Oise : Passée à tabac par trois élèves plus âgés, une collégienne de 10 ans n’ose plus sortir de chez elle

31 octobre 2019 Mis à jour: 31 octobre 2019
FONT BFONT SText size

Si l’un des auteurs présumés a fini par être interpellé par les gendarmes, les deux autres n’ont toujours pas été identifiés.

Les faits ont eu lieu le 18 octobre dans l’enceinte du collège Louis Bouland de la ville de Couloisy, une commune d’environ 500 habitants située à une quinzaine de kilomètres à l’est de Compiègne.

Ce jour-là, une élève de 10 ans prénommée Tallia s’apprête à quitter l’établissement lorsque trois adolescents plus âgés s’en prennent à elle dans un couloir vers midi.

« Un premier agrippe son sac à dos. Il la tire violemment au sol et frappe sa tête contre le mur à plusieurs reprises », écrivent les journalistes du Parisien qui s’appuient sur le témoignage de Tallia.

« […] Un second va la frapper alors qu’elle est au sol. Le troisième adolescent, lui, utilise son téléphone pour prendre des images. » La fillette parvient finalement à s’enfuir.

Une fois rentrée chez elle, Tallia garde le silence et déjeune avec ses parents comme si de rien n’était. « On n’a rien vu jusqu’au moment où on l’a déposée pour les cours de l’après-midi. Elle était pétrifiée », explique sa mère.

Tallia se confie ensuite à un surveillant qui lui promet de « voir » avec elle au moment de la récréation. Le corps médical du collège Louis Bouland finit par pendre l’enfant en charge et lui pose de la glace sur le visage. Une grande partie de celui-ci vire alors au rouge.

« Une porte qui claque et elle est terrorisée »

Alertés, les parents de la fillette décident de l’emmener immédiatement à l’hôpital. « Nous l’avons tout de suite amenée aux urgences. On est passé devant tout le monde quand ils ont vu son état », raconte Christopher Da Cunha, le père de Tallia.

La collégienne se verra prescrire sept jours d’Incapacité temporaire de travail (ITT). Depuis son agression, la fillette vit dans la peur et fait des cauchemars.

« Tallia n’ose plus sortir de la maison, même avec nous pour faire des courses », confie son père. « Une porte qui claque et elle est terrorisée », ajoute-t-il.

Si l’un des trois agresseurs a été appréhendé et placé en garde à vue samedi dernier par les gendarmes, ses complices présumés n’ont pour l’instant pas été identifiés.

Mis en examen pour « violence aggravée par deux circonstances » (en réunion et dans un établissement scolaire), le suspect âgé de 15 ans a d’abord tenu tête aux gendarmes lors de son audition, « prenant les questions des enquêteurs à la légère ».

Il a toutefois fini par admettre son implication, sans pour autant préciser les raisons l’ayant poussé à commettre cette agression.

« On n’a jamais vu ça ici. C’est inadmissible et invraisemblable ! »

Bien que le parquet ait demandé à ce qu’il soit placé sous contrôle judiciaire, le juge pour enfants saisi de l’affaire a préféré retenir des mesures de réparation en attendant son procès. L’adolescent devra ainsi s’acquitter d’un travail éducatif avec la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

« J’ai croisé la maman de l’agresseur, elle est catastrophée. Au primaire, on n’a jamais eu de soucis avec lui », affirme le maire (SE) de la commune Jean-Claude Cormont.

« On n’a jamais vu ça ici. C’est inadmissible et invraisemblable ! », poursuit l’édile.

Si Tallia doit retourner au collège lundi prochain, à l’issue des vacances de la Toussaint, son père refuse pour l’instant de l’envisager : « Hors de question. Elle n’y retournera pas tant que les trois agresseurs ne seront pas exclus. »

De son côté, les membres de l’Académie assurent être « très attentifs » et suivre la « situation de près » en attendant les conclusions de l’enquête de gendarmerie. Le suspect mis en examen devrait d’ailleurs rapidement passer en conseil de discipline.

« On voit toujours des vidéos à la télé sur les violences scolaires, on imagine jamais que ça peut nous arriver. Cela ne doit plus se reproduire », concluent les parents de Tallia.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé