On doit comprendre les racines marxistes de Black Lives Mater avant de s’agenouiller, selon un sénateur australien

16 juillet 2021 Mis à jour: 16 juillet 2021
FONT BFONT SText size

Un sénateur australien a demandé à l’équipe australienne de cricket de mieux comprendre les fondements marxistes du mouvement Black Lives Matter après que l’équipe a décidé de « plier le genou » avant son match contre les Antilles.

Ce week-end, les joueurs des deux équipes, le personnel d’encadrement et les arbitres se sont agenouillés avant le match T20 d’ouverture de la série.

C’était la première fois que l’équipe masculine australienne de haut niveau effectuait ce geste, après avoir refusé de le faire l’année dernière. Cette décision a été critiquée par la légende antillaise du cricket Michael Holding.

L’équipe a publié une déclaration disant qu’elle était solidaire de l’équipe antillaise dans sa condamnation de « l’injustice et de la discrimination raciales ».

Aaron Finch (G) et Matthew Wade (D) de l’Australie s’agenouillent pour Black Lives Matter pendant le 2e T20I entre l’Australie et les Antilles au Darren Sammy Cricket Ground, à Gros Islet, Sainte-Lucie, le 10 juillet 2021. (Randy Brooks/AFP via Getty Images)

« En tant qu’équipe, nous continuerons à nous éduquer, à apporter notre soutien lorsque cela est possible, et à créer une prise de conscience pour ceux qui sont victimes d’injustice raciale, et/ou de discrimination sous quelque forme que ce soit », peut-on lire.

« Nous nous agenouillons aux côtés de nos amis antillais pour reconnaître et montrer notre soutien à tous ceux qui ont été victimes d’injustice raciale et/ou de discrimination, dans le passé et le présent », a-t-il ajouté.

L’équipe des Antilles s’est agenouillée avant chaque match et a imprimé le logo Black Lives Matter (BLM) sur ses uniformes.

Nicholas Pooran (G) et Chris Gayle (D) des Antilles s’agenouillent et lèvent le poing pour Black Lives Matter pendant le 3e T20I entre l’Australie et les Antilles au Darren Sammy Cricket Ground, Gros-Islet, Sainte-Lucie, le 12 juillet 2021. (Randy Brooks/AFP via Getty Images)

Le sénateur d’Australie-Méridionale Alex Antic s’est inquiété du fait que l’équipe australienne se soit engagée dans ce geste, considérant qu’il n’avait pas sa place dans le sport professionnel.

« Je suis très préoccupé par le fait que l’équipe australienne de cricket fasse ce geste en soutien à BLM, car il n’est pas seulement anti-police et anti-capitaliste, mais il est aussi fièrement basé sur l’idéologie néo-marxiste », a-t-il déclaré à Epoch Times.

« Si les sportifs veulent faire de la politique en free-lance, ils doivent connaître les faits et comprendre ce qu’ils soutiennent réellement », a-t-il ajouté.

« Je suis sûr que tous les Australiens sont d’accord pour dire que le racisme n’a pas sa place dans la société, et c’est pour cette raison que le mouvement Black Lives Matter (BLM) n’a pas sa place dans le sport australien », a-t-il ajouté. « Les organismes sportifs comme Cricket Australia courent également le risque très réel d’aliéner leurs supporters de base en politisant le jeu de cette manière. »

Le mouvement a commencé l’année dernière après un incident impliquant la mort d’un Afro-Américain, George Floyd. M. Floyd est mort après qu’un agent de police de Minneapolis, Derek Chauvin, a utilisé des techniques agressives lors de l’arrestation de Floyd à Minneapolis. Chauvin a ensuite été condamné pour meurtre au second degré.

Des rassemblements organisés dans tous les États-Unis en solidarité avec la famille de Floyd ont ensuite donné naissance à un mouvement mondial visant à s’opposer à la discrimination raciale, que beaucoup considèrent comme la cause de la mort de Floyd. Cependant, le mouvement s’est rapidement transformé en manifestations violentes, avec des destructions massives de biens, des meurtres de policiers et la destruction de statues historiques associées à l’esclavage et au colonialisme.

Le joueur de football afro-américain à la retraite Burgess Owens a déclaré à American Thought Leaders (« maîtres à penser américains ») : « Regardons la graine de cet Antifa ou de ce Black Lives Matter. Cette organisation qui dirige maintenant tout à travers notre pays et qui est télévisée, a été lancée par trois marxistes, dont le but était de détruire la famille nucléaire, parce que ce n’est pas une chose cool, et de détruire le capitalisme. »

« Nous avons cette idéologie, alors les gens se cachent derrière des choses qui sonnent bien et vont et détruisent nos propres communautés. Ils vont et détruisent les entreprises noires », a-t-il ajouté.

Le site web de BLM indiquait à l’origine que la fondatrice Alicia Garza était une « marxiste de formation » et que le groupe prônait la suppression de la cellule familiale traditionnelle. Toutefois, ces messages ont depuis été supprimés du site.

« Nous perturbons la structure familiale nucléaire prescrite par l’Occident en nous soutenant mutuellement en tant que familles élargies et ‘villages’ qui prennent collectivement soin les uns des autres, en particulier de nos enfants, au point où les mères, les parents et les enfants sont à l’aise », peut-on lire.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé