Omicron offre une « première lueur d’espoir » pour que le Covid-19 devienne endémique, selon un scientifique britannique

12 janvier 2022 Mis à jour: 12 janvier 2022
FONT BFONT SText size

Un médecin britannique estime que le Covid-19 va devenir moins grave et endémique. Selon lui, le variant Omicron, hautement transmissible mais plus bénin, est le début de ce processus.

« Ce qui pourrait se produire à l’avenir, c’est l’émergence nouveau variant moins sévère. Et finalement, à long terme, ce qui se passe, c’est que le Covid va devenir endémique et sous forme moins sévère. C’est très similaire au rhume avec lequel nous vivons depuis de nombreuses années », a déclaré samedi à Times Radio le Dr Mike Tildesley, membre du groupe scientifique sur la modélisation de la grippe pandémique (Spi-M) et professeur à l’université de Warwick.

Le Dr Tildesley a déclaré que le dernier variant est différent de la précédente souche Delta, mais que le temps de la normalité n’a pas été atteint. « Nous n’en sommes pas encore là, mais Omicron est peut-être le premier rayon de lumière qui laisse penser que cela pourrait se produire à plus long terme. Il est, bien sûr, beaucoup plus transmissible que ne l’était Delta, ce qui est préoccupant, mais beaucoup moins grave. »

Selon une étude israélienne portant sur environ 5,7 millions de personnes, l’immunité naturelle offre une meilleure protection contre le virus du PCC que les vaccins. La théorie veut qu’une version hautement transmissible du virus infecte rapidement les gens mais laisse derrière elle une population plus résistante.

M. Tildesley a ajouté : « J’espère qu’à mesure que nous approchons du printemps et que nous voyons le retour d’Omicron, nous pourrons établir davantage de relations entre la vie avec le Covid en tant que maladie endémique et la protection des personnes vulnérables. Tout variant qui émerge et qui est moins grave, en fin de compte, à long terme, est ce que nous voulons. »

M. Tildesley a souligné que le nombre de cas, qui stagne dans la capitale britannique de Londres, et la baisse des admissions dans les hôpitaux sont des signes encourageants indiquant que la situation pourrait commencer à se redresser.

Le 9 janvier, le nombre de nouveaux cas en Angleterre était de 121 228, avec une moyenne de 140 256 sur sept jours, ce qui représente une augmentation de plus de 200 % par rapport au 14 décembre. Au début du pic, la moyenne sur sept jours était de 45 489.

Cependant, non seulement le nombre de décès n’a pas augmenté proportionnellement au nombre de cas, mais il a même diminué. Le 14 décembre, le nombre de décès était de 138, pour une moyenne de 95 sur sept jours en Angleterre, alors que le 9 janvier, il était de 84, pour une moyenne de 164 sur sept jours.

De même, aux États-Unis, on a constaté une augmentation de plus de 450 % entre le 14 décembre, où la moyenne sur sept jours était de 119 379, et le 7 janvier, de 668 497, tandis que le nombre de décès a enregistré une variation beaucoup plus faible, passant d’une moyenne de 1 143 le 14 décembre à 1 513 le 7 janvier.

« En ce qui concerne les aspects un peu plus positifs, pour que tout ne soit pas sombre, nous constatons que les séjours à l’hôpital sont en moyenne plus courts, ce qui est une bonne nouvelle, et que les symptômes sont un peu plus légers. C’est ce que nous constatons régulièrement avec le variant Omicron », a ajouté M. Tildesley.

Selon des études préliminaires, Omicron est beaucoup plus susceptible d’infecter la gorge que les poumons, ce qui le rend moins mortel, mais plus infectieux. Le prétirage d’une étude sur l’animal menée par des chercheurs du groupe de recherche en virologie moléculaire de l’université de Liverpool indique que les souris infectées par Omicron perdent moins de poids, souffrent d’une pneumonie moins grave et sont moins porteuses de charges virales.

« C’est une pièce du puzzle », a déclaré le professeur James Stewart, selon The Guardian. « Le modèle animal suggère que la maladie est moins grave que le virus Delta et le virus original de Wuhan. Il semble que la maladie soit éliminée plus rapidement et que les animaux se rétablissent plus vite, ce qui concorde avec les données cliniques qui nous parviennent.

« Les premières indications montrent qu’il s’agit d’une bonne nouvelle, mais ce n’est pas un signal pour baisser la garde, car si vous êtes cliniquement vulnérable, les conséquences ne sont pas encore très importantes – il y a eu des décès à cause d’Omicron. Tout le monde ne peut pas enlever son masque et faire la fête. »

Le Dr Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, a mis en garde, lors d’un point de presse le mois dernier, contre le fait de qualifier le variant Omicron de « léger ».

« Nous sommes préoccupés par le fait que les gens considèrent Omicron comme une maladie bénigne. Nous avons certainement appris depuis lors que nous sous-estimons ce virus à nos risques et périls. Même si Omicron provoque une maladie moins grave, le nombre de cas pourrait une fois de plus submerger des systèmes de santé non préparés », a-t-il averti.


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé