Oise : bloqués en rase campagne pendant plusieurs heures, des voyageurs vivent un véritable cauchemar

6 août 2020 Mis à jour: 6 août 2020
FONT BFONT SText size

Coincés sur une voie de chemin de fer pendant des heures, des centaines de passagers ont vécu une journée cauchemardesque lundi dernier.

Dans la matinée du lundi 3 août, vers 8 h 30, un TER de la ligne Compiègne-Paris Nord qui convoyait près de 600 passagers a dû s’immobiliser en rase campagne au niveau de Louvres, dans le Val-d’Oise, après un dégagement de fumée.

Deux autres TER et un Intercités en provenance de Maubeuge (Nord), Amiens (Sommes) et Creil (Oise) ont également dû être arrêtés entre Orry-la-Ville et Louvres à la suite du premier. Ce sont ainsi plus de 1000 passagers qui se sont retrouvés bloqués sur la voie pendant des heures.

Les passagers du premier train commenceront à être évacués peu avant midi afin de rejoindre la gare de Louvres et de rallier Paris en RER D. Les voyageurs des trois autres trains ont toutefois dû attendre que la SNCF dégage le premier train de la voie, vers 15 h 45, avant de pouvoir poursuivre leur trajet vers la capitale.

« J’ai connu des péripéties, mais là c’est inimaginable. Ils ont appelé les gendarmes pour qu’on ne sorte pas sur les voies », confie Marc, l’un des passagers bloqués pendant plusieurs heures, dans les colonnes du Parisien.

« Près de 1000 personnes ont été arrêtées pendant plus de sept heures sur les voies, c’est une désorganisation totale, lamentable et épouvantable ! » abonde Franck Dhersin, vice-président (LR) de la région Hauts-de-France.

Partie tôt dans la matinée, Jessica est arrivée à Paris sur les coups de 15 h 50. Un trajet de près de 8 heures au lieu des quarante minutes habituelles.

« Je suis épuisée de n’avoir rien fait. J’ai dû poser une journée de congés comme je n’ai pas pu me rendre au travail », explique-t-elle.

Le 31 juillet, des centaines de passagers s’étaient déjà retrouvés bloqués sur la même ligne pendant des heures après qu’un train de fret eut arraché une caténaire près de Creil, provoquant une panne électrique. Une situation cauchemardesque à laquelle le vice-président de la région Hauts-de-France avait déjà dû faire face.

« J’ai passé cinq heures de ma journée depuis mon lieu de vacances à tenter d’informer les usagers. Même le responsable de crise n’avait pas d’informations. L’été, rien n’est prévu par la SNCF. Pas de personnel, pas de matériel. Je suis scandalisé », conclut M. Dhersin.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques répétées pour faire taire nos informations. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

Recommandé