Le régime chinois a intensifié la persécution du Falun Gong pour dissimuler la situation du Covid en Chine

10 juillet 2022 Mis à jour: 10 juillet 2022
FONT BFONT SText size

Selon un rapport publié par le Centre d’information sur le Falun Dafa, le Parti communiste chinois (PCC) a intensifié la persécution du groupe spirituel (Falun Dafa, aussi connu sous le nom de Falun Gong) en pleine pandémie afin d’empêcher ses pratiquants de révéler au monde la situation réelle du Covid‑19 en Chine.

Le rapport mis à jour décrit l’évolution récente de la persécution du Falun Gong.

La discipline spirituelle du Falun Gong est brutalement persécutée par le régime depuis 1999.

Malgré les restrictions imposées en raison de la pandémie, le nombre d’arrestations et les cas de harcèlement ont presque doublé au cours du premier semestre 2020 et presque triplé en 2021, par rapport à la même période en 2019.

L’objectif du PCC est de contrecarrer les pratiquants de Falun Gong essayant de transmettre hors de Chine des informations sur sa gestion de la crise sanitaire.

Les pratiquants du Falun Gong ont organisé « le plus grand réseau de médias et d’informations clandestin en Chine », indique le rapport. Ils ont développé ce réseau pour contrecarrer la désinformation diffusée par le PCC depuis plus de vingt ans au sujet de leur discipline spirituelle.

Suppression d’une « communauté de lanceurs d’alerte »

Le Falun Gong est une discipline spirituelle comprenant des exercices de méditation et des enseignements moraux fondés sur trois principes fondamentaux : l’authenticité, la bienveillance et la tolérance. Cette pratique a gagné en popularité en Chine dans les années 1990. À cette époque, le nombre de pratiquants était officiellement estimé entre 70 et 100 millions.

En juillet 1999, le régime communiste, craignant la menace à son autorité que représentait la popularité de cette pratique, a initié une vaste persécution. Celle‑ci se poursuit encore aujourd’hui.

Depuis, des millions de personnes ont été incarcérées, envoyées dans des camps de travaux forcés et autres installations similaires, et des centaines de milliers ont été torturés, selon le Centre d’information du Falun Dafa.

Un nombre incalculable de pratiquants détenus en Chine ont également été victimes de prélèvements forcés d’organes

Des pratiquants de Falun Gong à Vienne mettent en scène le prélèvement forcé d’organes, lors d’une manifestation contre l’importation des organes chinois en Autriche, le 1er octobre 2018. (Joe Klamar/AFP via Getty Images)

Un élément essentiel de la persécution du PCC : sa campagne de diffamation. Il s’agit d’endoctriner les Chinois contre le Falun Gong et ses adhérents. À cet effet, le régime a déployé toute sa machine de propagande avec incitation à la haine, calomnie, diabolisation, etc.

En réponse, les pratiquants du Falun Gong se sont consacrés à démanteler la propagande du PCC. C’est désormais un réseau « très compétent pour faire sortir des informations hors de Chine et faire entrer des informations en Chine », a déclaré Levi Browde, directeur exécutif du Centre d’information sur le Falun Dafa, lors du séminaire en ligne « Pandémie, persécution et refoulement » (Pandemic, Persecution and Pushback), organisé le 9 mai.

Initialement, l’objectif de la persécution était d’éradiquer un groupe spirituel minoritaire en Chine. Désormais, il s’agit de « supprimer des lanceurs d’alerte à portée internationale très doués pour révéler au grand jour les crimes du PCC sur la scène mondiale, l’histoire réelle du PCC et informer le peuple chinois de la vérité concernant [la persécution] du Falun Gong », a expliqué M. Browde.

Intensification de la répression

Depuis le début de la pandémie, le nombre de cas de harcèlement et d’arrestations a radicalement augmenté, surtout aux premiers semestres de 2020 et 2021 par rapport à 2019 :

‑ au premier semestre 2019, 3383 cas ont été rapportés ;
‑ au premier semestre 2020, 5992 cas ;
‑ au premier semestre 2021, 9470 cas.

Depuis de début 2020, au moins 256 pratiquants de Falun Gong sont décédés des suites de mauvais traitements et de torture.

Tous ces chiffres sont probablement bien en dessous de la réalité, étant donné la difficulté d’accéder aux informations sensibles en Chine.

Le rapport conclut que le PCC a intensifié la répression contre les pratiquants de Falun Gong afin d’entraver la « libre circulation des informations sur la crise sanitaire ».

Les grands événements qui ont mis la Chine sous les projecteurs, comme les Jeux olympiques d’hiver de 2022, ont également coïncidé avec une intensification de la répression. Par exemple, la province du Hebei, qui abrite certaines installations olympiques, a connu une augmentation des cas de persécution.

Le rapport mentionne également deux lanceurs d’alerte notables.

Disparition de Fang Bin

Au début de la pandémie, alors que le PCC minimisait la gravité de la crise sanitaire, Fang Bin, un journaliste citoyen, a diffusé une vidéo montrant des hôpitaux bondés à Wuhan, ainsi que huit cadavres empilés dans une camionnette de pompes funèbres près d’un hôpital.

Une militante pro‑démocratie (au c.) de HK Alliance tient une pancarte du journaliste citoyen disparu Fang Bin devant le bureau de liaison chinois à Hong Kong, le 19 février 2020. (Isaac Lawrence/AFP via Getty Images)

Après avoir réussi à publier sa vidéo sur YouTube (bloqué en Chine par le pare‑feu Internet), celle‑ci est devenue virale.

Quelques jours plus tard, M. Fang a été arrêté, puis a disparu. Au bout de deux ans seulement, des rumeurs ont émergé selon lesquelles il demeurait au centre de détention de Jiang’an. Cependant, on ne sait pas où il se trouve avec certitude.

Selon le rapport, le régime chinois avait déjà détenu M. Fang auparavant, pendant plus de quatre ans, et il avait été « gravement torturé en raison de sa foi dans le Falun Gong ».

Incarcération de Xu Na

Le PCC a également arrêté Xu Na, une femme de 53 ans, ainsi que 11 pratiquants du Falun Gong, pour avoir fourni des photos d’un Pékin « dévasté » par la pandémie.

Une photo non datée de Xu Na (G) et Yu Zhou. (Avec l’aimable autorisation du Falun Dafa Information Center)

Elle a ensuite été inculpée en avril 2021 pour avoir fourni des informations au sujet de la pandémie à Pékin à l’édition en langue chinoise d’Epoch Times. Mme Xu a été condamnée à huit ans de prison en janvier.

Son mari, Yu Zhou, a été torturé à mort en 2008 au centre de détention du district de Tongzhou, à Pékin.

***
Chers lecteurs,
Abonnez‑vous à nos newsletters pour recevoir notre sélection d’articles sur l’actualité.
https://www.epochtimes.fr/newsletter

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé