs pointus, l’abbé Suger a révolutionné la structure intérieure des bâtiments, créant une esthétique qui semble s’élever plus haut tout en laissant entrer plus de lumière. L’ouverture de l’espace intérieur a permis de créer une atmosphère plus lumineuse et plus colorée.

La lumière et la couleur étaient au cœur de la conception de l’abbé. Elles sont également au centre d’un important débat architectural : le gothique était-il une évolution de l’architecture romane ou l’antithèse de l’architecture romane ? En fait, c’était un peu des deux. Les formes utilisées par l’architecture gothique ont en effet pris pour base celles de l’architecture romane et bourguignonne. Mais la façon dont ils ont combiné des éléments des traditions romanes régionales avec l’utilisation vibrante de la couleur dans l’architecture de la région méditerranéenne a créé une esthétique anti-romane. (Malgré son nom, l’architecture romane n’était que partiellement influencée par la tradition romaine.)

Le fait que Saint-Denis soit une création de l’abbé Suger a accru l’intérêt que ses contemporains lui portaient. Si son nom est aujourd’hui peu connu, il était le plus grand polymathe européen de sa génération et l’un des hommes les plus célèbres d’Europe. Une grande partie du symbolisme de Saint-Denis reflète la vie et les réalisations de l’abbé.

Un érudit inattendu

L’abbé Suger est à l’origine de l’originalité architecturale de l’abbaye de Saint-Denis. Gravure de l’abbé Suger par Zacharie Heinse et Francois Bignon, 1690. (Domaine public)

Né dans une famille de condition modeste, l’abbé Suger devient oblat de l’abbaye de Saint-Denis à l’âge de 10 ans. Les oblats étaient des préadolescents confiés aux soins des monastères bénédictins. À l’âge de l’adolescence, ils avaient la possibilité de choisir entre les vœux monastiques et le retour à la vie ordinaire. Jusque-là, ils étaient en préparation préliminaire pour devenir moines.

Pour des parents en difficulté financière, c’était un choix attrayant. En tant qu’oblats, leurs enfants seraient assurés de disposer de tous les éléments essentiels à la vie : une sécurité plus grande que celle dont beaucoup bénéficiaient dans une économie agraire et des possibilités d’éducation autrement hors de leur portée.

Les écoles des monastères et des cathédrales sont les centres d’apprentissage de l’Europe. Les moines et les chanoines (le clergé des cathédrales) dominaient les bourses d’études avancées. Ils copiaient les livres à la main à une époque où l’imprimerie n’existait pas encore. Ils dirigeaient et enseignaient dans les écoles les plus importantes, jetant les bases des premières universités. Les rois et les nobles, ainsi que les papes et les évêques, choisissaient aussi fréquemment des moines et des chanoines comme conseillers et fonctionnaires juridiques, politiques et religieux.

« Suger est fait abbé de Saint-Denis », années 1630, par Justus van Egmont. Huile sur panneau. Musée d’art de Nantes, France. (Domaine public)

L’abbé Suger excellait dans ses études et s’est fait un ami important parmi ses camarades de classe : le futur roi Louis VI. Les rois et les princes étaient toujours à la recherche de personnes talentueuses pour les conseiller et les assister. Plus encore, ils avaient besoin de conseillers et d’assistants dont l’amitié était sincère. En tant qu’ami et conseiller du roi Louis VI et du roi Louis VII, l’abbé fut catapulté aux plus hauts échelons de la vie culturelle, intellectuelle, politique et religieuse.

L’abbé, l’architecte et l’historien

La lumière et la couleur étaient au cœur de la conception de Suger. L’utilisation de voûtes d’arêtes et d’arcs brisés a permis d’ouvrir l’espace intérieur et de créer une atmosphère plus lumineuse et plus colorée. Sur la photo, la rosace en vitrail du transept nord. (Diliff/CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

L’ampleur des réalisations de l’abbé témoigne d’un individu rare. Il était le plus grand historien de sa génération. En tant qu’homme d’État, il a amélioré l’administration de la justice, fait progresser l’agriculture et le commerce, rallié son pays contre les invasions et maîtrisé des nobles rebelles et tumultueux. En tant qu’abbé, il a revigoré la vie de ses moines. Parmi ses alliés et admirateurs figurait saint Bernard de Clairvaux, l’un des plus grands moines, penseurs et prédicateurs de l’histoire catholique. Pendant le premier concile du Latran (une réunion du clergé catholique du monde entier), l’abbé Suger est devenu un confident du pape Calixte II.

C’est en tant qu’architecte que l’abbé Suger a exercé son influence la plus durable. L’abbaye de Saint-Denis a rapidement établi la norme qui a inspiré la plupart des grandes cathédrales et églises de la France et de l’Angleterre médiévales. Le rendu par écrit de l’abbé sur sa construction a eu une influence majeure sur la théorie architecturale médiévale. La cathédrale Notre-Dame a porté à la perfection ce que l’abbaye de Saint-Denis avait brillamment commencé.

Endommagée par la Révolution française, l’abbaye a ensuite été restaurée au cours du renouveau gothique du XIXe siècle. Aujourd’hui, elle a traversé près de neuf siècles et n’a guère changé depuis l’époque de l’abbé. En 1966, elle a rejoint les rangs des cathédrales qu’elle a si fortement influencées lorsque le pape Paul VI a créé le nouveau diocèse de Saint-Denis, un hommage approprié à l’un des chefs-d’œuvre architecturaux les plus importants de l’histoire.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé