Paquebot: deux Australiens contaminés au coronavirus avaient été testés négatifs au Japon

21 février 2020 Mis à jour: 21 février 2020
FONT BFONT SText size

Deux passagers australiens du paquebot Diamond Princess, testés positifs au nouveau coronavirus en Australie, avaient été initialement testés négatifs au Japon, une nouvelle qui soulève des questions sur la politique des autorités japonaises qui ont autorisé des centaines de rapatriements.

« Nous avons deux personnes qui sont positives pour le virus Covid-19. Ces deux personnes ont une forme bénigne de la maladie », a déclaré vendredi Dianne Stephens, responsable de la santé par intérim pour le Territoire du Nord.

L’ensemble des 164 Australiens évacués du paquebot en quarantaine au Japon, et rentrés dans leur pays en début de semaine, « avaient été testés négatifs au Covid-19 au Japon », selon les autorités.

« Une personne âgée » et « une personne plus jeune »

Un total de six Australiens évacués du Diamond Princess ont été à nouveau testés vendredi en Australie et deux d’entre eux – décrits comme « une personne âgée » et « une personne plus jeune » – ont été testés positifs.

Un tel résultat positif n’était « pas inattendu » compte-tenu du fait que le virus a continué à se propager à bord du navire après le début des tests, ont souligné les autorités.

Cette annonce est cependant de nature à susciter des questions sur les procédures employées par les autorités japonaises concernant les occupants du Diamond Princess, à quai dans le port de Yokohama et qui est le plus important foyer du virus hors de Chine.

164 Australiens autorisées à quitter le navire

Des centaines de personnes ont été autorisées à quitter le navire après avoir été testées négatives à la maladie et bon nombre d’entre elles sont rentrées dans leurs pays respectifs pour y être de nouveau mises en quarantaine.

En début de semaine, 164 Australiens qui se trouvaient à bord du navire sont repartis pour le nord de l’Australie.

Des centaines de passagers japonais ont été autorisés à partir et ont seulement reçu pour instruction de « rester à leur domicile sauf nécessité absolue » d’en sortir, de ne « jamais » utiliser les transports publics et de mettre un masque protecteur si elles sortent.

« Nous sommes bien en mesure de nous en occuper »

Le principal responsable médical australien, le professeur Brendan Murphy, a toutefois déclaré que la population australienne ne devait pas s’inquiéter.

« Je veux rassurer le public: bien qu’il s’agisse de deux nouveaux cas en Australie, c’est une première depuis quelque temps », a dit le Pr Murphy. « De tels cas étaient attendus et nous sommes bien en mesure de nous en occuper ».

Quinze cas précédents d’infection au coronavirus en Australie ont été liés à l’épidémie qui s’est déclenchée en décembre en Chine.

« Systèmes de santé bien développés »

Le Pr Murphy s’est dit confiant sur la capacité du Japon et de la Corée du Sud – où le nombre d’infection était vendredi de 156, après avoir doublé la veille – à contenir la maladie. « Le Japon et la Corée du Sud ont des systèmes de santé bien développés », a-t-il souligné.

Au Japon, deux porteurs du coronavirus, deux octogénaires qui se trouvaient à bord du Diamond Princess, sont décédés à l’hôpital, a annoncé jeudi le ministère japonais de la Santé.

Il s’agit des premiers décès constatés parmi les porteurs confirmés du virus s’étant trouvés sur le navire de croisière, au nombre de 634 après l’annonce de 13 nouveaux cas par le ministère japonais de la Santé.

Mercredi, 443 passagers déclarés sains ont débarqué du paquebot, et près de 250 jeudi. L’évacuation de tous les voyageurs devrait prendre au moins trois jours. Les résultats d’examens de plusieurs centaines d’autres sont encore attendus.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé