Oise : un gardien de foyer qui accueille des migrants retrouvé égorgé, un Soudanais interpellé

8 décembre 2021 Mis à jour: 8 décembre 2021
FONT BFONT SText size

Lundi 6 décembre, un homme travaillant au foyer Adoma de Nogent-sur-Oise (Oise), qui accueille des migrants, a été retrouvé mort égorgé. L’agresseur présumé, de nationalité soudanaise et qui est également accusé d’avoir mis le feu à la résidence, s’est lui même rendu à la police.

Vers 8 heures ce lundi, un incendie s’est déclaré dans le foyer Adoma de Nogent-sur-Oise, qui accueille des migrants. Alertés, les sapeurs-pompiers sont rapidement intervenus. Cependant, sur place, ces derniers ont découvert le corps sans vie d’un homme, visiblement égorgé. Selon Le Parisien, qui relate l’histoire, cet homme était un gardien du foyer.

Puis, plus tard dans la matinée, un ressortissant soudanais de 33 ans s’est présenté au commissariat de police, en s’accusant des faits.

Placé en garde à vue, ce dernier « n’a pas d’antécédent judiciaire à l’exception d’un rappel à la loi pour une infraction à la législation sur les transports », a indiqué Jean-Baptiste Bladier, procureur de la République de Senlis. De même, « aucun de ses propos ne laisse apparaître une quelconque motivation qui serait liée à une radicalisation ».

Selon les premiers éléments d’enquête, un différend entre le gardien et le tueur présumé a éclaté avant le meurtre. Le soudanais, en situation irrégulière en France depuis 2015, a ensuite provoqué un incendie dans le foyer avant de prendre la fuite, a rapporté Actu17.

Pour l’heure, la piste terroriste n’est pas privilégiée, mais l’enquête continue.

 


Rejoignez Epoch Times sur Telegram
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

Recommandé