Panique sur internet, un « crabe de l’espace » découvert sur Mars

12 août 2015 Mis à jour: 13 août 2015
FONT BFONT SText size

 

Une photo de la NASA prise à la surface de Mars a fait réagir beaucoup de gens sur les médias sociaux, se demandant s’il s’agissant d’un crabe de l’espace géant vivant sur la planète rouge.

Mais non, il ne s’agit probablement pas d’un crabe.

Seth Shostak, astronome sénior et directeur du Centre pour la recherche SETI, a déclaré au Huffington Post qu’il obtenait des photos montrant des formations rocheuses comme celle-là environ une fois par semaine.

« Ceux qui me les envoient sont généralement assez excités, ils prétendent souvent que cela ou ceci ressemble à quelque chose que vous ne devriez pas à trouver sur la surface poussiéreuse de la planète rouge, » a-t-il déclaré via un e-mail. « Ce sont généralement des sortes d’animaux, même des objets parfois aussi bizarres que les pièces automobiles. Peut-être ils pensent qu’il y a des voitures sur Mars ».

Il a ajouté qu’il y a un phénomène appelé pareidolie, qui est la capacité du cerveau à créer des formes aléatoires sur des objets. Par exemple, voir des animaux dans les nuages, dans des roches, ou dans des tâches d’encre. «Loin d’être un défaut de vision, la pareidolie est une forte valeur de survie si vous avez besoin de repérer rapidement les prédateurs dans la jungle, par exemple, »  a-t-il ajouté.

« Reconnaître un crabe dans un paysage rempli de roches battues par les vent est plus surprenant – et non plus significatif – que de voir un visage faisant un clin d’œil dans un point-virgule suivi d’une parenthèse. ; ) »

Le « crabe de l’espace » a été trouvé sur cette image. (NASA)
Le « crabe de l’espace » a été trouvé sur cette image. (NASA)

En outre, certains utilisateurs de médias sociaux affirment qu’il y a aussi un « Yeti » qui passe furtivement derrière un rocher dans la même image.

(NASA)
(NASA)

Une étude en 2012 a essayé de comprendre les manifestations de la pareidolie.

L’étude, publiée dans les Proceedings of the Royal Society « a utilisé l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour repérer la zone cérébrale dans laquelle s’active la pareidolie, et déterminé qu’elle se situe en fait en deux endroits appelés le gyrus fusiforme droite et gauche », écrit le magazine Time, citant l’étude.

Les photos prises sur Mars ont fait l’objet de nombreuses théories du complot, et elles ne se sont pas limitées à des pyramides, des statues, des sphères de lévitation, ou même une tête ressemblant au président américain Barack Obama.

Voici quelques exemples célèbres de pareidolie, selon LiveScience:

Un excellent exemple de pareidolie et de sa connexion à des images religieuses est le Saint Suaire de Turin. Le tissu est à l’effigie d’un homme – que certains pensent être Jésus, qui semble avoir subi un traumatisme compatible avec la crucifixion. Le négatif de l’image a été observé pour la première en 1898, sur la plaque photographique inverse du photographe amateur Secondo Pia, qui a été autorisé à le photographier alors qu’il était exposé dans la cathédrale de Turin.

Certains visiteurs de l’église Sainte-Marie située à Rathkaele en Irlande, disent qu’une souche d’arbre à l’extérieur de l’église représente la silhouette de la Vierge Marie.

Les dommages à la Pedra da Gavea, un énorme rocher à côté de Rio de Janeiro au Brésil, a créé à beaucoup l’impression qu’il s’agissant d’un visage humain.

Beaucoup de gens pensaient aussi que les images prises en 1976 par la mission Viking 1 ont montré un visage sur Mars qui aurait pu être les vestiges d’une ancienne civilisation.

Voici quelques exemples, via Twitter:

Article original: People Are Freaking Out Over a ‘Space Crab’ Captured in Mars Photo

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé