Oise : trois jours d’exclusion pour avoir menacé d’égorger son professeur, une sanction qui ne fait « pas de vagues »

23 octobre 2021 Mis à jour: 23 octobre 2021
FONT BFONT SText size

Un élève du collège Lucie et Raymond-Aubrac à Pont-Sainte-Maxence (Oise) a été exclu trois jours de l’établissement pour avoir menacé de mort son professeur d’histoire-géographie, des faits qui remontent à un peu plus de trois semaines. L’enseignant a aussitôt déposé une main courante à la gendarmerie. Il est en arrêt depuis plus de quinze jours.

Dépôt d’une main courante pour « protéger » l’élève…

Un professeur d’histoire-géographie du collège Lucie et Raymond-Aubrac de Pont-Sainte-Maxence est en arrêt depuis plus de deux semaines, rapporte le Courrier picard. Et « à ce jour, il n’est toujours pas revenu », précisait ce lundi 18 octobre, un employé du collège. D’après des informations recueillies auprès d’une source proche de l’enquête, un élève aurait proféré des menaces de mort envers son enseignant « pour une histoire de copie non rendue », il y a plus de trois semaines. Il aurait effectivement menacé d’égorger son professeur.

Une source proche du dossier signale encore au Courrier picard que plutôt que de porter plainte, l’enseignant aurait simplement déposé une main courante, une manière de « protéger » l’élève qui vit « dans une sphère familiale difficile ».

« Aujourd’hui, c’est une affaire classée »

Pour ces propos, l’élève en question a été exclu trois jours de l’établissement scolaire, après quoi, il a pu retourner en classe. Si le directeur de l’établissement n’a pas souhaité « commenter cette affaire », la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Oise (DSDEN60), elle, a stipulé que « la direction académique a condamné fermement les propos de l’élève ». Pour autant, « aujourd’hui, c’est une affaire classée et il n’est même pas certain que le professeur soit en arrêt pour cette raison », a-t-elle encore indiqué.

Les syndicats ont quant à eux réagi. L’un de leurs représentant souligne que « face à cette sanction aberrante au regard de la gravité des faits », certains syndicats dénoncent un « laxisme », quand d’autres sont « fatalistes », relate le Courrier picard.

« La gravité de la menace n’a pas été prise en considération »

L’un des syndicats a déclaré que pour ne pas faire « de vagues », « la gravité de la menace n’a pas été prise en considération ». Il poursuit : « Dans ce collège, beaucoup d’enseignants n’étaient même pas au courant de ces menaces de mort. Il n’y a même pas eu de conseil de discipline pour l’élève. Seul un changement de classe a été envisagé, un temps. »

Du côté des élèves, cette sanction a fait bondir certains d’entre eux. « C’est pas normal, c’est grave. Il aurait dû être exclu définitivement. En plus, c’est un prof super gentil, qui connaît bien ses élèves », se sont indignés des collégiens auprès du quotidien local. Une élève explique que le collège Lucie et Raymond-Aubrac est plutôt « calme », mais qu’il faudrait toutefois « retirer certains éléments qui fument, se bagarrent ou nous harcèlent pour avoir des photos de nudes », à savoir des clichés sur lesquels la personne est nue ou partiellement dénudée.

 


Rejoignez-nous sur Telegram pour des informations libres et non censurées:
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé